Instants croqués : la boîte à musique

il y a
1 min
1 338
lectures
62
Lauréat
Jury
Recommandé

Nine de rien il y a des mots Il y a le noir et le blanc du piano Nine de rien les musiques se mélangent La voix parle et puis la voix chante Nine de rien la femme à la mer Partage avec vous  [+]

Image de Automne 2013

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Cet homme que je croise chaque matin dans sa librairie, je voudrais l'extraire, abattre les murs et voir ce qu'il y a derrière.
Qui est-il ?

Je ne peux pas l'imaginer ailleurs que dans ce décor en papier carton, ailleurs que devant cette petite table et ces petites chaises, ces affiches aux couleurs éclatantes. Le seul endroit où je l'ai jamais vu. Je ne peux l'imaginer ailleurs que devant tous ces gens, souriant aimablement, murmurant des attentions touchantes. Quelle est sa vie ailleurs ? Est-ce qu'il vit seul ?

Je ne peux raisonnablement pas l'imaginer au supermarché ou à la banque. Je ne peux lui associer ni une voiture, ni une maison, ni un trajet dans ma réalité. J'essaie pourtant, je lui invente une histoire, des plaisirs, des amis. Je me demande quel genre de musique il peut écouter ? Comment est-il quand il parle tout bas, de quelle manière pose-t-il ses doigts autour d'un verre lorsqu'il boit ? Est-ce qu'il boit, d'ailleurs ? Et qu'est-ce qu'il boit ? De quoi a-t-il soif ? Aime-t-il, rêve-t-il ? Je l'imagine tant que je ne l'imagine plus. Je le perds de vue.

Je n'emporte avec moi qu'une image.
Alors je retourne à cette librairie comme j'ouvrirais une boîte à musique. Ce même homme, à cette même place. Il m'intrigue tant que je soulève plusieurs fois par jour le couvercle pour entendre sa petite mélodie. Il est toujours là, il me regarde. Il me sourit dans un rituel immuable et telle une petite ballerine, je tourne autour de lui.

Oui, mais que vais-je faire de tous ces livres ?

Recommandé
62

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Lettre à Vincent

Aude Duval

Cher Vincent,
Cette nuit, je t’écris dans ma chambre, dans le noir, excepté la lampe que nous avons cassée, petits. Tu te souviens ? Tu étais venu dormir chez moi, un mardi soir. On faisait... [+]

Très très courts

Nina

Capucine Vochelet

La vaisselle sale déborde de l'évier, les verres en équilibre fragile sur une vieille casserole au fond noir de graisse. Une mouche bourdonne paresseusement au-dessus des restes de nouilles... [+]