Je crains la flèche et son instrument

il y a
1 min
10
lectures
0

L'Ecclésiaste montre l'expérience de celui qui, gardant la sagesse afin de pouvoir en juger, fait l'essai de tout ce qu'il peut supposer propre à le rendre heureux par la jouissance de toutes les  [+]

Douche. Chaude. Puis froide.

L'eau ruisselle sur mes épaules...

Il fait nuit. Pleine lune et Etoile du Berger visible.
Les étoiles filantes filent dans la nuit comme des promesses inachevées.

Loup... Y es-tu ?
Présent.
Regard de nuit, regard de feu.
J'ai les crocs.

Sur le dos, les yeux tournés et fixés sur cette fenêtre remplie de la nuit.
Tu me rejoins.
Pose ta croupe sur mon bas-ventre.
Pas un mot. Non. Juste le bruissement des peaux l'une contre l'autre.
Tes mains sur mon poitrail. Aiguisent mes sens.
Mâchoire accrochée. Mâchoire qui fait mal. Attraper ce plaisir qui m'envahit.

Je me retiens.

Je ressens tes halètements, et cette espèce de gémissement étouffé qui vient du ventre, qui vient des muscles.

Loup, où es-tu ?
Ailleurs. Mais avec toi ma belle.
Toujours.

Transpiration. Nuit moite. Cri dans la nuit.
Des chats se battent, miaulements aigus
qui se confondent avec les tiens...

L'étrange m'envahit comme cette vague ondulante du plaisir extrême.

Gorge déployée, mâchoire décrochée, cri silencieux.
Tous les muscles bandés et arc-boutés.
L'arc et sa flèche.

Mal. Plaisir. Souffrance mêlée de se retenir.
C'est la fin. Ma semence remplit ton ventre.

Lovée jusque la fin de cette nuit.
L'arc et sa flèche.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !