Je vous dois combien ?

il y a
1 min
7
lectures
0

Je suis une poussière qui partage un destin universel, je profite de ma deuxième vie après la mort en me laissant aller sur les mots qui me hantent. Amateur de premier ordre, je conte la fiction  [+]

Sur le chemin des croyants, sur les allées des roches, des bustes d’hommes décoraient les pieds des fleurs encore chauds de l’écume de leur sang.

Le fléau du Crâal avait envahi le domaine et le reste de la terre des Torses. On en humait encore l’odeur des choses putréfiées par la pensée de Zaumes.

Des idoles en statuts fer-ocre rappelaient les déités dépassées par l’or et l’oubli.
Elles ornaient l’orifice des bouches des cadavres abandonnés par la chair.

Sous la pleine lune de jonc, l’incandescence du cuivre dans les béants des morts éclairait le mail comme une route de veillée.

Il se hâtait du bout du chemin. Il marcha pour le coup sans savoir où son talon se posait.

« Droit devant, droit devant, allons vers la lumière plus dense. », murmurait Poorstaff.

Le tapis du sol s’égratignait de ses enjambées plusieurs heures.
Le vent des criques soufflait le long de cette nuit et la nuit avançait comme Poorstaff, avec panache et insouciance.

Souriant de belle grimace, il arrivait alors devant le portail des forges qui l’accueillait.

Il ne se retourna aucunement et piétina un peu plus.

Sur la place du marché jusqu’à l’estrade phare de la foire, illuminée par des cônes de feu, un stand de belles poires présentaient une caissette qui avait mal fini.

Tout en s’en approchant, les mouches et les vers remuaient en tentaient le passage des pores de la peau jusqu’aux os.

Peu importe le tissu ganté autour de ses pauvres mains, le mal rentrait dans la gorge et dans le fond du fossé de la raison, à bras le col...

Le sol gesticulait et pressait le pas.

Le voilà tout proche, moins d’un mètre.

Ses lèvres et ses naseaux frémissaient un instant avant de se resserrer.

« Voilà le clou, le spectacle, le produit du jour!
Achetez ma pousse! Achetez ma ma pousse! », clamait la dame itinérante

On voyait le corps d’un jeune fou, emmêlé de ses membres allongés, les clochettes rouillées entre les dents.
Desséché et moisi par le temps d’automne, le torchon d’homme à jeun depuis longtemps éblouissait la curiosité malsaine de Poorstaff.

En fouillant sa poche, il échappait un cri. Il n’avait plus un radis à dépenser...
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,