Je t'ai vue

il y a
1 min
122
lectures
21

Un texte c'est comme une vie, il naît, il grandit mot après maux, il vit à travers ses lecteurs et il s'achève brutalement par un point final. Mais un bon texte c'est comme une bonne personne, il  [+]

J'étais ce genre de filles que l'on ne remarque qu'une fois sur deux, cette fille qui aime se sentir invisible lorsqu'elle marche dans les couloirs. J'étais celle qui arrive trempée en cours parce qu'elle casse toujours son parapluie, ou le perd, ou l'oublie. J'étais la fille au vernis écaillé bien loin de celles qui ont toujours une manucure parfaite, des cheveux parfaits et des amis parfaits. Je n'étais pas de ces filles qui savent se faire aimer peut-être parce que finalement je ne m'aimais pas assez moi-même. Et puis un jour sans crier gare tout à changé. Il aura suffit d'un battement de cils. Il avait plu ce matin-là, encore. J'étais à mon casier quand on m'a appelée, c'était Ted un camarade de chimie. Après quelques banalités il m'a dit vouloir « parler », ce n'est jamais bon signe.

« Tu sais je t'ai vue ».

« Quand ça ? »

« Je t'ai vue ».

Il m'a répété cette phrase comme si je devais comprendre plus que ce qu'il me disait. Mon regard a dû lui faire comprendre que ce n'était pas le cas parce qu'il a repris la parole.

« Je t'ai vue. J'ai vue ce que les autres ne voient pas. Je t'ai vue toi, celle que tu es, ton âme et pas celle que tu veux bien montrer. Je sais que ton rouge à lèvres ne sert qu'à détourner l'attention de tes yeux si tristes. Je sais que si t'arrives à sourire tous les matins c'est parce que tu pleures tous les soirs. Je sais que sous tes dehors de fille indépendante tu es terrifiée à l'idée d'être seule. Je t'ai vue et je n'ai pas pu m'empêcher de penser, bon sang cette fille là je l'aime. J'aime qu'elle préfère un hamburger à une salade, j'aime quand elle rit à en pleurer. J'aime sa veste trois fois trop grande et son jean troué. J'aime le grain de beauté dans son cou. J'aime qu'elle se morde la lèvre quand elle est stressée. Mais surtout j'aime ce que je suis auprès d'elle. Je t'ai vue et je n'ai plus l'intention de te quitter des yeux. Alors si un jour tu en as marre d'être seule, je serai là, à t'attendre ».

21

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Sous-terre

Thierry Zaman

Je passais mes journées à errer dans les métros. Je suis artiste. Enfin c'est ce que les gens disent lorsqu'ils me voient dessiner. Pour la police, je suis plutôt un vandale, quand elle me chope... [+]