Jaune poussin

il y a
4 min
57
lectures
43

Dès l'adolescence , c'est à dire il y a bien longtemps, je me suis essayée à des poésies et des petits textes en prose. J'ai continué à le faire plus tard de façon irrégulière en  [+]

Image de 1ère édition

Thème

Image de Très très court

De loin, c’était un tapis jaune vif d’une longueur impressionnante et allant tout droit. Il avait un aspect doux, velouté et semblait agité de sursauts. Une multitude de jeunes poussins remuant leurs ailes naissantes ouvrait aussi grands que possible leurs petits yeux noirs.
« De l’air ! Faites de l’air avec vos ailes ! Prêts ! Entrez dans la machine à lisser vos plumes !» Des haut-parleurs déversaient sans interruption ces ordres de façon martiale. Derrière les vitres d’une tour constituant une sorte d’aquarium, des hommes et des femmes vêtus de blanc, gantés, avec une charlotte en plastique ridicule vissée sur la tête s’affairaient mystérieusement. En contre bas, dans une petite tribune aménagée, une dizaine de poules traduisaient des ordres aux poussins en langage aviaire, sans les voir. La machine vers laquelle s’acheminait le tapis était un énorme cube blanc avec une large ouverture sombre dans laquelle s’engouffraient à un rythme régulier ces petites boules jaunes pour les opérations d’ébouriffage et de lissage des plumes, c’est du moins ce qu’ils croyaient.

Le confinement, le manque d’espace, la mauvaise nourriture et les hormones que l’on donnait à ces poules dans l’élevage industriel attenant avaient eu raison de leur apparence. Elles étaient maigres, déplumées, affaiblies et de ce fait souvent changées par le personnel. Glousser, crier ou cliqueter pour traduire les ordres qu’on leur intimait s’avérait exténuant. Après mûre réflexion, le directeur eut l’idée d’introduire dans son élevage une variété de poules naines nommées Cayenne. Il savait que dans le passé, des volatiles de ce type, par leur simple présence, avaient permis à des prisonniers de ce bagne de retrouver un semblant d’humanité mais aussi qu’elles avaient la particularité d’être robustes. Parmi les éléments sélectionnés, se trouvait une poule différente. Elle était plus gracieuse que ses congénères, sa crête était d’un rouge plus vif, son plumage plus luisant et son intelligence bien supérieure. En langage aviaire, elle se nommait Hermione. Un soir, alors que les employés avaient quitté l’élevage, cette poule exceptionnelle, en bonne forme physique, comme piquée par une mouche, effectua un vol inattendu jusqu’au sommet de la tour. Et ce qu’elle vit la sidéra. L’énorme machine de lissage des plumes n’était autre qu’un broyeur géant d’où pas un poussin ne revenait.
La laisserait-on en vie pour dire la vérité ?
Le lendemain, aux premiers vrombissements de la machine à broyer Hermione cria dans les haut-parleurs depuis la tribune qu’elle avait regagnée la veille : « Où sont ELLES ? Où sont ELLES ?» La poule avait compris que le tapis de poussins n’était composé que des mâles inféconds. «Où sont vos sœurs ? Où sont vos sœurs ?»insista-telle.
«Où sont les poussins avec leurs plumes lissées ?» finit-elle par hurler. Il s’ensuivit une agitation visible et le tapis jaune fit de véritables vagues. Les têtes des oisillons remuaient dans tous les sens et leurs petits corps avaient des mouvements désordonnés, à tel point que Hermione fut obligée de prononcer des paroles d’apaisement. Il était trop tôt pour la révolte, et elle préféra attendre de trouver la bonne stratégie. Elle finit par prendre conscience qu’il lui fallait absolument l’appui des poules pondeuses pour entamer une révolution et peut-être de certains humains sensibles à la cause animale. C’est dans le hangar de ponte qu’allait se jouer la fin de cet espace assassin.


Hermione tint tribune plusieurs nuits durant. Le confinement des poules dans un espace minimal ayant considérablement affecté leurs facultés intellectuelles, elle fut obligée d’établir un programme intensif de réveil de leur compréhension :discours, chants communs, exercices physiques. À la nuit tombée, les poules étaient invitées à quitter leur perchoir, à courir et voleter de long en large dans le hangar en scandant des slogans de révolte. Bientôt, elles furent prêtes. Un groupe parmi les plus vigoureuses, fut chargé d’envahir l’aquarium où se tenait la direction des opérations d’extermination. Auparavant, Hermione avait regagné le haut de la tour. Au moment où les employés en blanc prenaient leur poste, elle réussit à placer une cale pour maintenir la porte d’entrée légèrement entrouverte. Les poules assignées à l’attaque, pénétrèrent l’une après l’autre le plus discrètement possible dans la salle des commandes. D’un même élan, elles donnèrent l’assaut en hurlant : « De l’air ! foutez le camp !» en ponctuant leurs cris de coups de bec vengeurs. Elles volèrent autour des travailleurs affolés qui se débattaient dans une pluie de plumes et qui s’enfuirent aussi vite qu’ils purent. Dans un désordre indescriptible, elles s’emparèrent des manettes du tableau de direction, tirant, poussant, soulevant, abaissant, appuyant sur tous les boutons, ce qui eut pour effet d’accélérer la progression des poussins vers leur fin.


Hermione se précipita vers les oisillons. Elle les exhorta à sauter du tapis mais le mètre qui les séparait du sol leur semblait un précipice effrayant. Seuls quelques téméraires osèrent franchir l’obstacle. Elle ne vit qu’une solution pour arrêter ce rythme infernal qui accélérait la disparition de ces créatures innocentes. Elle monta sur le tapis, s’aplatit le plus qu’elle put pour pouvoir passer par l’ouverture sombre de la machine. Il y eut un crissement horrible, son corps resta coincé dans une débauche de sang et de plumes. La machine s’arrêta. Les poussins s’agglutinèrent à l’arrivée et finirent par tomber sur le sol. Ceux qui n’étaient pas sonnés s’égayèrent dans tous les sens. Ils se précipitèrent dans la prairie voisine où les poules pondeuses gloussaient pour les appeler. «Enfin, un peu d’air ! » leur criaient-elles. Elles découvraient le plaisir de gratter la terre, picorer de l’herbe et des vermisseaux. Hermione avait donné sa vie pour que ces poussins et ces poules, tableau idyllique puisse exister.

Les employés et les responsables de l’entreprise témoignèrent de leur agression, c’est ainsi qu’ils considéraient la chose. Leurs interventions dans tous les médias ne firent pas naître un mouvement de soutien en leur faveur comme ils s’y attendaient. Par contre des manifestations de défense des poules et des poussins eurent lieu dans tout le pays. Elles se firent plus nombreuses après la diffusion des films et des photos pris par des contrôleurs et des militants écologiques venus constater les faits. Hermione fut citée en exemple. Son nom fut donné à l’association nationale de respect des droits de tous les animaux à plumes. Elle regroupa de nombreux éleveurs, commerçants et consommateurs, qui, s’ils ne renonçaient pas à les manger voulaient que poules, poussins, canards, dindes et autre volatile aient la meilleure vie possible, une vie qui tienne compte de leurs besoins. Qui plus est, égoïstement étaient fatigués de se mettre sous la dent de la volaille ressemblant à de la flanelle. Le mouvement gagna tous les pays. La lutte fut âpre aux États Unis où des lobbies importants jouèrent de leur influence pour maintenir ce type d’élevage et d’élimination barbare
Mais là comme ailleurs, le jaune fut à l’honneur et devint synonyme de justice.

43
43

Un petit mot pour l'auteur ? 20 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de DEBA WANDJI
DEBA WANDJI · il y a
Voilà une histoire qui interpelle nos consciences et nous invite à lever nos voix contre l'injustice.

j'adhère par mes voix et je vous invite à découvrir mon texte en course pour le prix jeunes auteurs https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/etoile-perdue-2
N'hésitez pas de laisser vos impressions en commentaires. Merci!

Image de Ozias Eleke
Ozias Eleke · il y a
Très belle plume Monique. J'ai adoré vous lire. Ce fut un plaisir.
Je vous prie de lire mon texte pour le compte du Prix des Jeunes Écritures https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/homme-tas-le-bonjour-dalfred

Image de Marie Juliane DAVID
Marie Juliane DAVID · il y a
Un récit très significatif et bien mené!
Un plaisir de vous lire!
Bravo et bonne continuité!
En passant, si vous avez un peu de temps, je vous invite à lire mon texte "Mésaventures nocturnes" en lice pour le Prix des jeunes écritures. Pour y accéder plus facilement, vous pouvez cliquer sur mon nom en haut de ce commentaire. Merci d'avance de passer!

Image de Gaelle Ghanem
Gaelle Ghanem · il y a
Bravo Monique, j'adore votre style! Très beau, vous avez ma voix!
Je vous invite à découvrir mon oeuvre: https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/noir-cest-noir-il-me-reste-lespoir

Image de Eric diokel Ngom
Eric diokel Ngom · il y a
Un plaisir de lire tes deux publication une page intessante beaucoup apprécié.. un texte original et bien structuré. Merci de me soutenir https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/au-commencement-etait-lamour-2
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
mon like
svp votes pour moi

Image de Monique ANDRE
Monique ANDRE · il y a
Je t'encourage. Beaucoup d'imagination.
Image de Cristo
Cristo · il y a
Un texte tres bien argumenté à travers une fiction. L'histoire d'une poule qui combat comme un coq contre l'inhumanité de l'enfermement et de l'exécution de ses semblables. Une belle allégorie qui vaut pour la cause animale et nous mêmes. Très bien vu.
Mes 5 voix
Solarius 72 https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/un-air-de-rien-1

Image de Monique ANDRE
Monique ANDRE · il y a
Merci Cristo. J'ai apprécié de trouver dans "Un air de rien" les jeux de mots sur le mot "air". C'est un texte original plein d'humour qui fait renaître des connaissances enfouies sous la poussière du temps ( je parle pour moi..)
Image de A. Nardop
A. Nardop · il y a
Une jolie parabole non sans rappeler le souvenir de cet ophtalmologue chinois (Dr Li, je crois) arrêté pour avoir donné l'alerte puis mort du COVID 19 et maintenant considéré comme un héros. Qui sera le prochain ?
Image de Monique ANDRE
Monique ANDRE · il y a
C'est vrai, d'ailleurs Hermione veut dire Liberté. Liberté de penser, liberté de s'exprimer. C'est intéressant que vous fassiez référence à ce médecin chinois



Merci pour ce que vous écrivez. C'est intéressant que vous fassiez référence à ce médecin chinois. Il y a tant de prisonniers condamnés pour avoir penser et s'être exprimés. D'ailleurs le prénom de la petite poule Hermione veut dire liberté. Au plaisir de vous lire. Monique
;

Image de Alizée Villemin
Alizée Villemin · il y a
Ohhh, pauvre Hermione ! Bravo pour ce très beau texte, émouvant comme tout ! Vous avez mes voix ! Dans un tout autre registre, je vous invite à découvrir mon propre texte, "De l'air entre les oreilles", basé sur l'humour. https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/de-lair-entre-les-oreilles Belle journée à vous ! :)
Image de Monique ANDRE
Monique ANDRE · il y a
Alizée, vous portez bien votre prénom car ce que vous écrivez, cela "décoiffe" ! C'est débordant d'imagination, le style bouscule. En résumé une bonne rafale d'humour et de poésie. a bientôt de vous lire. Monique
Image de JARON
JARON · il y a
Bonjour Monique, un texte bien écrit et un récit captivant, sur une idée originale et bien amenée. Mes voix avec plaisir. Si vous avez un instant je vous propose une petite balade en forêt. En attendant, belle journée à vous.https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/je-me-souviens-32
Image de Monique ANDRE
Monique ANDRE · il y a
Merci Jaron . La balade en forêt m'a beaucoup plu, la description de la nature, la filiation, l'affectif. D'autant plus que je suis une inconditionnelle de la cueillette des cèpes dans la forêt des Landes. Les arbres me manquent dans ces moments confinés.