Jumelle

il y a
1 min
8
lectures
0
Une gourmette au poignet, c'est pourtant bien marqué. Tu ne sais plus ton nom, tu te demandes : "qui es-tu ? Je ne sais plus."
Alors qu'il y a deux visages dans le miroir, peu, peut se distinguer.
À deux rien n'est facile, mais tout est beau, double est unique.
Se regarde et se détourne, s'éloigne et se lie.
C'est comme être avec soi-même mais soi n'est pas toi et toi n'est pas elle. Elle. Et toi. Parfois tu ne veux plus, mais qui décide de défaire sa chair, pour ne plus être, sans elle tu ne le pourrais, être toi.
Sans cesse confrontée à toi-même et à elle et elle est, sans cesse confrontée à elle-même et à toi.
Elle et toi sont deux et un, deux sont tout et un n'est rien.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,