31 lectures

8

— Je pars !

Samia baissa les yeux en jetant cette phrase devant tout le monde réuni dans le salon. Le tumulte des mots s’estompa et fit place à un silence glacial. Les yeux de sa mère remplis de larmes se levèrent pour la regarder. On pouvait observer ce mélange de colère et d’incompréhension dans les yeux de cette mère de sept enfants. Elle regardait Samia. Son jean bleu délavé laissait apparaître des traces de vieillesse. Elle avait mis un débardeur rose, et par dessus une petite veste noire. Samia était jolie, mais sa beauté se perdait sous les traits de souffrances visibles sur son visage.

Son père n’osait pas la regarder. Son autorité était bafouée. Il se leva et quitta la pièce sans dire un mot, ou plutôt en maugréant face à la mère. « Faîtes ce que vous voulez ! Ils te plaisent tes enfants maintenant ? »

Cette accusation lancée à la mère, finit par mettre en colère Samia, qui lança à son père : « Sale con ! » en se cachant derrière ses bras voyant son père venir vers elle d’un pas décidé à la frapper. Elle reçut le coup en pleine tête, Abdel Kader, oncle maternel de Samia, qui était invité à dîner, s’interposa. Samia profita, de la diversion pour attraper son sac ouvrit la porte et se précipita vers les escaliers, laissant derrière elle les cris de sa mère, qui l’appelait désespérément.
Elle courait, courait. Les appels de sa mère continuaient à la suivre et faisaient écho dans sa tête. Elle ne pouvait rester. À vingt-cinq ans, elle devait faire de sa vie quelque chose. Il était presque vingt-trois heures quand elle frappa à la porte de Daniel. À peine avait-il ouvert la porte qu’elle fondit en larmes dans ses bras. Il n’eut le temps que d’esquisser un geste de recul. Il était surpris mais content. Elle avait finalement réussi à prendre la décision.

Comment pouvait-elle faire ? Aimer n’était pas chose à faire pour une fille. Née, à Clermont-Ferrand, de père marocain, travailleur à Michelin et de mère marocaine au foyer, Samia était l’aînée de ses frères et sœurs ; et du coup, l’espoir et l’exemple à donner aux suivants ! Grande responsabilité !

Daniel, ne s’attendait pas à la voir... La tête sur sa cuisse, elle s’était endormie ! Un calme, envahissait le petit appartement de 18 m² ! Ce calme effrayant, qui annonçait la tempête de problèmes, jusqu’à présent inconnus, qui allaient survenir. Il voyait défiler dans sa tête, le père, le frère, l’oncle, la mère, toute la smala, qu’il ne pouvait affronter... Ils la chercheraient sans doute... Et, puis, pas question de mariage... sa mère à lui en serait morte à l’idée...

Il lui caressa les cheveux. Fragile, était l’adjectif le plus adapté à sa situation. Il glissa un oreiller sous sa tête et se leva. Il s’assit au coin de l’appartement, et la regarda longuement... il était 1 heure du matin, il ne trouvait plus le sommeil...

Comment faire maintenant ? Comment a-t-elle pu ? Sans prévenir... non, je ne veux pas devenir musulman... non, je ne veux pas d’enfants non plus... des dépenses à prévoir... bon, elle bosse c’est déjà ça... mais je l’aime... je l’aime tellement Samia.

Daniel, s’endormit à son tour sur ces pensées... quand il ouvrit les yeux, sous les rayons du soleil venus caresser les carreaux de la petite chambre... Samia ! Où est-elle ? Elle n’était plus sur le lit... Il courut vers sa montre posée, sur le bureau... 8h 17... Son sac ? Il n’est pas là non plus... merde !

Il se dirige vers la salle de bain, peut-être, sous la douche ! Nada ! Et au coin de la glace un petit papier : « Cher Daniel, merci de m’avoir recueilli chez toi, en pleine nuit... mais, je ne veux te causer d’ennui, ni avec ta famille, ni avec la mienne, mon destin sera toujours ce mot qui raisonne dans ma tête : Je pars !»

8

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Odile
Odile · il y a
La fuite est-elle son unique mouvement?
Image de Mourad de La Montagne
Mourad de La Montagne · il y a
Ce qui arrive souvent comme premier réflexe ...
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Un beau récit qui explique bien le fossé creusé entre façons de vivre différentes... Maintenant, par bonheur, beaucoup de jeunes filles s'émancipent et s'affirment. C'est bien, à mon sens.
Image de Mourad de La Montagne
Mourad de La Montagne · il y a
et des deux côtés, les parents réalisent que leur vraie vie se trouve ici ... et abandonnent certaines traditions obscures et sexistes
Image de Fabienne Liarsou
Fabienne Liarsou · il y a
Le choc des cultures !
Les barrières à l’amour sont malheureusement encore d’actualité.

Image de Mourad de La Montagne
Mourad de La Montagne · il y a
Tout à fait. Merci pour ta lecture
Image de Lucie M. Ponroy
Lucie M. Ponroy · il y a
Toujours aussi juste, sensible. On aimerait suivre Samia encore un peu ...
Image de Mourad de La Montagne
Mourad de La Montagne · il y a
En effet, il y aura une suite ... j'avais commencé avec l'idée de livre au départ
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Merci de soulever ce problème très actuel
Image de Mourad de La Montagne
Mourad de La Montagne · il y a
Merci. Vous voulez dire, vers la fin ? ... j'ai dû raccourcir trop vite.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Comme tu peux le voir, j'ai supprimé la deuxième partie de mon com. Sa formulation ne me convenant pas.
Image de Mourad de La Montagne
Mourad de La Montagne · il y a
dans tous les cas, je suis preneur de vos commentaires. aucun souci ;) Merci encore, de t'être arrêté sur ce texte.

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème