Image de Silvie DAULY

Silvie DAULY

1497 lectures

305 voix

En compétition

C’est un matin hors du temps. Un jour sans date, un jour sans nom. Un jour d’après le cataclysme.
Autour de la chapelle, nulle trace humaine. C’est un jour d’après-monde, où les formes s’esquissent sur les murs de l’église dans le bleu du silence. Car c’est l’heure bleue, la bien nommée, où le monde bascule lentement dans le jour, où la pâleur de l’aube gagne un peu sur la nuit. Dans cette église à l’abandon, les arbres ont défoncé les dalles, les oiseaux du passé ont façonné leurs nids fauves hors saison. Pas un son sur les pierres où résonnaient jadis les pas des religieuses. Les arcs-boutants hier tout frémissants de chants et de prières n’accueillent plus de cris d’oiseaux. Seul un grand oiseau muet, œuvre d’art de billes fondues et de ferraille, en reproduit vaguement la forme.
La légende sous l’œuvre est écrite en français, une langue oubliée qu’on parlait autrefois dans cette partie du monde. Avant que le fer forgé, les billes fondues, les mines d’or, les prières balbutiées et l’orgueil des artistes n’aient perdu tout leur sens. Au cœur de la chapelle, des silhouettes humaines sont pétrifiées. Statufiées, changées en œuvres d’art par un Créateur cruel et facétieux. Leurs bouches sont figées dans un cri de stupeur et de terreur immense. Un nouveau Pompéi. La peur s’empare aussi de moi. Que signifie cela ? Et de quel cataclysme suis-je la survivante ?
Seule l’agonie du Christ continue sur la croix. Une vérité se cache sous l’apparence de cet homme presque nu, au corps qui se tord de souffrance. Cette vérité qui ne dira jamais son nom puisque le langage n’a plus cours.
Dans la chapelle abandonnée, la nuit presque mourante fuit dans ses voiles bleus, et c’est le blanc qui gagne. Tout au pied de la croix, le souffle suspendu, mon corps échappe à la durée. Alors à petits pas, la nuit part pour de bon et la clarté triomphe. La lumière, le Christ, les murs, les œuvres d’art prennent la parole sans pensées, au-delà du langage. Et j’entends la vérité nue, à la voix si limpide déshabillée des mots. Qu’importe, me dit-elle, de mourir ou de vivre si la mort même n’est qu’illusion, rien qu’une vanité de plus. L’univers poursuivra sa course et les étoiles de glace se moquent des bonheurs et des peines humaines.
Ce sera un jour de grande paix. Un jour sans date, un jour sans nom. Un jour d’après le cataclysme.
J’accepte dans la joie ma survie comme ma mort, je suis un simple jouet entre les mains de Dieu.

PRIX

Image de Hiver 2020

En compétition

305 VOIX

CLASSEMENT Très très court

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
on glisse sur ton monde , Silvie, comme sur de la glace....la glace de mon Antarctique par exemple, si tu aimes... Belle année 2020 !
·
Image de Silvie DAULY
Silvie DAULY · il y a
Merci Zouzou et belle année à toi aussi. Je vais lire ton texte.
·
Image de De margotin
De margotin · il y a
Magnifique
Bonjour à vous!
Je vous invite à découvrir et à soutenir Nilie au concours du Prince oublié. Merci beaucoup

https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/nilie-3

·
Image de Silvie DAULY
Silvie DAULY · il y a
Merci De margotin. Je vais lire votre texte.
·
Image de Odile Duchamp Labbé
Odile Duchamp Labbé · il y a
Magnifique texte qui en si peu de mots ramène à l'essentiel. Merci Silvie pour ce cadeau.
·
Image de Silvie DAULY
Silvie DAULY · il y a
Un grand merci surtout à vous Odile, pour ce message si généreux.
·
Image de Odile Duchamp Labbé
Odile Duchamp Labbé · il y a
J'ai "un très lourd fardeau" en lice en ce moment mais ne vous sentez pas obligée.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/un-tres-lourd-fardeau

·
Image de Silvie DAULY
Silvie DAULY · il y a
Nous avons dû penser l'une à l'autre presque en même temps car je m'apprêtais à aller sur votre page avant même d'avoir vu ce message. A tout de suite Odile.
·
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Un temps hors du temps et si envoûtant. Texte et plume donnent envie de croire que certains auteurs écrivent à l'encre de leur âme *****
·
Image de Silvie DAULY
Silvie DAULY · il y a
Cher Patrick, vos mots résument l'objectif inatteignable vers lequel je tends, comme vous, comme beaucoup d'entre nous. Je reçois votre magnifique commentaire comme un cadeau qui n'a pas de prix. Merci !
·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
La vie comme mise sur pause, un univers figé, suspendu, presque irréel
·
Image de Silvie DAULY
Silvie DAULY · il y a
Merci pour ce ressenti original et pour votre lecture attentive. Bonne journée Isabelle.
·
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Ouf ! Ca donne tout de même à réfléchir ! mais c'est beau.
·
Image de Silvie DAULY
Silvie DAULY · il y a
Merci Atoutva.
·
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
C'est fort parce que ça soulève la vie ! bravo
·
Image de Silvie DAULY
Silvie DAULY · il y a
Merci d'avoir aimé, Viviane.
·
Image de Philip Kie
Philip Kie · il y a
Signalant par des croix les jours au nom perdu...
·
Image de Silvie DAULY
Silvie DAULY · il y a
J'avoue que le sens de votre commentaire m'échappe, mais ça doit être plutôt positif puisque vous avez voté. Tous mes remerciements Philip!
·
Image de Philip Kie
Philip Kie · il y a
Bien sûr que c'est positif.
·
Image de Alberto Trentinher
Alberto Trentinher · il y a
Texte formidable qui nous fait r e f l é c h i r , chapeau Silvie Dauly!
·
Image de Silvie DAULY
Silvie DAULY · il y a
Merci pour votre enthousiasme Alberto et belle soirée à vous !
·
Image de Nilo
Nilo · il y a
Dans cette chapelle abandonnée où le temps n'a pas de prise, la vie semble jaillir de chaque pierre, chaque débris. Par son éclat, règne encore en maître ce pauvre corps torturé sur sa croix !
·
Image de Silvie DAULY
Silvie DAULY · il y a
J'aime votre ressenti, Nilo. Comme vous avez bien visualisé cette scène ! Merci pour votre imagination d'artiste.
·
Image de Nilo
Nilo · il y a
Merci aussi Silvie et bonne fin d'année.
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Mon grand-père portait un maillot de bain en laine. Il était tricoté « serré » pour ne pas se déformer en prenant l'eau. Une large ceinture de cuir le retenait à sa taille. La boucle en ...

Du même thème