L'addiction à la course virtuelle à la voile.

il y a
2 min
128
lectures
27

Je suis venu à l'écriture très (très) tard, grâce à un forum sur le web, où j'ai rencontré des amis m'ayant encouragé à continuer à déconner. Je ne savais pas que c'était là mon univers  [+]

Je viens de passer Rascale !!! Me voici maintenant exposé aux assauts de tous ceux qui veulent dépasser les premiers. Je suis tout prés de Eugeason que je vais peut-être dépasser dans la foulée !

Où est la justice dans ce jeu ? On ne peut faire la course tranquillement sans se casser la tête ? Me voici propulsé aux premières loges...condamné à subir les affres qu'ont connu Chico, Trap, Eugeason. Je les revois encore, effondrés sous le poids de leur responsabilité, ne mangeant plus, ne dormant plus, n'ayant plus d'amis, plus d'amours, leur existence entièrement vouée au spermatozoïde tremblotant sur leur écran de misère et de souffrance. Combien de fois n'ont ils pas juré d'abandonner définitivement leur bourreau, et toujours ils sont revenus, plus hâves, plus déguenillés qu'avant. Les joues creuses, le regard hagard, les joues blêmes, la démarche hésitante, le survêt' sans forme, les cheveux éparpillés sur le sol autour d'eux... Certains ont cru conjurer la malédiction en faisant semblant de dilettanter, et en prenant ça à la blague... mais rien n'y fait, le virus est entré dans leur organisme profondément atteint. Et je risque de marcher sur leurs traces, et de devenir comme eux un être difforme physiquement et mentalement. Noooon ! noooooon ! pitié ! je ne veux pas leur ressembler ! Je veux rester libre, liiiiiiiiiiiiiiiibre...................

Et je crois que c'est trop tard ! Je pourrais d'un simple clic, ce fameux simple clic, faire faire demi-tour à l'espèce de bidule noir qui me sert de bateau. Je pourrais... et je ne le fais pas !!! Pourquoi ? Suis-je déjà maudit ? Suis-je déjà en train de me métamorphoser en une sorte de Trapanil délaissant les micocouliers pour venir voir son Mac ? Une espèce de sous-Chico, abandonnant Ortie et les rugbymen les plus titrés pour manipuler une souris ? Un clone d'Eugéason ayant perdu son appareil photo depuis qu'il est en tête des courses virtuelles ? Et les pleurs, les cris que j'ai entendus ici ou là ? Ce cri qui m'a glacé de terreur il y a peu : "Mais quand vivre ? quand ?"

Ah je me croyais si fort, que je n'y toucherais que quand je le voudrais, et que je maîtriserais l'addiction sans problème. Et là, déjà je sens dans mon corps, dans mon sang, dans ma tête les horribles bestioles qui se promènent partout. Déjà tout à l'heure je dois partir pour changer mes essuie-glaces qui yoyottent eux aussi. Et une sueur froide me coule le long de l'échine. Que va-t'il se passer pendant cette trop longue absence ? Je sens que mon organisme va être saisi de tremblements dés que je vais m'éloigner de plus d'un jet de sarbacane de ce micro où se déroule ce combat pour la vie. Cette deuxième place qui m'échoit serait elle ma condamnation à ne plus vivre qu'autour de cet écran ?

Déjà Madame Kero me dit : "Alors ? On y va ? " J'ai envie de dire que les essuie-glaces peuvent attendre un peu, et que de toute façon il ne pleut pas. Qu’en Bretagne les essuie-glaces sont inutiles.Mais j'ai promis. Je vais faire vite, trés vite. Avec un peu de chance je serai encore deuxième à mon retour. Quelle angoisse, comment vais-je vivre cette bonne demi-heure qu'il me faut pour aller au Feu Vert de Rennes. Et je suis optimiste, bien trois quarts d'heure, si ce n'est pas une heure... Une heure de souffrance atroce qui va me tarauder pendant cet interminable voyage...

Ah ! Vous ne connaissez pas votre bonheur, vous qui vous promenez en fin de classement, sans d'autres soucis que de réussir une bonne bascule et de bien négocier un changement de zone. Ah que j'envie cette douce quiétude. Quel bonheur de se retrouver dans les 4500èmes, sans pressions, sans soucis d'aucune sorte, juste le sentiment du devoir accompli quand on ne s'est pas échoué ou qu'on n’est pas arrêté par le choix d’une mauvaise voile.

Connaîtrai-je encore ces magnifiques moments de l'innocence ?
27

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,