Inventer n'est pas aimer

il y a
2 min
125
lectures
87
Finaliste
Public
Image de 2019
Image de Yep's
Une longue discussion... Ou plutôt un monologue de Baptiste.
"Je ne t'aime plus."
"Ce n'est pas ta faute."
Lilo pleure. Des protestations, des essais désespérés de retenir son amant déjà parti.
"Laisse tomber, Lilo. On ne peut pas faire renaître l'amour."
Lilo le fixe tandis qu'il s'éloigne. Un bruit sourd, le bruit de la porte trop lourde de leur appartement. La jeune femme s'assoit. Les mots de Baptiste résonnent dans sa tête.
En silence, elle se lève. Elle s'assoit à son bureau. Elle range les plans étalés ici et là. Depuis toute petite, elle aimait inventer toutes sortes d'objets et d'outils. Parfois cela fonctionnait. Parfois non. Mais c'était sa passion. Baptiste qualifiait cela d'obsession. Lilo n'était jamais sûre s'il plaisantait ou non. En tout cas, elle avait une nouvelle idée.
Si on ne pouvait pas faire renaître l'amour... Alors, Lilo serait la première à rendre cela possible.

La jeune femme passa jour et nuit sur cette invention. Elle pouvait y arriver. Elle pouvait y arriver, elle le savait. Elle avait même pris des congés pour se pencher sur cette machine. Elle en avait parlé à ses amies. Toutes avaient dit que c'était impossible. Mais Lilo leur prouvera qu'elles ont toutes tort.
Elle ne parlait plus que de ça. Il était devenu impossible de passer une après-midi avec elle : quand elle ne travaillait pas sur la conception ou la construction, elle faisait tous les magasins possibles pour trouver les matériaux nécessaires, et quand vous arriviez à la faire prendre un café avec vous, elle ne vous écoutait pas, elle se contentait de s'émerveiller sur les réussites de certaines expériences ou au contraire s'apitoyait sur ses échecs. De sorte que finalement... Plus personne n'essayait de la voir.
Mais Lilo le remarqua à peine. Tout ce qui comptait... C'est que son invention avançait.
Elle prenait forme. C'était un peu encombrant... Mais cela valait la peine. Elle ressemblait à un gros méli-mélo de pièce, avec deux plaques de part et d'autre, assez grandes pour y placer une main. Il y avait une ouverture sur le dessus, qui permettait à Lilo de placer le mélange qui permettait à la magie de l'Amour de revenir. La composition de ce mélange est la seule chose que Lilo omettait de mentionner lorsqu'elle parlait avec passion de son invention.

Au bout d'un an et deux mois, Lilo termina son invention. Elle essaya d'appeler ses amies pour leur annoncer, mais elle n'eut aucune réponse. "Elles étaient sûrement occupées !" pensa-t-elle. Elle décida d'aller se reposer... Demain était le grand jour. Baptiste allait l'aimer à nouveau !
Elle se prépara longuement. Vérifiant que tous les matériaux étaient en place, vérifiant que son mélange était prêt.
Elle avait appelé Baptiste. Il avait accepté de venir, malgré quelques réticences. Il arriva en fin de matinée. Lilo le fit entrer et l'emmener dans le salon où reposait sur la table l'étrange engin.

"Qu'est-ce que c'est que ça, Lilo ? Encore un engin ? C'est pour ça que tu m'as appelé ? Ecoute, je sais que tu es très fière de tes inventions mais...
- Non, non, s'il te plaît ne pars pas écoute-moi ! Je t'en supplie, écoute-moi."
Baptiste la regarde et acquiesça. Il l'écoutait. Lilo, soulagée, expliqua qu'elle avait réussi à trouver le moyen de faire renaître l'amour. Baptiste fronça les sourcils. Il s'énerva.

"Ne me dis pas que tu as créé cette machine juste pour me reconquérir ? Lilo, ça va trop loin. Notre histoire est finie.
-Mais je peux faire renaître notre amour ! S'il te plaît, laisse-moi te montrer !
-Lilo, j'aime quelqu'un d'autre."

Cette phrase fit l'effet d'un coup de poignard dans le cœur. Elle recula, comme si on venait de la frapper. Son monde s'effondrait. Baptiste... avait tourné la page. Comment avait-il pu l'oublier ?

"Il faut que tu tournes la page, Lilo. Tu es en train de te faire du mal pour rien."

Il tourna les talons et partit sans un mot de plus. La jeune femme, dévastée, fondit en larmes. Elle attrapa sa machine. Elle la détruit à coup de pied. L'étrange engin était maintenant en miettes.
En miettes comme le cœur de la jeune inventrice.
Elle jeta à la poubelle la machine et tous ses plans d'inventions qu'elle gardait pour plus tard.

Elle n'inventera plus jamais rien.
87

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,