Jamais sans mon Gland

il y a
1 min
10
lectures
0

J'aime défier les mots  [+]


J'ai deux amours, mon Pays et mon Gland !


Nous ne sommes rien sans glands. Ils produisent de prestigieuses glandées engendrant des générations entières.

Le gland demande un entretien quotidien. Caressez-le dans le bon sens de sa cupule et appelez-le mon grand ! Il tentera de vous séduire dans son meilleur exercice, la déhiscence, suivi d'un salto impressionnant de sa bractée. Une seule graine vous sera fatale. Sous son bel habit le péricarpe, il vous fera tourner la tête à en devenir complètement balanophage. Vous passerez pour une cochonne. Je vous rassure, je suis moi aussi balaphone, une vraie cochonne qui se dit qu'après tout, tout le monde a eu affaire au moins une fois dans sa vie à un gland.

Le gland arbore ses plus belles couleurs au printemps. Il s'habille de rouge et de noir dans le but de se faire remarquer, jusqu'à ce qu'un célèbre gland lui consacre un roman au titre énigmatique, le rouge et le noir. Oui, même Stendhal avait la dalle.

N'ayez pas peur du gland, il n'est nullement dangereux. Un gland qui glande ne sera jamais sanglant même si vous lui avez fortement secoué ses glandules.

L'on a tous besoin d'un gland autour de soi !
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Quelques mains

Ch Levinky

La main de l'art, rarement main de lard, qui peut se faire main dollars pour peu qu'elle soit experte.
La main qui pause, le temps de reprendre pied.
La main qui périgrine pour connaître... [+]