591 lectures

31

Recommandé
Disponible en :
Judith ! Aujourd’hui je suis passé derrière toi, pendant le cours. Ta tête penchée vers le bureau, ta nuque gracile et les petits cheveux échappés de ta queue de cheval.
As-tu senti le désir électrique qui a parcouru mon corps ? Peut-être. Tu t’es retournée et tu m’as souri. Ton visage, ouvert, lumineux a souri.
Judith ! Je suis amoureux.
Tu t’assoies sur tes pieds et je vois la souplesse de ton corps.
Tu lèves la main, parles et je sens ta bienveillance et ta tranquillité. Comme si, où que tu ailles, tu étais à ta place. Ton exacte place.
Ma main sur ta nuque. Cette envie irrésistible de ma main sur ta nuque penchée. Ma convoitise.
Je sens sur ma paume ta peau. Pourtant je n’ai pas esquissé un geste.
De ton cou je descendrai vers ton épaule, ronde. Remontant je caresserai ta joue. Mon doigt sur tes lèvres. Ma bouche sur tes yeux.
Judith nous partirons. Un soir. Un soir d’hiver bien froid. Je t’envelopperai dans un doux manteau épais. Nous partirons.
Personne ne comprendra.
Arrête, je t’en prie ! Tu te lèves et l’air me manque. Tu te tournes, tu parles, je vais tomber. Cet espace est trop petit, j’étouffe. Ce n’est pas, vois-tu, le désir seul qui parle là. C’est plus que ça. Regarde-moi, je flambe.
Judith, tu me fais les yeux doux. Tu me fais les yeux doux ? Car ton regard s’est posé sur moi, plus longtemps que d’habitude et tu as dit : « Je n’ai pas envie de travailler ». Tu as souri. Tu n’es pas une enjôleuse… Puis tu ris. Ah, ton rire !

Moi : « tomber amoureux ne m’arrivera jamais ». Sourires entendus des autres autour de la table. « Ça ne m’arrivera pas parce que les filles, je m’en moque. » J’ai dit ça. Sourires entendus.

Aujourd’hui tu as chanté ! Dans le couloir, avec d’autres filles, leur voix agaçante comme une dent malade, ta voix juste et claire.
J’ai souri et attendu notre cours pour te regarder tout mon saoul…

Aujourd’hui, à la sortie du cours tu as pris ce grand dadais de Pascal par la main ! Que fais-tu ? Qu’as-tu fait ? Tu ne pouvais pas choisir un gars plus banal, plus insipide que ce loser ! Ce nerd à lunettes qui ne voit jamais la lumière du jour ! Aujourd’hui, à la sortie du cours, vous êtes partis tous les deux et tu ne m’as même pas accordé un regard. Je veux mourir Judith ! Tu m'as tué.

Mathilde ! Je suis assis à tes côtés. Ta main glisse sur le papier, fine et élégante… Mathilde, ta main !

31

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sandra Dullin
Sandra Dullin · il y a
Belle description des sentiments "tout feu, tout flamme" de l'adolescence.
·
Image de Farida Johnson
Farida Johnson · il y a
Et oui les braises ne s'éteignent pas... Merci Sandra.
·
Image de Farida Johnson
Farida Johnson · il y a
Je vous remercie!
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Touchantes vérités, très très bien écrit. J'ai beaucoup aimé
·
Image de Gail
Gail · il y a
Recommandation justifiée
·
Image de Farida Johnson
Farida Johnson · il y a
Merci Gail!
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Découvert en distribution je viens expres ici pour vous feliciter
Ma fille, 14 ans a adoré aussi
Bravo

·
Image de Farida Johnson
Farida Johnson · il y a
Un grand merci Chair! Vos félicitations me font très plaisir et je suis ravie aussi que votre jeune fille ait aimé.
·
Image de Farida Johnson
Farida Johnson · il y a
Vous me faites rougir! Merci .
·
Image de Jarrié
Jarrié · il y a
3 de vos nouvelles à l'affilée, quel festin! j'en garde pour plus tard.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Plus de souffle romantique aurait accentué la très bonne chute!
·
Image de Farida Johnson
Farida Johnson · il y a
Vous croyez? Peut être. Moi qui trouvais que ça l'était déjà beaucoup...
·
Image de Pierre de silence
Pierre de silence · il y a
Bien vu le désir en accordéon des adolescents.
·
Image de Chablik
Chablik · il y a
Tout est dans la chute. Sans cette dernière phrase, on aurait été enfermé dans la banalité d'un désir déçu. Et puis là, ça ouvre la tempête renouvelée des sentiments, avec un brin de dérision.
·
Image de Farida Johnson
Farida Johnson · il y a
Et oui car il ne faut pas prendre le romantisme au sérieux... Merci de m'avoir lue encore. .
·