3
min

Intérêt supérieur

Image de Thierry Covolo

Thierry Covolo

1214 lectures

68

Finaliste
Sélection Jury

Sur le bureau de Grévin, à côté du téléphone, il y a une photo. Sa femme, Denise, et Laura, leur fille. Prise l’été dernier dans le jardin de leur maison de Vence. Laura était venue passer une semaine avec eux. C'est elle qui a fait encadrer la photo. Elle lui a dit « Comme ça, Papa, tu auras une photo des deux femmes les plus importantes de ta vie sur ton bureau ».
La jeune femme qui vient de sortir du bureau de Grévin a l'âge de Laura. Par bien des aspects elle lui rappelle sa fille. Pas physiquement. C'est quelque chose de plus subtil. Sa vaillance ? Son entêtement ? Sa façon de ne pas finir ses phrases ? Il ne sait pas précisément. Il regarde le téléphone, et soupire.
La jeune femme s'appelle Louise. Louise Vernes. Grévin a tendance à appeler ses jeunes recrues par leurs prénoms. Il sait qu’il ne devrait pas. Ça crée un lien affectif. C’est inapproprié. Louise est une jeune chercheuse. Elle a rejoint son équipe il y a bientôt deux ans. Un esprit remarquable, lui avait-on dit en lui transmettant son dossier. C’était vrai. Sa thèse l'avait impressionné. Louise semblait capable d’aller jusqu’au bout. Elle avait hélas rapidement confirmé son potentiel.
Il y a dix ans que Grévin dirige ce laboratoire. Dix années entièrement consacrées à la lutte contre le virus de la DCA, à la tête d’une équipe exceptionnelle.
Louise est venue le trouver pour lui exposer l’avancement de ses travaux. Elle est convaincue d'être sur la bonne piste, et elle a sacrément raison. Grévin est bien placé pour en juger. Rien n’a pu empêcher la jeune femme de trouver son chemin vers le vaccin. Elle en est fière. Ce n’est pas seulement de l’orgueil. C’est surtout qu’elle a une belle âme. Elle a demandé à Grévin des moyens supplémentaires. Il lui a dit qu'il allait étudier ça et lui a rappelé la clause de confidentialité de son contrat. — Vous inquiétez pas, Monsieur Grévin, lui a-elle répondu. Vous savez bien que...
Elle a laissé sa phrase en l'air, comme l'aurait fait Laura, puis elle est sortie en le gratifiant d’un sourire, excitée comme une gosse.
Cette excitation, Grévin la connaît bien. Il l’a éprouvée il y a une dizaine d’années, quand il a été le premier à être sur le point de trouver le vaccin.
C'est à cette occasion que le laboratoire a été créé. ChemHealth avait eu vent de ses travaux, alors qu’il n’avait encore rien publié, et l'avait approché. La firme lui avait fait une proposition qui ne se refuse pas. D'énormes moyens, la garantie de recruter les chercheurs les plus prometteurs, et un salaire à six chiffres – des Francs suisses –, avec primes exceptionnelles. « Tout ce que vous avez à faire, lui avait dit Herr Haas, c’est signer le protocole. Et diriger le laboratoire conformément à ce qui y est écrit. »
Grévin et son équipe avaient rapidement sorti le Lexipan. Pas un vaccin mais le premier traitement efficace contre la DCA, et toujours le seul à ce jour. Il y avait eu des effets indésirables mais ils avaient travaillé d’arrache-pied sur la question et régulièrement amélioré sa tolérance. Les victimes de la DCA peuvent désormais le prendre quotidiennement, jusqu'à la fin de leur vie, sans ressentir le moindre effet indésirable. L'épidémie de DCA progresse toujours, mais au moins plus personne n'en meurt. Grâce à lui, les malades mènent une vie normale. Il peut en être fier. On le considère comme un héros. Prix Nobel de médecine. C'est suffisant pour que personne ne lui reproche pas de n’avoir toujours pas sorti de vaccin.
Il y a sept ans, c’est un jeune indien qui s’était à son tour approché du Graal. Avinash Taksha. Le gars le plus brillant que Grévin ait jamais recruté. Avinash était venu le trouver, tout comme Louise aujourd'hui. A l’époque, Grévin était encore naïf. Il croyait qu’on pouvait négocier le protocole. L’entretien avec Herr Haas avait été très cordial. Son contact au board de ChemHealth ne s’était pas départi de ce sourire qui lui donnait un air de bon père de famille. Il lui avait posément rappelé les règles sur lesquelles il s'était engagé. Au ton qu’il employait, on aurait pu croire qu'il traitait une affaire courante. « ChemHealth est très satisfait du fonctionnement du laboratoire, avait conclu Herr Haas. Ce serait dommage qu'il doive changer de directeur mais il y survivrait. » Grévin s'était soumis. Il avait transmis le nom du jeune indien. On apprit que le pauvre garçon carburait aux amphétamines et que c’était la cause de son accident de voiture. Grévin se remit de cette perte dans la maison qu’il venait d’acheter à Vence.
Cette fois-ci, Grévin n’essaiera pas de négocier avec Herr Haas. Pas besoin qu'on lui rappelle la mission du laboratoire n'est pas de trouver un vaccin, mais de s'assurer que rien ne viendra tuer la poule aux oeufs d'or qu'est le Lexipan. ChemHealth s'occupe de détecter les jeunes chercheurs talentueux qui s’intéressent au virus de la DCA et les recrute pour le labo. Là, Grévin doit les garder sous contrôle, les orienter vers des impasses, et indiquer ceux qui, malgré ses efforts, pourraient mettre en danger l’intérêt supérieur. Comme Taksha. Comme Louise. Le protocole est simple. Sa mise en oeuvre l’est tout autant.
Grévin soupire. Il regarde une nouvelle fois le téléphone. Seulement deux en dix ans. Personne n’aurait fait mieux que lui. Il rabat la photo sur laquelle Laura le fixe avec un sourire bienveillant et décroche le combiné.

PRIX

Image de Hiver 2016
68

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Subtropiko
Subtropiko · il y a
Je découvre... (je ne connaissais pas Short Edition l'hiver dernier). Un texte bien mené, très dur, mais quand on pense au scandale du sang contaminé (et vendu... il faut bien écouler les stocks !) on se dit une fois de plus que la réalité dépasse la fiction, même la plus noire !
Image de Thierry Covolo
Thierry Covolo · il y a
Merci d'avoir fait un tour du côté de ce texte ancien.
Je continue d'espérer que la fiction reste un tout petit peu au-delà de la réalité
https://www.facebook.com/thierry.ecrit
http://thierryecrit.wordpress.com/

Image de Subtropiko
Subtropiko · il y a
Hum ! Espérons... J'aime bien le "visuel" correspondant à ce texte, avec les gélules vertes et blanches, sur la page facebook ci-dessus.
Image de Francesca Fa
Francesca Fa · il y a
Quelle cochonnerie ce virus de la DCA ! Très bien écrit, bravo !
Image de Thierry Covolo
Image de Francesca Fa
Francesca Fa · il y a
Je viens d'"aimer" votre page FB, à bientôt Thierry
Image de Thierry Covolo
Thierry Covolo · il y a
Merci, c'est sympa de me "suivre"
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Toujours captivée je renouvelle mon vote.
Peut-être viendrez-vous me lire dans le concours des Bibliothèques maintenant que le marathon des lectures touche à sa fin (moi aussi j'essaie de lire tous les finalistes, c'est long)
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/un-lancer-bien-pense
http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/mon-ange-demoniaque

Image de Thierry Covolo
Thierry Covolo · il y a
Merci d'avoir confirmé.
Personnellement, je n'ai pas réussi à lire tous les finalistes. 42 nouvelles et TTC, c'est au-delà de mes possibilités...
https://www.facebook.com/thierry.ecrit
http://thierryecrit.wordpress.com/

Image de H_deg
H_deg · il y a
Un bon texte :-) +1
Image de Thierry Covolo
Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
Un excellent texte que j'ai failli ne pas lire. Une mécanique sordide, bien huilée. C'est probablement comme ça que se passent les choses dans la réalité. Mon vote.
Image de Thierry Covolo
Thierry Covolo · il y a
Merci François. Je préfère croire que cela reste de la fiction...
Image de Sandra Dullin
Sandra Dullin · il y a
Je confirme mon vote avec grand plaisir
Image de Thierry Covolo
Thierry Covolo · il y a
Merci (bis)
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
C'est aussi pertinent, subtil et efficace qu'à la première lecture. Je revote sans la moindre hésitation.
Image de Thierry Covolo
Image de F. Chironimo
F. Chironimo · il y a
je me souviens de ma première lecture: je revote des deux mains! et demain (dimanche) je revote encore :=))
Image de Thierry Covolo
Thierry Covolo · il y a
Merci d'avoir voté au premier... et au second tour :)
https://www.facebook.com/thierry.ecrit
http://thierryecrit.wordpress.com/

Image de Didier Larepe
Didier Larepe · il y a
Mon votre pour votre TTC. N'hésitez pas à venir lire ma nouvelle, également en finale cet hiver : http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/les-gendarmes-et-les-indiens. A bientôt.
Image de Thierry Covolo
Thierry Covolo · il y a
Merci Didier
J'ai le projet de lire tous les finalistes, je devrais donc passer par votre nouvelle
ttps://www.facebook.com/thierry.ecrit
http://thierryecrit.wordpress.com/

Image de Nikit Afrika
Nikit Afrika · il y a
Quelle triste vérité pourtant ! j'aurais voulu que personne ne soit au bout du fil. J'ai parcouru les textes des finalistes...le vôtre vaut la peine d'être voté pour son originalité.
Image de Thierry Covolo
Thierry Covolo · il y a
Finalement, il va peut-être falloir que je me reconvertisse de l'écriture de fiction à l'investigation :)
Merci d'avoir aimé et pris le temps de le dire
https://www.facebook.com/thierry.ecrit
http://thierryecrit.wordpress.com/

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Le chemin est étroit. Accroché au mur de roche, il surplombe le vide.Les nuages se massent dans le ciel, et leur ombre s’attarde de plus en plus longuement avant que le soleil revienne. La ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Le drapeau brûle dans la nuit. Il n’y a pas de nuages ce soir, et seule la fumée qui monte lentement vers le ciel vient troubler l’horizon étoilé. Il n’y a pas de bruit non plus. Tout est ...