Je suis de ceux.

il y a
1 min
98
lectures
18

Ce n'est pas moi qui écris ma vie. Non. C'est elle qui s'écrie  [+]

J'consomme tellement d'énergie à trouver des coupables à mon malheur que j'en oublie de rechercher mon bonheur.

Je suis de ceux qui s'vengent, pas d'ceux pardonnent.
J'pense pas être de ceux qui sont présents, j'laisse sonner mon téléphone.
J'ai b'soin de me laisser guider par ma solitude et j'agresse souvent ceux qui viennent me déranger dans ma plénitude. J'suis conscient que j'ai pas la bonne attitude.

J'suis pas un oiseau mais j'ai besoin d'altitude.
J'suis désolé ma belle, d'être un gars si compliqué mais tu n'es pas de celles qui recherchent la facilité.
J'suis pas l'genre à m'laisser border et j'suis pas l'genre que tu puisses supporter.

J'suis égocentrique, j'suis lunatique, j'suis bordélique, j'suis comme un voleur cerné par les flics. J'recherche une sortie mais j'ai pas suffisamment de fric. J'quitte la partie parce que je suis pas du genre unique.

J'suis banal, bancal, à la limite du vital, j'suis d'ces gars qui lâchent que c'est normal de s'envoyer une dose létale, j'suis pas de ceux qu'on étale, j'suis d'ceux qui s'perdent dans leurs propres dédales.

Imagine mon cerveau et c'putain de labyrinthe.
J'suis d'ces gars vers qui se dirigent les plaintes.
Ma vie est de celle que le bonheur feinte mais en même temps je ne m'empêche pas de me niquer à l'absinthe.
J'dis pas que je suis une sainte, non, mais j'croyais laisser un jour mon empreinte. Comme au poker j'me met tapis alors que j'ai pas la quinte. J'adore m'infliger de nouvelles contraintes, j'me suis inventé une vie toute peinte mais tout le monde sait que je suis pourri sous la teinte.

J'me retrouve dans rien, j'suis au bord de l'autoroute comme ce chien, j'suis seul à contrôler mon destin et je ne sais pas quels sont mes desseins. A peine plus crédible qu'un politicien, j'me ris des conséquences, j'suis pas un type bien, j'suis d'ceux qu'on traite de païens.

Je supporte plus qu'on m'supporte, j'aime pas qu'on m'ouvre des portes. J'ouvre pas les bouteilles, je les saborde. Tu veux des phrases mortes, viens approches toi et je te l'apporte. J'ai jamais cru que la vie était la plus forte, j'me fous des joies qu'elle comporte..

Ouais...

Mais...J'suis d'ceux qui s'en sortent.
18

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,