4
min

J'ignore comment ils ont su !

43 lectures

15

L’impact des gouttes sur le métal de la mallette cesse brutalement quand nous entrons dans le tunnel. Ce tunnel, qu’est encore éclairé, bien qu’à cette heure-là, y ait plus beaucoup de piétons qui l’empruntent, c’est le lieu de rendez-vous choisi par les Musiciens. C’est eux qu’ont tout fixé : le lieu, l’heure et le montant de la rançon. C’est ce dernier qui est louche. Ils ont demandé beaucoup pour un bleu. En toute logique, j’aurais dû les envoyer chier, les laisser découper ma nouvelle recrue et m’envoyer les morceaux ensuite. Après, je leur aurais fait payer amèrement. C’est dans le sang que j’aurais lavé mon honneur.
Au lieu de ça, je m’enfonce dans ce tunnel ou le fracas de la pluie camoufle le bruit de nos pas. En bon chef de gang, j’avance devant. Quatre de mes hommes me suivent. Je leur présente mon dos, c’est la preuve que je leur fais confiance. J’affiche un visage dur et fier mais je l’ai mauvaise. Ce soir, je vais m'écraser devant les Musiciens.
J’aperçois enfin ces salauds. Je sens tout le froid de ma haine quand je le vois lui, mon gars, assis par terre, les mains attachés dans le dos. Ils l’ont amoché, évidemment. Cet œil au beurre noir qui colore son visage trop blanc me fait plus de mal qu’à lui surement.
J’ignore comment ils ont su. J’ai toujours été très discret. Dans le milieu faut pas montrer qu’on s’attache à quelqu’un. J’ai aimé sa jeunesse. Ce petit a tout juste vingt ans, il me ment sur son âge, il prétend qu’il en a vingt-six. Le con ! Il me rappelle ce que j’ai pu être, avec son aplomb, sa dégaine. Il a été frontal. Habituellement, les gens me redoutent. Et habituellement, j’aime pas qu’on me tienne trop tête. Mais ce gosse, il m’a menti sur son âge, sur son nom. Il m’a dit qu’il s’appelait Johny, franchement “Johny” ! J’aurais dû l’envoyer se faire trouer ailleurs au premier mensonge. Au deuxième, j’aurais dû lui trouer la peau moi-même. Au lieu de ça, il s’est retrouvé dans mon plumard. Merde ! C’était qu’une seule fois, mais c’est suffisant. J’ignore comment ils ont su.
J’aime pas ça. Ils peuvent facilement nous la faire. Ils ont choisi un tunnel, un cul-de-sac. Je trouve que ça fait cliché mais bon, on va pas demander aux vieux gang de faire original. Moi-même, j’ai du mal à me renouveler des fois, pourtant je suis pas si vieux.
J’ai un mauvais pressentiment. Je sais pas pourquoi je m’inquiète. Je sais qu’ils seront réglos. Un gang se hisse pas au niveau des Musiciens sans avoir un minimum d’honneur. C’est con, mais on a beau être des crapules, des pourritures même, on a nos codes. Je leur file l’argent et ils me rendent mon gars.
Ça va bien se passer. Les Musiciens savent que s’ils ne me rendent pas Johny, je les tuerais, dans ce tunnel. Je prendrais peut-être une balle au passage et je serais vengé dans la seconde par mes hommes. Ça ferait de l’écho par ici, toutes ses explosions de poudre...Quel gâchis ce serait !
Mais ça ne se passera pas comme ça.
Je tiens fort la mallette en métal dans ma main gantée. Je comprends pas pourquoi je connais aucun des types présents. Comment c’est possible ? Pas une seule tête d’affiche du gang des Musiciens n’a fait le déplacement ? Alors que moi, je me suis bougé le cul en personne ! C’est pas respectueux ! C’est une attitude de lâche. Je les vomis.
Je m’avance seul, entre les deux groupes peu recommandables. Je lance la mallette au type qui s’est avancé vers moi. Il pense que parce qu’il porte des lunettes de soleil je vais pas le retenir. Je suis très physionomiste. Si je le recroise, je le reconnaîtrai. J’espère pour lui que ça n’arrivera jamais. Il a intérêt à planquer sa femme, ses gosses, s’il en a. Je suis pas aussi hargneux d’habitude !
Il ramasse le sac commence à compter les billets. J’en profite pour observer mon gars. Je trouve son regard bizarre. La tension monte d’un cran. Je saurais pas dire pourquoi. Encore ce mauvais pressentiment. Pourtant, tout se déroule normalement. Les Musiciens détachent Johny. Il se lève. Il s’avance vers moi, le temps s’est comme ralenti. Je fais bonne figure mais j’ai les yeux qui piquent.
Ça y est ! Je le serre dans mes bras. C’est là que je comprends à quel point il compte. Vu la tension, je pourrais m’attendre à ce qu’il soit plus émotif. Pas du tout ! Toujours cet aplomb. Il a vraiment du potentiel. Je vais faire de grande chose avec lui. Quand je l’aurai ramené je...
Un bruit suspect m'interrompt brutalement. Je lâche aussitôt Johny. C’est pas des coups de feu, mais des bruits de bottes qui approchent, en grand nombre. Fait chier ! C’est un véritable bataillon qui débarque. J’attrape mon arme, je vise. Je m’abstiens de tirer. Pas avant de comprendre à qui j’ai à faire. Je mets pas longtemps à comprendre que ce sont des flics. Ils sont en tenues pour l’action, protégés, casqués et armés. Ils crient :
— Baissez votre arme ! Et mettez les mains en l’air !
Je laisse échapper un gros juron. Ils sont trop nombreux, trop équipés. On est acculés. Ils bouchent les deux issues. Je hais les tunnels ! C’est un guet-apens !
J’ai plus le choix, je dépose mon arme sur le béton en maintenant bien mon autre main en l’air. Mes hommes m’imitent. Les policiers me saisissent aussitôt, me mettent à genoux, retournent mes épaules. J’avais un mauvais pressentiment, et c’était pas celui-là !
Je fais un calcul rapide de ce que je risque. Ça craint ! Le problème c’est l’argent. Ma mallette contient des billets numérotés qui vont facilement être associés au dernier braquage. Je vais plonger.
Voilà ! Je vais moisir en taule et je pense à Johny. Je pourrais dire qu’il y est pour rien. Ça serait la vérité. Mais puisque je vais dire exactement la même chose à propos de tous mes hommes, ça risque de pas suffire. Et si je mentais pas ? Est-ce que si je balance, ça aidera Johny ?
Je suis déjà en train de renier mes valeurs pour lui... C’est parce que je sais ce qu’on leur fait aux jeunes en prison, et quand j’imagine mon Johny...
J’arrête mes calculs nets. Mes yeux ont dû mal voir ! Mon Johny est en train de serrer la main à un flic. Il y a moment de vide, un moment ou rien ne se passe. C’est pas possible !
Puis mon gars se retourne enfin vers moi. Je suis à genoux devant lui et il a un sourire satisfait. Je l’ai presque jamais vu sourire, sauf cette fois-là, celle où...
Le gamin sort sa plaque de flic et me la montre pour que je comprenne bien. J’explose. Salaud d’infiltré ! Traitre de merde !
Je cris, je me relève, on me retient par les bras, sinon je l’aurais eu avec mes dents. Alors depuis le début c’était un planqué ! Il m’a eu avec sa gueule d’ange et son cul parfait.
Je réalise : ce tunnel, l’enlèvement de Johny, cette demande de rançon, ça a jamais été les Musiciens. C’est une machination pour me faire plonger. Des méthodes de flicaille. Il y a moins d’honneur chez eux que dans les gangs.
— Enfoiré ! Petite merde !
Je mets toute la haine que je peux dans ma voix, mais il doit sentir qu’il y a plus de douleur que de rage. Celui qui m’a trahi vient tout près savourer sa victoire.
— Tu m’as menti, je lui dis.
Il me regarde, sourit. Ce sourire me casse.
— J’ai pas menti sur tout, dit-il.
Je me tais. Je pense à ce soir-là, à ses baisers, à nos étreintes. Est-ce que s’il me dit qu’il était sincère, je vais être assez con pour le croire ? Je crois bien que oui. Je crois que je suis prêt à croire qu’il y a vraiment eu un truc entre nous, que c’est pas personnel tout ça, que c’est pour le boulot. J’ai envie qu’il me le dise. Je range ma haine et j’attends. J’ai ce putain d’espoir. C’est alors qu’il m’achève :
— J’ai vraiment vingt-six ans.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très très court
15

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Adlyne Bonhomme
Adlyne Bonhomme · il y a
Un texte très profond et bien construit bravo!

Mon poème "je tresse l'odeur" est en finale merci de soutenir.

·
Image de Arlo
Arlo · il y a
Après le prix du noir celui de l'été. J'avais aimé votre texte. Aujourd'hui A L'AIR DU TEMPS d' Arlo est en finale du grand prix été poésie. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bon après-midi.
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
De l'action, des apparences trompeuses et une chute inattendue, c'est efficace et bien mené, je vote malgré l'orthographe . . .
De mon côté, "mes " Vacances en short " sont en finale, c'est peut-être le moment de les découvrir . . .

·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Un très bon texte qui fait passer les coquilles comme une lettre à la poste... Ce (traître) d'infiltré est-il spécialisé dans le "harponnage" des chefs de gangs homosexuels ? ;-) Il est en tout cas d'un cynisme cruel et inutile : on en viendrait presque à plaindre sa "victime" ;-)
·
Image de Berceuse Violente
Berceuse Violente · il y a
Merci. On peut imaginer qu'il y a quelque chose de personnel derrière cette cruauté, contre ce mafieux ou bien les mafieux en général.
·
Image de Loodmer
Loodmer · il y a
Je vote pour, mais de grâce utilisez un correcteur pour élaborer vos textes
·
Image de Berceuse Violente
Berceuse Violente · il y a
Merci pour le vote. Je sais que j'ai encore du travail en matière de fautes. J'ai déjà beaucoup progressé mais reste imparfaite. Utiliser un correcteur, pourquoi pas ! Mais qui ?
·
Image de Loodmer
Loodmer · il y a
Reverso est très bien. Je l'utilise régulièrement. On peut copier-coller tout un texte si l'on veut et il fait aussi les traductions. Mais rien ne remplace la lecture, quoique je corrige aussi les bouquins que je lit. Une manie d'ancien typographe.
·
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
+4 parce que j'ai beaucoup aimé. Ca prouve qu' il ne faut pas se fier aux apparences!Le récit est bien mené, la chute inattendue. Bravo.
·
Image de Berceuse Violente
Berceuse Violente · il y a
Un gros merci pour le compliment. J'apprécie. Merci Abi. Et +4 ? sur combien ?
·
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Sur 4, donc mon max.
·
Image de Berceuse Violente
Berceuse Violente · il y a
Je viens de comprendre. Je découvre le principe du site et celui de cette compétition. Du coup ça me fait encore plus plaisir d'avoir un 4.
·
Image de Arlo
Arlo · il y a
Très bon polar sur un fond de machination et de trahison. Bravo. Vous avez les votes d'Arlo qui vous invite à découvrir son dernier poème " à l'air du temps" retenu pour le prix été poésie. Bonne soirée à vous.
·