2
min

J'arrive ma chérie !

253 lectures

23

Qualifié

Emma se réveille, le corps ankylosé, le coeur lourd. Elle a rêvé de sa fille, si grande, si belle si loin...
C’est décidé, la semaine prochaine, elle lui fait une visite surprise. Sans la prévenir, elle ira. L'attendra devant son immeuble, tel un ange gardien qu'elle rêve d'être si souvent. Elle imagine déjà les retrouvailles, les visages radieux, heureux. Peu importe si les comptes en banque sont vides et peu importe si les probabilités de son voyage sont nulles. Elle en rêve pour de vrai, là ! Juste avant ses examens, elle sera là, et lui fera la surprise. Elle lui donnera la gnaque, celle qu’elle a eue pour l’élever et l’aimer. Cette gnaque qui nous rend meilleur et grâce à laquelle on s’epanouit. La guerre, c’est ensemble qu’elles vont la faire. 
Elle en rêve Emma ! Elle en rêve tellement qu’elle en a rêvé...
Devant son café, Emma reste interdite... Si elle part.... faire garder le petit... imposer des jours de congés à son patron... le déficit budgétaire du foyer...
Elle pense : « Combien sommes nous à vouloir nous libérer de ces fardeaux quotidiens nous empêchant d’aimer comme on le voudrait ? Combien de mères se disent « Je vais le regretter ? » Comment pouvons-nous autant aimer nos enfants, les chérir et être si peu présentes pour eux ? 
Le temps n’aide pas, on court après. Il va trop vite, il n’attend personne ! Le train part toujours sans nous et nous sommes toujours frustrées. Il est partit, et nous, nous sommes là comme des connes à le regarder et à regretter. 
Quelle frustration, quelle amertume ! Sale temps ! Ineluctable et orgueilleux !!
Impossible de tout faire, c’est une question de survie. Nous sommes dans l’économie et la famille. On court, on prie, on aime, on paie, on est forte, et après on pleure, on prie encore mais pour une reconnaissance ultime. On prie pour le bonheur de tout ceux qu’on chérit, parfois même on propose de trépasser, là, maintenant pour le bien être de tous. 
Voici le cheminement de toutes mères, c’est notre vie, notre quête. »
Emma prend une cigarette...
« La liberté on l’a voulue, mais la frustration on la subit, elle est immense... J’ai peur, nos enfants se construisent sur des ruines. Ils ont leur château à construire, ils ont besoin de belles pierres ! »
Emma pense à tous ces philosophes, érudits, qui nous vendent leur doctrine sur le sujet... Les belles théories pour la vie meilleure, la vie sans heurts, mais c’est un leurre. 
« Ma foi, pense-t-elle, quoi de mieux que son cœur de mère pour savoir ce qu’il est nécessaire de faire....  »
L’horloge tourne... quinze minutes à penser, quinze minutes de perdues, ou de gagnées, ça dépend...
Emma lance une machine, allume son ordinateur, pianote jusqu’à sa messagerie et trouve un courriel de sa fille. Un petit texte auquel est jointe une photo pleine de chiffres à en faire tourner la tête ! Et le petit texte dit « Je t’aime Maman, voici mes dernières révisions de statistiques, je vais les avoir ces exams, je suis forte ! Je t’aime, t’aime, t’aime. »

PRIX

Image de Printemps 2013
23

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,