Journal d'un fou et d'un rasoir, les fils d'Artaud !

il y a
2 min
245
lectures
4
Qualifié

J'ai eu connaissance du site via le magazine Écrire, j'ai 28 ans et j'écris depuis l'adolescence. Toujours en partance, j'aime vagabonder et pense soumettre un texte dans la catégorie nouvelle su  [+]

Image de Hiver 2015
Quelle que soit l’étrangeté ou l’incohérence des lignes qui vont suivre, je peux affirmer fermement qu’il n’y a plus qu’une seule science exacte aujourd’hui : celle de se raser en pleine conscience !
Cette nuit, j’ai désiré capturer cette horreur ultime et la retranscrire viscéralement sur le papier mais la lame de rasoir m’a tailladé de toutes parts face à ce sombre miroir maculé à présent de sang noirâtre. Malgré mon bon vouloir, le mystérieux miroir m’a renvoyé une image dégradée, malhonnête, dégueulasse d’un homme usé, lessivé et... mortellement blessé.

Les fils d’Artaud sous la forme d’un rasoir aiguisé m’ont envoyé sans aucune émotion dans les profondeurs de la folie à lier sans délai. Rien ne peut les détourner de leur funeste dessein ! J’ai appelé ma mère en vain, j’ai hurlé à l’aide, personne ne veut se mêler à ces meurtres rituels qu’ils accomplissent chaque nuit. Ils agissent tels des dieux courroucés, c’est-à-dire qu’une main invisible vous attrape, une autre ferme à double tour la porte et la maintient close jusqu’à la fin, et la tuerie peut alors commencer pour ces créatures aux ailes noires, venues des bois hantés.

J’avais découvert, bien auparavant, leur existence au cours de mes voyages fantastiques à travers l’espace et le temps. Leur sanctuaire m’avait pourtant semblé vide à ce moment-là, il n’y avait aucune lame de rasoir dans cette chambre d’isolement psychiatrique, j’avais pris des notes, un amoncellement de papier journal où je prenais soin de tout consigner pour les remettre au Docteur.
Oui ! Je m’en souviens ! Le Docteur était dans son bureau en train de remettre en ordre les dossiers qui sont très, très importants, vous savez.

Je m’en souviens ! Je m’étais déshabillé devant Marie-Laure, la jolie infirmière qui avait soulevé le délicat problème, cette absurde linéarité (causes-conséquences) qui vous mène d’abord à l’hôpital, ensuite aux infirmières sans culotte, puis dans la cage du Docteur.
Pour ceux qui sont à la recherche de lieux étranges, je vous donnerai prochainement les indications de cet endroit maléfique, mais revenons aux fils d’Artaud, cette méchante lame de rasoir argentée que j’ai cachée dans une commode de la salle de bain et que j’ai sortie, fiévreux et fanatique, le jour de mon anniversaire.
La voix terrifiante des fils d’Artaud était redevenue plus claire ces derniers temps, les petits bonbons qu’on m’administrait à l’hôpital je les avais oubliés dès ma sortie et les ombres de la maison, de jour comme de nuit, avaient commencé à m’évoquer des hologrammes menaçants et hostiles...
La suite, vous la connaissez...

A celui ou celle qui lira ces dernières lignes :
Sur les murs, il y a la preuve de leur abomination artistique. J’entends la sirène de l’ambulance ou des pompiers. Relativement, il doit y avoir un être pur et attentionné, dans ce monde de blasphémateurs, qui les a appelé. Etendu sur le sol, au milieu d’une mare ensanglantée, toutes ces choses ont revêtu une suffisante clarté, une délicieuse obscurité, c’est le défaut aguicheur de l'harmonie entre deux mondes baignant dans la même symbiose.
Une senteur infinitésimale du choix le plus exquis, à laquelle se mêle une très légère ivresse, nage dans cette atmosphère, où l'esprit sommeillant est bercé par des sensations de serre chaude.
La lumière tombe, pure et immobile. Les bruits de la ville vont bientôt s’intensifier et attiser la vacuité – les fils d’Artaud, la lame de rasoir, le fou qui la tient encore, la main crispée et cette nouvelle dérisoire, telles des silhouettes présentes avant le grand naufrage ou le grand départ...

4
4

Un petit mot pour l'auteur ? 3 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Eugène
Eugène · il y a
Pour le titre déjä ! +1
Image de HaïkUlysse
HaïkUlysse · il y a
Merci beaucoup Maud pour ton passage, ton précieux commentaire, je suis allé voir et commenter Vénus, et je pense laisser aussi un commentaire à "Nue sous la moustiquaire" le temps que je l'étudie.
Image de Maud Garnier
Maud Garnier · il y a
Alors, je serai la première à voter pour ton texte !... J'aime beaucoup "Une senteur infinitésimale du choix le plus exquis, à laquelle se mêle une très légère ivresse, nage dans cette atmosphère,...".
Je t'invite à venir lire mes 2 poèmes "Vénus" et "Nue sous la moustiquaire..." je serais ravie de ton passage et de ton avis ! :-)

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La Nef du fou

Sylvie Neveu

Ici, l’herbe est parfaitement tondue mais sa couleur est inhabituelle.
Ici, l’herbe n’est pas verte. Elle est rouge. Ici, toutes les fleurs dans les massifs sont rouges. Les marguerites, les... [+]