Inventer, c'était mieux avant

il y a
1 min
184
lectures
13
Qualifié

Depuis tout petit (je mesure 1m83 à l'heure actuelle), j'aime les mots (surtout kayak parce qu'il est fun et qu'on ne peut pas le mettre au scrabble malgré tout), la musique qu'ils forment  [+]

Ils vont voir ce qu'ils vont voir, les cons. Alors comme ça je suis le dernier des abrutis – fallait déjà regarder la gueule de l'avant dernier ! Mais ils verront, ils feront moins les fiers quand j'aurai inventé l'eau tiède à couper le beurre et le fil à couper la poudre, ils verront.

Avant, faut manger. Parce que même les plus grands, le ventre vide, ils ne l'auraient pas inventée l'assiette creuse.

- Il est midi ! dit l'horloge.

Elle ne me mentait jamais. Il fallait préparer le repas. À la cave, il y avait des choux de Bruxelles, des aubergines et des champignons. Tout ce que je déteste. Vous allez vous demander qu'est-ce que ça fout dans ma cave alors ? Vous me prenez pour un fou, c'est ça ? Pourtant la raison est simple, et si vous vous étiez creusés ne fut-ce qu'un peu la cervelle – c'est pas la méningite qui vous guette vous – vous auriez pu conclure que c'était quelqu'un d'autre qui avait foutu tout ça là.

En effet, voici deux ans, j'ai acheté cette petite maison. Elle appartenait avant à un fin – je ne parle pas de tour de taille – connaisseur ès choux de Bruxelles, ès aubergines et ès champignons. Bref, j'allais devoir sauter le repas.

- Il est treize heure.

Comment était-il possible d'avoir passé autant de temps devant cette étagère où rien ne m'intéressait ?

- Il est quatorze heure.

Je venais de passer une heure à essayer de comprendre comment c'était plausible sans trouver une seule bribe de réponse potable. Potable ? Comme l'eau du même nom ? Heureusement que je venais d'y penser, j'avais soif. Je remontai dans la maison, et vidai d'un trait plusieurs verres d'eau. Enfin, d'un trait chacun, bien entendu. Après m'être bien arrosé le gosier, je cherchais encore de quoi manger.

Je séchais comme un poulet dans le micro-onde. Fallait vraiment que je trouve comment leur prouver que j'étais un inventeur génial, l'Einstein du XXIe siècle...

Ce qui m'agaçait particulièrement, au bureau des homologations, c'était leur façon de me dire : « ah mais monsieur, votre trépied à quatre pieds, ça existe déjà ! C'est un tabouret... » Huit ans que je bossais là-dessus et la greluche me sort ça comme si elle avait inventé la roue. Depuis je tourne en rond !

Forcément le mec qui avait inventé la table, il avait plus de chance de la créer qu'un mec comme moi qui vit dans une société qui a tout. Mais ça, personne n'y pense au bureau des homologations. Mais j'ai pas dit mon dernier mot ! Ils vont voir ce qu'ils vont voir.

Tiens et si je créais une machine à inventions...
13

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,