3
min

Jeanne et le Prête-plume

Image de Claire Dévas

Claire Dévas

1875 lectures

426

FINALISTE
Sélection Public

Une foule de personnages, inutiles, bancals, estropiés, dont les histoires avaient pris de mauvais chemins, reposaient, enfermés dans leurs recueils, au fond du puits de l’oubli.
Parmi eux, se trouvait Jeanne, jeune bergère pleine de vie, abandonnée au milieu d’un verger. Et c'est par un lumineux matin, qu'elle décida de prendre en main sa destinée, la sienne, mais aussi celle de tous ses semblables.
Certaine de la justesse de son combat vers la lumière, en cet instant de grâce, elle reçut l’inspiration divine, celle-là même qui avait manqué au créateur de leurs jours !
Inattention, fatigue, lassitude suffisaient pour que le cour fluide d’une histoire prenne, une voie sans issue, perdant l'auteur dans le dédale de son imagination. Les personnages étaient laissés, exsangues, remisés pour toujours dans le carton des refus ou pire des inachevés.
Jeanne entendait une voix l’exhorter à rassembler ses compagnons de misère, pour partir, ensemble, plus forts, à la conquête d’un univers à recréer.
Avec ardeur et détermination, elle interpella chacun des personnages endormis. Un à un, elle les gagna à sa cause, rassemblant les pièces de ces puzzles éparpillés. Tandis que les mots se bousculaient dans un désordre sombre et bruyant, la porte du placard grinça.
Un rai de lumière figea les caractères coincés entre deux pages.
Une main souleva le couvercle du carton poussiéreux et se glissa à la recherche d’un recueil sur lequel était inscrit en grosses lettres sombres, une date, lointaine déjà, en dessous d’un titre, devenu illisible, et du nom d’un inconnu.
Les yeux de l’auteur se posèrent sur les premières lignes de son premier texte, abandonné, mais pas oublié... Des larmes de frustration voilèrent sa vision. Il avait en mémoire un texte fluide, une histoire harmonieuse...
Assis au sol recroquevillé sur ses maux passés, la preuve de sa médiocrité entre ses mains, l’homme pleura : ni lui ni ses textes ne sortiraient de l’ombre. Il noya alors son cœur dans l’amertume et son esprit s'assombrit.
Ce fut le moment que Jeanne choisit pour sortir de l'anonymat. Droite, souriante, jeune, la flamme de la ferveur brûlant de mille feux dans son regard franc : elle était telle qu’il se l’était imaginée ! Il songea que la folie avait définitivement pris possession de lui, puisqu’il regardait en face à présent, l’un de ses personnages. Un rictus étrange s’imprima au coin de sa bouche : feindre la folie, cela pouvait-il être un moyen de donner à son œuvre une certaine profondeur ?
Jeanne expliqua la voix qui lui disait de se battre avec courage, de redonner foi à ses compagnons d’infortune, qu’un autre destin que la misère et les ténèbres attendait au coin d’une nouvelle page de l’histoire.
L'auteur observait cette jeune créature qu’il avait créée « déterminée à en mourir ».
Il se remit au travail, relut, corrigea et affina les textes abandonnés. Rassemblant ça et là des personnages aux aventures similaires, aux destins parallèles pour qu’ils ne fassent plus qu’un.
Jeanne le guidait, modestement, expliquant qu’elle n’était que la messagère de l’inspiration, tandis que lui, le créateur, était le seul à pouvoir leur donner vie.
Après des mois de préparation, d’entraînement, l’histoire remaniée était prête à livrer bataille. Jeanne redoubla d’ardeur : enfilant son armure de détermination, elle prit la tête des troupes historiques, postant sans relâche les manuscrits, à la conquête des porte-flamme des maisons d’édition petites ou grandes.
Fer de lance de cette lutte des personnages sans valeur vers leur lumineuse destinée, vérifiant avec minutie, chaque ligne, signe de ponctuation, pluriel, infinitif, la cohérence et l’équilibre des paragraphes autant que la globalité de chacun des récits, elle sentait qu'ils ne pouvaient que gagner ou périr. Les personnages oubliés ne se laisseraient plus jamais asservir jusqu’à l’épuisement pour n’en jamais rien obtenir, sinon une prison de carton, sombre et humide, dont les parois pourrissaient, rongées par l’indifférence.
L’homme regardait de loin ce personnage, qu’il avait voulu exalté, jeune, rayonnant, mais dont l’évolution commençait à le dépasser ! Craignant de ne pas être à la hauteur de la fièvre volontaire qui avait pris possession de cette âme autrefois vierge de toute ambition, il la laissa mener à bien ce qui était devenu sa raison d'être.
À force de remaniement de leur caractère, les personnages oubliés étaient devenus sûrs d’eux, s’épanouissant fièrement le long des pages. La gueule béante de la boîte aux lettres attendait qu’on lui livre les réponses à l'envoi de ce recueil qui était devenu une narration passionnante et passionnée.
L’homme debout attendait.
De nombreuses réponses se firent bienveillantes: « malgré le caractère inédit et inattendu de votre récit, il ne correspond pas... », « malgré les réelles qualités d’écriture... », « malgré l’intérêt que nous avons porté à votre texte notre comité de lecture n’a pas... », « malgré... », « malgré... » et puis le téléphone sonna : une célèbre maison d’édition recherchait un auteur inconnu ayant ces qualités d’écriture si rares de nos jours, pour écrire la biographie d’un personnage connu mais au savoir-faire insuffisant pour se livrer lui-même à ce travail laborieux et exigeant nécessaire à la rédaction de l’histoire d’une vie entière.
L’avènement venait de sonner à la porte du destin de l’auteur : il ne lui restait qu’un détail à régler...
D’une main ferme et sans le moindre état d’âme, il attacha solidement Jeanne aux fils grossiers de ses mensonges d’autrefois, qui faute de travail, encore et encore peaufinés, n’étaient jamais parvenu à devenir une histoire digne d'édition. Les manuscrits asséchés rassemblés à ses pieds, fidèle à ce qu’elle avait toujours été, Jeanne tourna son regard vers son Dieu créateur et accepta le sacrifice qui lui était imposé, comme le nécessaire accomplissement de sa destinée.
Allumant le bûcher de ses vanités, l’homme alors se coucha...

PRIX

Image de Eté 2017
426

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de RAC
RAC · il y a
Quelle aventure sympathique et quel personnage attachant ! merci pour ce bon moment. A bientôt j'espère...
·
Image de Claire Dévas
Claire Dévas · il y a
Merci RAC d’avoir pris le temps de sortir Jeanne de son carton :-)
·
Image de Jcjr
Jcjr · il y a
J'ai aimé cette création littéraire avec ce personnage sorti des cartons et qui devient la muse de l'écrivain, prenant de plus en plus d'ampleur et surveillant ce travail sans relâche, que demande un manuscrit. Jeanne initia, puis se courba devant l'auteur, qui se coucha. Retour au carton.
Et si vous veniez me découvrir ?...

·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un texte qui tient en haleine jusqu'à la chute, une jolie histoire.
Je vous invite "A l'horizon rouge" en finale du Prix lunaire et à me visiter dans ma maison de retraite.

·
Image de Guy Richart
Guy Richart · il y a
Très jolie histoire de création laborieuse dans l'art de la littérature. Ma voix.
·
Image de Zurglub
Zurglub · il y a
Ah le Cauchon !!!
·
Image de Leméditant
Leméditant · il y a
Revenue sur Short après une longue absence, je découvre l'épopée de Jeanne. Ce récit m'a beaucoup plu. Un vrai plaisir de lecture. Bravo!
·
Image de Claire Dévas
Claire Dévas · il y a
Merci Leméditant
·
Image de Le cacographe
Le cacographe · il y a
Malgré... malgré... malgré qu'il soit trop tard pour vous donner ma voix, je tiens à vous dire merci pour le plaisir pris à le lire.
·
Image de Claire Dévas
Claire Dévas · il y a
Merci Le,cacographie d'être venu redonner un peu de vie à ma petite Jeanne :-)
·
Image de Anonymous71
Anonymous71 · il y a
Bravo pour ce texte et votre finale!
·
Image de Claire Dévas
Claire Dévas · il y a
Merci Anonymous. Ce texte me tenait à cœur, j'y avais mis un peu de mon âme... ce fut insuffisant ... merci d'avoir redonné vie à Jeanne en passant la lire :-)
·
Image de Exophorie
Exophorie · il y a
Que cela est bien éccrit !
·
Image de Claire Dévas
Claire Dévas · il y a
Merci beaucoup Exophorie !
Si vous en avez le temps et l'envie, Permettez que je vous invite dans mes mots en passant :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/droit-de-cite-1

·
Image de Clara Fgx
Clara Fgx · il y a
Une histoire qui ne lasse pas son lecteur. J'aime bien, c'est divertissant.
·
Image de Claire Dévas
Claire Dévas · il y a
Merci Clara :-)
·