josh

il y a
3 min
303
lectures
0
14h35. Plus qu'une heure.
Mis-a-part les intellos, bien droits sur leurs chaises au 1er rang, toute la classe est affalée sur son bureau et a moitié endormie.
Mme. Simons ne prête aucune attention aux ricanements, murmures, soupirs des 4°2 et elle continue a débiter son monologue sans fin sur les astres avec animation.
Elle semble presque surprise que certains élèves ne s'intéressent pas aux étoiles.
Pourtant, ça semble logique pour la plupart des membres du collège Bellevue, y comprit les professeurs, qu'un vendredi après midi, juste avant les grandes vacances, personne ne fasse attention à deux heures de cours dans la matière la plus ennuyeuse du monde : la Physique-Chimi.
Quand Mme. Simons en vient à l'attraction entre la Terre et la Lune, ses yeux s'illuminent d'un éclat passionné et elle agite furieusement les mains en parlant si vite qu'elle-même ne doit rien comprendre à ce qu'elle raconte.
Enfin, certain intellos doivent quand même saisir quelque chose, car Anais, une minuscule brune assise au 1er rang, dresse son poignet de plus en plus haut comme si elle voulait toucher le ciel. Quand la prof l'interroge enfin, elle baisse doucement la main et écarquille des petits yeux pétillants avant de déclarer :

"Pourquoi la Terre et la Lune n'entrent-elles pas en collision ?"

Sa voix fluette résonne dans la salle et me donne la migraine, mais je me force pourtant à écouter la réponse de Mme. Simons.

"La Terre et la Lune se complètent, elles ne peuvent pas s'approcher, mais elles ne seront jamais loin l'une de l'autre."

Anais hoche gravement la tête comme si elle venait d'entendre le fait le plus sérieux et important du monde et je suis si exaspérée que je détourne le regard.
Cette phrase me ramène a lui. Tout me ramène toujours à lui.
Josh et moi, on est comme la Terre et la Lune.
Nos mères ne se connaissaient pas avant. Avant d'accoucher toutes les deux par césariennes, le même jour, et dans des lits voisins. La seule différence était que Laure a accouché d'un garçon; Josh, et ma mère d'une fille; moi. Apres ça, elles sont devenues meilleures amies.
Je suppose qu'elles pensaient que ça se passerai comme dans les films, où les enfants des deux "best friends" deviennent inséparables à leurs tours. Et bien non.
Josh et moi, on s'est haï dès le premier regard.
La première fois que je suis tombée, c'était lui qui m'avait poussé.
La première fois qu'il a eu un plâtre, c'était moi qui l'avait mis au défi de sauter du haut du skate-park.
La première fois que j'ai eu un chagrin d'amour, c'était lui qui l'avait forcé a me quitter.
La première fois qu'il s'est battu, c'était contre ma meilleure amie.
Pourtant, il y a aussi eu d'autres moments. Des vrais.
On a apprit à marcher, perdu notre première dent, enlevé les petites roues de notre vélo presque en même temps.
Quand il a reçu en plein fouet la séparation de ses deux parents, j'étais là.
Quand mon chaton est mort, il était là.
Petits, on s'est fait tous les coups bas possibles. On s'est frappé, vendus, brisés, détruits.
On a jamais supporté que l'autre sorte avec quelqu'un. On a déjà été ensemble, mais c'était pour mieux se blesser.
La semaine dernière, j'ai appris quelque chose sur Josh. Son père est mort. D'overdose.
Quand j'ai su, je me suis attendue à ressentir de la joie, du bonheur noir, mais rien.
Juste une larme a coulée de ma joue, comme la pluie dans ses yeux gris.
Pendant des heures, je suis restée avec lui, juste nous deux, serrés sous le mauvais temps dans notre cabane en bois.
Je me rappelle de l'avoir beaucoup embrassé, et que ses lèvres avaient gout de sels, de noirs, d'étoiles et d'espoir.
Le lendemain, tout avait disparu.

"Je te hais, Emma. Je te hais de tout mon être. Exactement comme toi tu me détestes. Nous deux, on est des êtres contraires. On pourra jamais, jamais, être ensemble. "

Je n'avais jamais rien été pour lui. Juste un punching-ball, un jouet, une fille à briser.
Les jours suivants, il a ré-essayé de me parler. Je n'étais jamais disponible pour lui. Mes amies formaient une protection autours de moi. Je l'ai bloqué sur tous les réseaux. J'ai effacé toutes traces de contact avec Joshua Smith.
Il a finit par cessé d'essayer.

"Dring !"

J'entends la sonnerie déformée, comme si j'étais sous l'eau.

"Josh", me disent les étoiles de Mme. Simons.

"Josh."

J'aime ce garçon, je l'aime bordel. Nous deux, on est comme la Lune et la Terre.
On se hait autant que l'on s'aime.

Alors je cours. Je cours pour rattraper Josh.

Et quand nos lèvres se rencontrent, je sens les planètes s'aligner au dessus de nous.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,