Jimmy

il y a
3 min
503
lectures
141
Qualifié

etraité après une vie "d'expatrié" riches en bon moments et d'autres plus délicats à gérer.. Au gré des voyages et longs séjours sur plusieurs continents, l'écriture a été un moyen  [+]

Image de Hiver 2020

Jimmy traîne ses vingt ans dans les rues de la cité. Une ville grise, sans âme. Un air de blues lui trotte dans la tête ; sa dernière composition, en rage contre cette société qui le malmène depuis son enfance. La musique lui permet d’échapper au sordide, à l’emprise des bandes qui régentent le quartier. Guitariste de talent, il a fondé depuis quelques mois un groupe de blues/rock. Ils se produisent dans les bars du coin, moyennant quelques revenus très modestes.
Il rentre chez lui. L’éclat lumineux du gyrophare d’une voiture de police, stationnée devant son immeuble, l’intrigue, il presse le pas.
« Ton frère est mort – assassiné – ! »
Il est tétanisé, hébété. Jimmy refuse la nouvelle. Sonny son frère aîné qui l’a initié dès son plus jeune âge à la musique. Le monde s’écroule autour de lui.
Un policier l’interroge sans complaisance.
« Un règlement de compte avec la bande du quartier ouest. Ton frère n’avait aucune chance. Tu sais quelque chose sur ses trafics ? »
Jimmy n’en a aucune idée. Sonny protégeait son jeune frère, il le laissait loin de ses affaires louches. Également excellent guitariste, il avait laissé tomber la musique pour intégrer une bande de trafiquants, ce qui lui permettait de subvenir aux besoins de la famille et d’acheter du matériel pour aider la formation de Jimmy.

Le jour suivant, le groupe se produit dans un bar, quartier général de la bande du quartier ouest. L’atmosphère est tendue. Jimmy fusionne avec sa guitare, son frère est devant lui, il joue et chante pour lui. Les musiciens assurent un rythme percutant, agressif. Le beat résonne dans la salle, les solos de guitare transpercent les corps, coups de couteau vengeurs.
Le concert est terminé, les artistes rangent le matériel. Jimmy est épuisé, l’esprit vidé par sa prestation. L’adrénaline redescend, il se sent apaisé. Il ne voit pas venir quatre individus qui l’entourent.
« Cassez-vous les musicos ! On a à parler à Jimmy »
Les hommes sont menaçants.
Jimmy reconnaît les malfrats de la bande du quartier ouest.
« Viens par-là Jim, il faut qu’on parle affaires. Ton frère nous devait un sacré paquet de pognon. Alors on compte sur toi pour nous rembourser. On te donne quinze jours, pas plus. Passé ce délai tu risques d’avoir de gros ennuis. Allez ! Salut l’artiste ! »
Jimmy est atterré. Il ne possède même pas le dixième de la somme demandée.

Deux jours ont passé. Jimmy devient nerveux. S’il ne rembourse pas la dette de son frère en temps voulu ; il connaît parfaitement la sentence : deux ou trois brutes lui casseront les doigts d’une main puis renouvelleront la torture quelques jours plus tard s’il ne s’est toujours pas exécuté. Adieux la musique et les solos de guitare.
Le meilleur moyen de trouver la somme due est de participer à des combats de boxe clandestins, où les parieurs jouent des mises importantes. À l’adolescence, ses parents l’avaient dirigé vers la salle d’entraînement de son quartier, afin de le détourner des gangs et des embrouilles. Il avait acquis une bonne technique, gagné quelques combats et s’était forgé une solide réputation qui forçait le respect des gamins de la rue. Il s’entraîne encore régulièrement pour garder une hygiène de vie.
Il tente sa chance.
Quatre combats dans la semaine, tous gagnés d’une manière expéditive. Jimmy n’a pas perdu sa vista ni son crochet du droit dévastateur. Sa cote devient intéressante. Il a déjà amassé la moitié de sa dette.
Ce soir il joue gros. Il affronte le caïd du coin. Ancien boxeur professionnel, reconverti dans les combats clandestins, beaucoup plus lucratifs. Jusqu’à ce jour, il a pulvérisé tous ses adversaires. S’il gagne, Jimmy empoche le pactole.
Le ring improvisé trône au centre d’un hangar désaffecté situé dans un quartier à l’extérieur de la cité. Les parieurs sont nombreux dans une ambiance électrique et surchauffée. Jimmy, tendu, concentré, entame le combat. En face de lui, une montagne de muscles, un colosse au regard méchant. Jimmy tourne autour de son adversaire comme une araignée tissant sa toile pour attraper sa proie. Il n’a pas vu arriver la droite qui l’envoie au tapis. Fin du premier round ; il s’est retrouvé plusieurs fois à terre. Dans son coin, il essaye de récupérer et doit trouver la parade sous peine de se faire massacrer. Sa cote auprès des parieurs s’effondre.
Il retourne au centre du ring, croise le regard vicieux, méprisant de son adversaire. Le blues ; il doit trouver sa force dans sa musique et son esprit qui le transcendent.
Il entend la rythmique se mettre en place, les pulsions de la basse et de la batterie s’accélèrent, prennent du volume, son jeu de jambes prend la cadence, ses coups partent sur un tempo régulier. Son adversaire est désorienté, il est au bord de l’asphyxie. La température monte dans le public déchaîné, les paris s’affolent, les billets changent de mains avec rapidité. Jimmy maîtrise le combat, il entame son solo de guitare, éruptif, déchirant, avec une énergie hors du commun. Il n’est plus sur un ring, mais dans une salle de concert où il joue pour son frère. Son bras se détend dans un éclair. Il entend un craquement. Le colosse git à terre, la mâchoire fracassée.

Jimmy a remboursé sa dette. Le concert, que le groupe a donné ce soir dans une petite salle du quartier, vient de se terminer. Un homme s’approche du guitariste.
« Salut Jimmy ! Tiens, voici ma carte. J’aimerais bien vous entendre très rapidement. À bientôt ! »
Interloqué, Jimmy jette un coup d’œil à la carte de visite.
« Hey ! Les gars ! On a décroché une audition dans la plus grande maison de disques de la ville ! »

141

Un petit mot pour l'auteur ? 55 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Julien1965
Julien1965 · il y a
Un texte ancré dans la réalité de certains quartiers périphériques. En vous lisant, notamment sur la fin, je n'ai pas pu m'empêcher de penser au film Rocco et ses frères de Luchino Visconti...
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Et il arrive à conserver tous ses doigts en boxant ?! Whaou, le king ! Trop fort ! Vous faîtes une suite ?
Image de Jln
Jln · il y a
Merci pour votre commentaire. Une nouvelle inspirée des migrations Afro-Américaines dans les années 50/60 ou beaucoup de gens se dirigeaient vers la boxe puis vers le blues. James Brown entre autres. Je ne pense pas faire une suite. C'est une nouvelle qui fait partie de mon nouveau livre Café Noir, à paraître en février. Des textes dans la veine de Jimmy
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Get on up !
Image de JACB
JACB · il y a
Voilà un musicien qui a de la ressource, il sait reprendre les gants et la chance lui sourit, comme à moi qui viens de lire un texte fort agréable, j'aime bien les histoires qui finissent bien, merci JLn*****
Image de Jln
Jln · il y a
Je vous remercie vivement de votre lecture et commentaire
Image de coquelicot Coquelicot
coquelicot Coquelicot · il y a
du désespoir à la délivrance. Un parcours fort réaliste et bien décrit. Mon vote
Coquelicot, en concours pour le prince oublié

Image de Jln
Jln · il y a
Je vous remercie pour votre lecture et commentaire. Je n'oublie pas votre prince
Image de Wiame Diouane
Wiame Diouane · il y a
Image de Jln
Jln · il y a
merci de votre lecture
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Mon soutien pour cette belle œuvre bien menée et captivante, JLN ! Une invitation à venir découvrir les aventures de mon prince oublié dans “Conquêtes” ! Merci d’avance et bonne journée! https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/conquetes-1
Image de Yves Dimier
Yves Dimier · il y a
Bravo Jean-Louis, tu as donné aux mots simples un bon rythme de blues. On part dans la musique. C’est un joli morceau.
Image de Jln
Jln · il y a
merci beaucoup Yves
Image de Chantane P.
Chantane P. · il y a
Quand la rage de la sagesse est plus forte que la sortie de route. Belle plume
Image de Jln
Jln · il y a
merci pour ce joli compliment
Image de Odile Salmon
Odile Salmon · il y a
Quel swing 🤩 Ta prestation m'a laissée KO... 😉
Image de Jln
Jln · il y a
Oups ! je devrais dire désolé d'avoir cogner trop fort ! mais non ! je suis vraiment ravi que tu sois ko par ma plume et je te remercie infiniment de ton commentaire
Image de Pierre Deroux
Pierre Deroux · il y a
Évidemment ... tu es virtuose dans le registre de la surprise ! Merci
Image de Jln
Jln · il y a
en espérant qu'elles soit bonnes ! Un grand merci

Vous aimerez aussi !