Kudzu ou Kouzou ?

il y a
3 min
63
lectures
8

« Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l'ouvrir. » Pierre Dac  [+]

Je marche à fond.

Il paraît qu’il est bon, lorsque l’on exerce une profession sédentaire, de se déplier de temps à autre pour aller marcher vite et bien, en prenant la lumière du soleil et tout et tout. Alors, chaque jour, je marche à fond, à l’aube s’il faut.

Franchement, sans objectif, c’est moyennement rigolo. Je m’ennuie. J’ai bien essayé de marcher à fond le nez sur mon téléphone en tapant la discute avec un de mes potes Facebook, mais j’ai failli me tuer en trébuchant sur rien. Sérieux, c’est carrément dangereux. Et puis, j’ai ma dignité, et même si je dis à tout-va que je m’en fiche bien pas mal de ce que pensent les gens, je préfère quand même ne pas avoir l’air trop cloche.

Mais donc, en marchant, je m’ennuie. Alors, aujourd’hui j’ai décidé de me lancer en quête de gélules de Kudzu. Ça fait un but, et quand on a un but, ça change tout.

Des gélules de Kudzu...Gnéééé?

Aloooooooooors... le Kudzu, ou Kuzu, ou Kouzou, est le nom vulgaire d’une plante originaire d’Extrême-Orient dont la raison sociale scientifique est "Pueraria montana". Et toc !

Une plante complètement folle dont les tiges ligneuses, qui ressemblent à des sarments de vigne, sont capables de grimper dans les arbres jusqu'à une hauteur de trente mètres et peuvent s’accrocher à tout support. Brrrr...

Elle est franchement envahissante, et ce serait une erreur de faire l’acquisition d’un plant. Mais figurez-vous que cette petite plante est consommable en gélules, parce qu’elle a des vertus incroyables, selon Femme Actuelle, ma référence médicale.

Manger de la poudre de racine de Kudzu...? Et pour quoi faire ?
Pour arrêter de fumer pardi !

En trois jours c’est plié, sans se brouiller avec personne, parce qu’il paraît qu’on reste souriant, et, ce qui n’est pas la moindre des choses, sans prendre UN seul gramme.

Sachant que j’ai déjà essayé en vain le fameux plan de cinq jours, j’ai même joué le rôle du repenti la seconde fois, l’acupuncture, l’homéopathie, l’hypnose, les patchs, et que je commence à fatiguer d’alterner le tabac et le sport, je me dis que je tiens enfin la voie du salut.

Cerise sur le gâteau : le Kudzu est une plante anti -addiction tout-terrain ! Non seulement on ne fume plus, mais en plus on cesse de se précipiter au premier coup de blues en mode Bridget Jones sur les chips, les koalas Lutti (les meilleurs), le saucisson, le fromage et toutes ces choses qui rendent certaines fins de journée tellement passionnantes.

Bon, je suis lucide : à tous les coups, c’est le dernier truc BoBo à la mode, dans le style des graines de Goji qui empêchent de vieillir (le scoop ), coûtent une fortune, sont vendues par trois environ, et sont très certainement efficaces à condition d’en consommer une tonne par an.

Justement, j’ai le bon profil : Je lis Femme actuelle et tiens un Buljo (Bullet Journal): la cible idéale pour cette nouvelle lubie.

J’ai déjà fait toutes les pharmacies du quartier. On m’a regardée comme si j’étais un OVNI... Rien, Nada, par la queue d’une gélule de Kudzu... on peut même pas en commander. Cette liane est inconnue des labos.

J’ai cherché sur Internet. Alors là, c’est Byzance, Google est pléthorique... Des centaines de sites non sécurisés proposent mes gélules magiques. Sauf que je préfère mourir autrement qu’empoisonnée... à tout prendre, autant continuer à fumer. Je ne tiens pas non plus à me retrouver pleine de boutons et encore moins à desquamer, ce serait très contrariant avec tout le mal que je me donne pour essayer de rester présentable.

Donc aujourd’hui, objectif la pharmacie botanique. Je suis pleine d’espoir. La dame cherche sur son ordinateur et le verdict tombe : « Ah non, on ne fait pas ça, et nos labos ne le proposent pas »... Je suis dépitée...Tout à coup une lueur : « Vous l’avez écrit comment ? »...
« Bah, comme ça se prononce...Kouzou ».
- « Vous pouvez essayer Kudzu, ou Kuzu ? »...

Yeux au ciel... Je vois très bien qu’elle se dit que la journée commence mal, avec cette illuminée qui cherche au saut du lit un truc improbable. Elle tapote à nouveau avec le bout de ses ongles french- manucurés... Clic clic clic, press enter... soudain la joie, mesurée quand même, éclaire son visage : « Ah oui, on a ça en stock...Kudzu »...

C’est fou comme un rien rend heureux. Enthousiaste, je lui explique toutes les vertus de cette plante miraculeuse, je lui fais l’article, elle me vend ses boîtes, et je repars triomphante avec mes gélules, dosées à 200 mg, le top.

Je marche à fond, ravie et pressée.

J’entrevois à midi un risque de collision avec un petit vieux assez courbé qui arrive en ligne perpendiculaire à mon tracé.

J’ai une affection particulière pour les petits vieux, car ils savent l’essentiel et ne sont plus des humains arrogants, sauf ceux qui sont mal embouchés, mais ce n’est pas une propriété spécifique des petits vieux... les mal vissés l’étaient déjà avant, quand ils étaient jeunes.

Rapide calcul : qui est prioritaire, la femme ou le petit vieux ? Le petit vieux sans aucun doute. Je stoppe net ma marche rapide, « Je vous en prie Monsieur... ». Il s’arrête aussi, un peu offusqué mais charmant. Un joli regard bleu acier qui a en vu des vertes et des pas mûres, entre autres. Sur un ton sans appel : « Je vous en prie Madame... ».

La gaffe quoi. C’est la dernière fois que je laisse passer un petit vieux, car en fait ce n’est pas très gentil, je le comprends à ce moment-là. Je suppose que ce geste de politesse protecteur doit faire le même effet à un petit vieux que ces mots à une femme qui s’entend dire : « Vous avez dû être très belle...».

En échange de sa galanterie encore très active malgré l’âge de ses os déformés, je donne au vieux monsieur plié un large sourire que je veux ensoleillé. Ça marche... Petit instant de bonheur pour nous deux.

Puis je repars à fond, avec mes gélules de Kudzu. Pour un peu, je lui aurais donné une de mes deux boîtes, c’est dire si j’ai eu le coup de foudre.

Ce sera une belle journée, je le sais bien.
8

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,