1
min

Insaisissable chance

Image de Mister Douhaine

Mister Douhaine

0 lecture

0

Chance, ô chance, qui es-tu vraiment ? D’où viens-tu ?
Quelles sont tes motivations ? Que veux-tu de nous ?
Depuis la nuit des temps, tu enveloppes de ton drap de velours
l’esprit des gens qui ne pensent plus qu’à toi.
Nuit et jour, sans cesse, tu les mènes à leur perte ou au
contraire à leur ivresse, tellement ivres qu’ils ne savent plus
où donner de la tête.
Tu te tapis au quatre coins du monde, tel un trèfle à quatre
feuilles donnant espoir à celui qui le trouve et le possède.
Tu te dévoiles comme un messie, attendu par tous ces gens
qui vendraient leur mère pour pouvoir brandir leur victoire tel
un trophée.
Chance, ô chance, tu es le fruit du hasard, celui qui permet
d’obtenir ton nectar suprême, la richesse et le pouvoir.
Mais est-ce bien là ton devoir de faire des différences entre
les hommes ?
Chaque homme a le droit de te trouver à un coin de rue
pour que tu puisses le bénir de tes bienfaits et ainsi lui venir
en aide au moment où il en a le plus besoin.
Mais au lieu de cela, tu l’enfonces de plus en plus dans un
monde d’où il n’en sortira pas indemne.
Certains hommes voient en toi un mode de croyances, qui
favorise des pensées qui peuvent leur faire croire à une amélioration
de leur mode de vie.
Mais il n’en est rien, au contraire tu les pousses à agir de
façon à se mettre dans des situations de détresse.
36
Comment fais-tu pour choisir tes victimes ? Tu nourris
certains hommes et laisses pour morts certains autres à la
rue ?
Peut-être que nous t’accordons trop de crédit en ne pensant
qu’à toi ou plutôt à ce que tu peux nous offrir.
Il vaudrait mieux vivre sa vie tranquillement en suivant le
sens du courant plutôt que de s’y opposer ; il ne servirait à
rien de te demander de l’aide pour affronter son destin.
Car tu es insaisissable, tu échappes à tous les appels, tu te
moques des hommes en manque de toi, tout cela pour te faire
désirer.
Avec cet aspect que tu laisses apparaître, tu ne t’inquiètes
pas outre mesure que les hommes aient l’impression de ne
plus avancer sans toi.
Chance, ô chance, aide-nous à nous débarrasser de toi,
donne-nous ton pouvoir de chance unique, tous les noms
auxquels tu t’identifies.
Chance, ô chance, superstition, porte-bonheur, hasard,
magie.
Tu es à toi seul la cause à effet, le désir et le rejet, la beauté
et la laideur, la grandeur et la décadence, le pire et le
meilleur.
Certains hommes ne voient en toi qu’une théorie de probabilité,
une chance sur deux, face ou pile.
Bonne ou mauvaise, tu n’es qu’une façon d’exprimer bonheur
ou malheur dans la vie des hommes qui ont perdu la foi.
C’est par la foi que les hommes seront sauvés de toi.
Chance, ô chance, tu es une forme d’assurance des choses
que l’on désire et l’apparence de celles que l’on ne voit pas !
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,