Je t'écris tôt ce matin, il neige.

il y a
1 min
34
lectures
1

Comment ne pas écrire... Comment taire mes commentaires.. Ne pas les dire ? Comment ne pas écrire ? écrire ! c'est crier en paix  [+]

Je t'écris. Je t'écris tôt ce matin. J'ai ouvert les yeux en pensant à toi. Comme si tu m'appelais...
Il neige.
Peut-être partageons-nous cela, tous les deux face à une fenêtre, fixant la neige qui tombe, léger de l'être.
Bonheur simple. Le meilleur, celui qui s'accepte, donnant, plutôt que demande.
La neige est belle. Quelque part, tu es comme elle. Tu me rends fort, léger aussi...
Je perds les flocons.
Si tu étais là... C'est toi qui me soulèverais, m'emporterais, hypnotique instant.
Je te regarde, je te perçois au travers de moi et de l'immense nature qui se fait jour.
Comme si tu m'appelais, comme si, je répondais... Ensemble d'impressions, de sensations, ressenti.
Qui font que je te sais, je te devine. Sans distance. Avec insistance...
Reste ! Reste... Avec moi. Ne pars pas. Tu peux bien...
Instant fugace, désir tenace. Espoir d' à venir. Tactile. Si tu étais là... Alors que je suis déjà... Touché !
Au travers de sentiments plus grands que nous...
Bien sûr ! Qu'ils nous dépassent, venant jusque-là, jusqu' à nous. Nous renvoyant à d'idéales impressions.
J'aimerais tant mériter l'extase.
Comment ne pas remercier pour cet instant, cette seconde échappée, que je me joue à faire durer.
Insolent blagueur !
Mais c'est si doucement parfait. On voudrait le partager encore, pouvoir, dire : tiens ! ( à d'autres inconnu(e)s ),
Prend donc ! C'est inespérement plein...
Pouvoir caresser... L' espoir, comme ça, ensemble, de loin... Être dans cet échange superbe. Cette échappée belle. Dans ce sentiment rare. Une conscience pleine de confiance, sereine.
Avoir de ces "choses" à partager, comme des instant-cadeaux.
Qui nous attrapent, puis s' échappent tels le jeu d'émotions bouleversantes...
Je t'écris tôt ce matin, j'avais un peu peur en me réveillant d'être seul. C'est bête, me diras-tu,
Pas plus pourtant que cette impression de vide qui parfois nous étreint.
Comme si on voulait nous étouffer et que pour cette fois, on nous donnait tout l'espace disponible.
Dommage... J'aurais souhaité mériter enfin, plus longtemps de toi...
Un mariage blanc.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Nabelle Martinez
Nabelle Martinez · il y a
belle image de la légèreté de cette neige autant que ce mariage et l'espérance fugace...
si le coeur vous en dit, j'ai deux poèmes en compèt' : http://short-edition.com/oeuvre/poetik/de-toute-eternite-1
et aussi
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/foudroyes
mais sans obligation