J'ai trouvé l'amour en Isère

il y a
3 min
167
lectures
140
Image de 2020

Thème

Image de Très très court
— Chéri, chéri! Regarde. C’est un aigle!
— Un aigle!
— Oui! Vite chéri, prends une photo avant qu’il ne s’éloigne...

Incroyable! Moi, Mauviette, j’ai une petite amie. Depuis que je suis arrivé ici, en Isère, ma vie s’est radicalement changée. Je suis passé de Mauviette à homme. Est-ce de la chance ou de la magie?

Petit garçon, j’étais très malheureux. Ma mère m’abandonna quelques mois après ma naissance. Mon père se remaria à une vilaine femme. À l’école, mes camarades de classe me traitaient tous de Mauviette. Cet attribut était pour moi une étiquette. Partout où j’allais, il me suivait. Mon père était le seul à me remonter parfois le moral. Cependant, il fallait qu’il fusse soûl un jour pour me traiter de Mauviette.

Doudou était pendant un long moment le seul ami que j’avais. Il ne me grondait jamais, ni ne me traitait de Mauviette. Quand j’étais triste ou en pleurs, il me réconfortait par un simple « Je t’aime ». Ce gros nounours m’était offert à Noël par mon père quand j’avais six ans. C’était le meilleur cadeau que j’avais reçu de lui.

À l’adolescence, j’ai connu la plus grosse déception de ma vie.

Épris par la plus belle et la plus intelligente fille de la classe, je me suis mis à lui envoyer des lettres anonymes soigneusement écrites.

Désireuse de connaitre l’expéditeur de ces doux mots qui enflammaient son coeur, elle demanda dans l’une de ses réponses de me rencontrer un samedi à 16 heures 30 sur la place publique. Bien vêtu, bien parfumé et très sûr de moi, j’allai à ce rendez-vous. À mon arrivé, elle m’accueillit avec un « Qu’est-ce que tu fais ici Mauviette? Je ne t’attendais pas. ». Quand je lui bégayai que j’étais le destinateur, elle me regarda d’un air dédaigneux, puis me gifla et s’en alla rouge de colère.

De retour à la maison, une mauvaise nouvelle m’attendait. En me précipitant pour aller à ce maudit rancard, j’avais oublié mon Doudou sous la douche et laissé le robinet ouvert. Pauvre Doudou, il avait avalé une bonne quantité d’eau et je devais l’amener d’urgence à l’hôpital. Comme il était tard, mon père appela le docteur de la famille qui habitait juste en face de chez nous.

À son arrivé, Docteur Brocoli, tout ensommeillé, prit mon Doudou et le tordit pour enlever l’eau de son corps. Ensuite, il le passa au défibrillateur. Malgré tous ses efforts, Doudou ne se réveilla pas.

Encore aujourd’hui, je me souviens de l’expression du visage de Docteur Brocoli qui articulait ces mots un par un « Ton-Doudou-est-mort-petit. ».

La mort de mon nounours m’avait complètement dévasté. Docteur Brocoli, vu mon état, suggéra à mon père qu’un dépaysement dans un endroit où je pouvais être en contact direct avec la nature me ferait beaucoup de bien. Après quelques investigations, mon père me proposa un petit séjour en Isère avec l’un de ses gardes du corps, Mister Lapin. Homme d’affaires, grand marchand de légumes au marché Petits Choux, m’envoyer là-bas était pour lui une mince affaire.

Une fois arrivé en Isère, J’étais ébloui par la beauté de son paysage. Mon petit appareil de photo en main, je photographiais tout ce qui passait sous mes yeux: montagnes enneigées, forêts, vallons, rivière, fleuve, lynx boréal, lièvre blanc, chamois, blaireau....C’étaient à la fois une nouvelle forme d’occupation et de distraction. Mister Lapin, trop occupé à chasser des carottes, déniait de me tenir compagnie.

Peu à peu, je me familiarisais avec l’environnement de l’Isère: Pic Lory, Fleuve Rhône, Rivière Alpine, Mont Aiguille, Grottes de la Balme....

Un jour, pendant que je prenais en photo un groupe d’oedicnèmes qui logeait le bord de la fleuve Rhône, j’entendis des cris perçants, ceux d’une jeune fille en détresse.

À la fois peureux et curieux, j’approchai pour voir ce qui se passait. Soudain, une jeune fille me bouscula et je tombai sur le sol. Au même moment, un loup surgit. Je fis le mort et il me traversa. Ce fut dès lors que je compris que le loup poursuivait la jeune fille. C’était une opportunité qu’il ne fallait pas rater. Je me levai alors, pris un morceau de bois sec, respirai profondément et me lançai à la poursuite du loup. L’animal sentant ma présence derrière lui, se retourna pour me contrecarrer. Ses yeux dans les miens. Sans réfléchir, je gonflai ma poitrine et je rugis de toutes mes forces comme un lion. Le loup effrayé s’enfuit. La jeune fille, ayant assisté à ce spectacle, s’exclama:
— Tu es mon héros!
Je n’y croyais pas mes oreilles. Elle s’approcha de moi et déposa un baiser sur l’une de mes joues.
— Merci de me sauver la vie. Je suis Anaïse et toi?
— Je...je...je m’appelle...Mauviette. Non non non! Je m’appelle Christophe. Christophe...Christophe Charles.
— Enchantée de te connaitre Christophe.
— Enchanté...Anaïse.

Depuis ce jour, Anaïse est restée à mes côtés. Sa présence a embelli encore plus mon séjour en Isère. C’est une fille fort agréable et sympa comme mon défunt Doudou. Elle est vite devenue mon amie, puis ma petite amie. Pour elle, je ne suis pas une mauviette, mais un brave.

Cette belle expérience m’a appris que: « Personne ne peut nous faire sentir inférieure si on le permet pas, ne l’accepte pas ou ne se comporte pas comme tel. ».
140
140

Un petit mot pour l'auteur ? 49 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Kolgard Sino
Kolgard Sino · il y a
Il y a quelque chose du conte pour enfant dans votre écriture ! ça rend l'écriture très douce et l'histoire très prenante avec une morale finale encourageante (une petite leçon de vie) !
Image de Marie Juliane DAVID
Marie Juliane DAVID · il y a
Merci Kolgard.
Image de SEKOUBA DOUKOURE
SEKOUBA DOUKOURE · il y a
Bravo pour ce beau texte ! Vous avez mes 3 voix. ET merci de passer faire un tour chez moi et soutenir mon texte si vous avez le temps. 🙏🙏
*Le lien du vote*
👇👇👇👇.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-village-doukourela

Image de Marie Juliane DAVID
Marie Juliane DAVID · il y a
Merci Sekouba, je passerai.
Image de Houda Belabd
Houda Belabd · il y a
Un beau récit avec une belle morale !
Image de Marie Juliane DAVID
Marie Juliane DAVID · il y a
Merci Houda pour votre lecture du texte.
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Une belle leçon de morale, bon vent à ce gentil héros !
Image de Marie Juliane DAVID
Marie Juliane DAVID · il y a
Merci :)
Image de B Marcheur
B Marcheur · il y a
Bravo Marie Juliane, quelle imagination. Merci pour ce conte plein de charme.
Image de Marie Juliane DAVID
Marie Juliane DAVID · il y a
Merci également à vous M. Marcheur :).
C'est un plaisir !

Image de Zouzou Z
Zouzou Z · il y a
Ou quand les clichés vous collent à la peau ...
en lice aussi si vous aimez...

Image de N'guessan K.
Image de Marie Juliane DAVID
Marie Juliane DAVID · il y a
Merci pour l'invitation. Je passerai.
Image de N'guessan K.
N'guessan K. · il y a
Très belle œuvre ! Je vous donne toutes mes voix ! En passant je vous invite à découvrir mon œuvre poétique intitulé''origine''en compétition
Image de Cyrille Conte
Cyrille Conte · il y a
Bravo Marie Juliane pour ce texte et sa morale. Les paysages de l'Isère en toile de fond. C'est très agréable à lire.
Je vous invite à une escapade, toujours en Isère, près de Grenoble: https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/une-promesse-d-evasion
Au plaisir de vous lire à nouveau.

Image de Marie Juliane DAVID
Marie Juliane DAVID · il y a
Merci.
Je passerai.

Image de Rachel Bako
Rachel Bako · il y a
Magnifique texte vous avez mes voix
Image de Marie Juliane DAVID
Marie Juliane DAVID · il y a
Merci.