Jeu de piste à Voltaire dès 6 heures 27

il y a
2 min
374
lectures
268
Qualifié

Bienvenue au pays des mots et des histoires ✨✨✨✨✨✨✨✨✨✨  [+]

A 6 heures 27, Blandine, qui s’ennuie un peu, appuie sur la borne Short édition de la station Voltaire. Le papyrus qui en sort n’est pas comme d’habitude. Il indique simplement : « au prochain arrêt, tu trouveras sur un siège de la station un livre de Dan Brown ; à la page 6 de ce livre, tu suivras les indications du marque-pages, qui te donnera un autre indice ». Passée la surprise, Blandine s’interroge. Au prochain arrêt, d’accord, mais dans quel sens de la ligne 9 ? Elle consulte son petit plan : Charonne, ça ne lui évoque rien, à part Sharon Stone. Saint-Ambroise en revanche, cela lui fait penser à la revue qui publie des nouvelles et où Blandine rêve d’être publiée. Alors c’est parti pour l’arrêt Saint-Ambroise !
Là-bas, Blandine se met à rechercher le livre oublié sur un siège. Effectivement, le Da Vinci Code n’attend qu’elle, au bout d’une rangée de sièges vides. Elle l’ouvre, un peu fébrile, et trouve le marque-pages. Il y est écrit simplement : « RER A, Auber, puis Pyramides ». Blandine se fait la réflexion qu’il est normal que Dan Brown l’envoie à Pyramides. Par contre, y aller par le RER, se coltiner les couloirs Auber-Opéra, quand la ligne 9 ferait très bien l’affaire jusqu’à Chaussée d’Antin ? Blandine est sceptique, mais décide finalement de suivre les recommandations du marque-pages. Elle prend le RER à Nation et descend donc à Auber. Blandine a la surprise d’y être accueillie par des tambours et trompettes survoltés, pour les 40 ans du RER. Elle avait oublié que c’était aujourd’hui. Pour l’occasion, une belle innovation est expérimentée : des diffuseurs ont été installés un peu partout, et une délicieuse odeur de pain d’épices chaud a envahi tous les couloirs jusqu’à Opéra. On s’y sent merveilleusement bien. Blandine en perdrait presque son objectif : aller à Pyramides. C’est vite fait !
En descendant du wagon, une nouvelle surprise attend la jeune femme. La station fête ses 101 ans, c’est cocasse, et a décidé d’organiser un atelier d’écriture de nouvelles, animé par Jean-Paul Didierlaurent. Les participants disposent de 6 heures 27 pour rédiger un texte intitulé « Le poulet était trop cuit », avec obligation de faire référence à la station Pyramides. Blandine décide de se prêter au jeu d’écriture, la RATP offre même des sandwichs poulet-curry qu’on espère pas trop cuit !
Le soir, Blandine rentre chez elle, rue de la Roquette. Jean-Marc est déjà en cuisine, tout fier d’avoir fait mijoter dans la cocotte un poulet au curry. Pour ne pas le décevoir, Blandine décide de ne rien dire de son repas de midi, et donc de ne pas trop parler de sa journée. C’est dommage, pour une fois qu’elle ne s’est pas ennuyée et qu’elle n’a pas vu le temps passer. Jean-Marc serait content de savoir que son épouse, dont le nouveau traitement est très lourd, a pu profiter de ce premier jour de juillet. Cela dit, il est déjà au courant de tout... Etant chargé de la maintenance des bornes Short édition installées à Paris, Jean-Marc a programmé lui même l’engin placé à Voltaire, pour qu’il délivre à Blandine le premier élément du jeu de piste. Demain, il va envoyer sa femme faire une course rue Meslay, pour qu’elle s’arrête à République où il y a une autre borne. Il fera en sorte que Blandine y récolte un nouvel indice, et suive une autre piste, juste histoire d’égayer sa journée.
268

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Isabelle Vanoye
Isabelle Vanoye · il y a
J'aime le côté feel good de cette nouvelle.