2
min

J'aime pas la Saint-Valentin...

Image de Nicolas A.

Nicolas A.

202 lectures

17

Qualifié

Dans un restaurant du centre-ville, ceux qu’ils ne fréquentent pas le midi. A cause de la difficulté de se garer, le midi, ils préfèrent se retrouver dans un grill en périphérie : un Courtepaille ou un Buffalo coincés entre l’aérodrome et l’échangeur autoroutier ; ils mangent vite et en plus, ça passe en notes de frais. Mais ce soir, dans ce restaurant du centre-ville, il va lui dire : « Prends ce qui te fais plaisir. » En le voyant sans cesse toucher nerveusement la poche intérieure de sa veste, elle s’imagine qu’il veut juste vérifier la présence de la bague qu’il lui offrira à la fin du repas. C’est sûr, ça ne peut être que ça, cette bague qu’elle lui a montré dans la vitrine de la bijouterie de la galerie marchande d’Auchan quand ils allaient faire les courses samedi dernier. Cette bague qu’il n’a même pas regardé et cette sollicitation à laquelle il a répondu « Plutôt que de foutre du pognon sur un bijou, on ferait mieux de commencer par changer la télé ! » en replongeant, sans grâce, ses mains dans les poches de son pantalon de survêtement Adidas. Alors, elle s’était agrippée à la barre pour pousser le caddie et elle avait souri.

C’est sûr maintenant, en fait, il faisait son numéro de macho mais il est revenu l’acheter en douce, cette bague, et il en presse l’écrin chaque fois qu’il vérifie sa poche intérieure. C’est évident qu’elle s’est trompée à propos de ce type qu’elle croyait ne plus aimer. Bien sûr que ses copines avaient tort quand elles lui conseillaient de quitter cet homme aux seuls prétextes qu’il est violent et qu’il la trompe. Quitter un homme pour des raisons aussi futiles, « c’est bien des conseils de coiffeuses ou de secrétaires ! » se dit-elle en ce moment. C’est décidé, elle ne quittera pas cet homme qui va lui offrir la bague de ses rêves. Elle veut vivre encore d’autres soirées foot où elle sert les bières pour lui et ses copains affalés dans le canapé, elle veut encore entendre ses excuses grossières mais tellement touchantes quand il rentre de séminaires inventés, souillé du parfum d’une autre. Comment pourrait-elle se passer des pots à son travail, où, aviné au mousseux tiède, il claque les fesses de sa secrétaire devant elle ? Bien sûr qu’elle veut encore connaître des samedis de courses à Auchan. C’est bien simple, elle veut partager la vie de cet homme, jusqu’à l’âge où « l’on ne fait plus de courses mais des commissions ». Dans ce restaurant du centre-ville où il a coupé court à ses hésitations culinaires en commandant deux formules à onze euros, elle s’aperçoit finalement que ce qu’il garde jalousement dans sa poche intérieure, c’est son carnet de tickets restaurant.

Saint-Valentin ou pas, ce soir, la petite fille qu’elle voulait encore être n’exhibera pas, devant la glace de la salle de bain, sa main droite toute auréolée d’un bijou précieux. Non, Saint-Valentin ou pas, elle a épousé un connard indécrottable parce qu’elle était enceinte et dix ans plus tard, dans ce restaurant du centre ville, tous deux sacrifient à une tradition stupide : la Saint-Valentin. La balise Argos du couple, le Saint Bernard euthanasié du romantisme, le paroxysme du mal-être, une soirée longue comme un jour sans confit de canard, et de retour à la maison, le devoir conjugal, besogneux, sans préliminaires. « Et puis quoi encore, comme si deux heures et demie de resto ça suffisait pas comme préliminaires ! » C’est ce qu’il dira demain à ses collègues égrillards devant la machine à café, tandis qu’elle, les jambes croisées et secouant nerveusement son pied en suspension, une cigarette à la main, devant un thé partagé avec ses copines coiffeuses et secrétaires, pleurera de cette soirée humiliante où, après la saillie sans artifice, chacun a roulé de son côté du lit non sans qu’il lui ai rappelé : « Tu penseras à acheter de la bière, Bruno et Jean-Paul viennent voir le match demain soir. »

J’aime pas la Saint-Valentin !

PRIX

Image de Printemps 2014
17

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sériba
Sériba · il y a
Hou... Quel infâme personnage. Je ne vote pas pour lui, mais pour la peinture que vous en faites. Puisse-t-elle éviter à certaines de se laisser embarquer ! Passez me voir sur BD courtes. Un Week-end vous y attend si le cœur vous en dit.
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Vous décrivez de manière très convaincante ce personnage si antipathique, rôle de composition à n'en pas douter. Ce n'est pas réjouissant comme tableau mais il faut bien l'admettre, les modèles existent ! J'irai lire vos autres œuvres.
·
Image de Nicolas A.
Nicolas A. · il y a
Merci Fred Panassac
·
Image de Dangat
Dangat · il y a
Belle tranche de vie.
·
Image de Nicolas A.
Nicolas A. · il y a
Merci Dangat... même si ce n'est quand même pas la meilleure "tranche"!!!! ;-)
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Elle est assise à l’avant du bateau. Sur ses genoux, un petit dort. Ce n’est pas le sien mais celui de cet homme allongé au fond de la cale et qui n’en finit pas de sortir tout ce qu’il ...