Je suis celles

il y a
2 min
18
lectures
5

Nous étions jeunes et ivres d'espérance, électronnes libres. La planète nous invitait au voyage, tout semblait possible et réalisable. Ce monde des hommes était comme un défi. Je suis celles qui rêvaient de partir loin. Tourner le dos aux habitudes ancestrales, aux gens. Partons ensemble s'il te plaît. Je suis restée, mes parents n'ayant d'autre soutien que moi, ce que tu avais appelé ironiquement, choisir la facilité. Tu as pris la route, le train, l'avion, le large loin.
Je suis celle qui a osé, je n'ai peur de rien. Je te regarde mon autre, je te souhaite le bonheur, la découverte de nouvelles terres, de nouveaux visages, une autre forme de vie plus sereine, plus juste. Me suis casée, deux enfants, équilibre plus ou moins stable selon la saison, les humeurs, la vie. Tu as voyagé, parcouru le monde, dépensé ta vitalité, dispensé ta générosité. Tu as traversé la terre, bravé les océans, usé tes souliers sur des cailloux.
Je suis celle qui emprunte le chemin des hommes. Je me glisse doucement dans leurs cœurs afin de les adoucir, arrêtons les guerres mon frère, mon ami, mon amour, mon amant, mon autre. Vois comme le monde serait meilleur, si seulement tu écoutais ton cœur. Tu m'écrivais de temps en temps, ta vie semblait plus palpitante que la mienne. Que cherches-tu loin que tu n'aies ici ma sœur, mon autre, ma mie, mon amour, mon amante ? Ma facilité devint difficile lorsque mon compagnon s'en est allé. Parti, envolé, mort peut-être. Parti comme font ces jeunes mâles qui engrossent et qui vont vers d'autres bras, d'autres seins, d'autres cuisses, féconder d'autres ventres et recommencer.
Je suis celle qui galère, femme seule avec enfants. Je suis forte d'avoir été féconde, optimiste jusqu'aux jours meilleurs, je suis mère, je suis double, triple et plus encore, je suis celles. Tu es venue quelque fois, oh pas longtemps, juste te reposer et changer de sac. Nous voulions tout savoir de ton périple, tu partageais peu. Allez, raconte-nous. J'ai beaucoup marché, souvent couru, parfois sauté, volé, oui, volé, toujours en solitaire. Viens avec moi cette fois-ci, allez, viens. Non, vas-y toi. Je ne puis abandonner mes enfants, que feraient-ils au lever du jour si leurs yeux ne me voyaient plus, petits d'hommes, âmes aimées, bouts de terre, de planète, une constellation nouvelle.
Je suis celle qui sillonne le monde sans domicile fixe, j'ai froid, faim et peur mais je continue, où est ma terre, ma maison, mon amie, mon autre ? Je continue, un pied devant l'autre, je serre les dents. Un autre homme, une nouvelle histoire, puis une fille aux yeux de pluie, sur le tard, fleur de mon jardin. Des hauts, des larmes, des rires, des chansons, des rencontres, des départs, des sourires, et. La clef sous le pot en terre devant la fenêtre si jamais tu passais par là.
Je suis celles qui s'arrêtent de courir, un jour. Blanches, noires ou autres. Je t'ai cherchée dans d'autres bras mon amour, je reviens à la maison, m'acceptes-tu telle que je suis devenue ? Je suis celle qui revient. Te revoilà. Fatiguée, désabusée. Les yeux rouges et les cils couverts de poussière ocre. Tu as trop vu, trop bu, trop fumé, trop donné de ta personne, épuisé ton énergie sans compter. Moi, je t'attendais, je ne suis jamais partie, je t'attendais de toute mes forces. Je suis là.
Je suis celle qui garde la lampe allumée pour que tu retrouves le chemin du retour. Long était ce chemin vers toi, vers nous, vers notre sol, notre cabane, notre yourte. Tu as eu raison de rester, me dis-tu. Assieds-toi, as-tu faim, soif, peut-être ? Dis-nous comment c'était le monde ? Le monde, tu sais...

5

Un petit mot pour l'auteur ? 8 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Une ambiance paticulière. Un personnage bien campé. Une belle thèse.
Image de M BLOT
M BLOT · il y a
un écrit original, bravo
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Une écriture qui me transporte directement dans votre univers. Un récit tellement humain et tellement touchant !
Image de Mandy Rukwa
Mandy Rukwa · il y a
merci Felix !
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Avec tous mes encouragements.
Image de Mandy Rukwa
Mandy Rukwa · il y a
merci Iraje !
Image de Philippe Clavel
Philippe Clavel · il y a
une écriture originale qui dégage une force tranquille et assumée en hommageà la Femme, à toutes les femmes.. (pas trop aimé le néologisme "électronnes libres")
Image de Mandy Rukwa
Mandy Rukwa · il y a
libre à vous... merci de l'avoir lu Philippe !