1
min

Introspection

Image de Romane

Romane

1 lecture

0

Sa cigarette se consumait aussi vite que sa vie, la fumée blanchâtre s'élevant dans les airs avec légèreté, l'odeur puissante et âcre de la mort au bout de ce morceau de tabac incandescent, cette cendre aussi noir que son cœur et aussi brulant que ses yeux remplit de larmes. Voila ce qui occupait ses nuits si rude. Elle se pencha à la fenêtre d'un air grave, elle inspira une première fois, puis une seconde jusqu’à ne plus pouvoir respirer, une main se referma sur sa gorge, les questions lui vrièrent la tête, puis elle ce laissa tomber, comme une malheureuse poupée sans vie. Son corps ne bougeait plus, seulement une respiration rauque sortait de cet être pourrit de l'intérieur. Le temps passa, les secondes semblaient longues à supporter, au bout de quelques minutes la seul chose qui fit reprendre vie à ce corps était la simple question : comment pourrait elle vivre heureuse avec un cœur si meurtris ? Cette question revenait sans cesse dans sa tête, comme une douce mélodie qui berce une si belle illusion.
Ses paupières commencèrent à se faire lourdes, puis d'elles même se fermèrent pour laisser son imagination reprendre ses droits. Au début le paysage et les souvenirs étaient doux et sucré comme du miel, les étoiles chantaient, la voûte céleste riait, la lune rêvait, puis elle était heureuse elle, dans cette nuit si enjôleuse. Mais bien vite cette idylle s’arrêta, comme une rose qui fanait au premier jour d'automne. La beauté du spectacle fut remplacé par des horreurs, les cris de désespoir raisonnaient comme une cloche, la douleur cuisante de l'humiliation reprenait sa place, puis les visages brisèrent ce qui lui rester d'assurance.
Elle se réveilla en sursaut, une sueur froide glissait le long de sa nuque, tous ces muscles étaient tétanisés, et son regarde étaient encore remplis de terreur, et pourtant elle arborait un visage impavide.
Son cœur portait la marque au fer rouge, une marque si profonde et si infecté que même le temps ne pourrait la guérir. Elle referma ses yeux, des larmes perlèrent le long de ses joues, mais ça lui était égal
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,