2
min

INONDATIONS

Image de Patrice PERRON

Patrice PERRON

54 lectures

11

Ronan habite en Finistère, dans les Monts d’Arrée, dans un village près de Pleyber-Christ. De chez lui, il voit les sommets : Roc’h Tredudon, Roc’h Trevezel et la Montagne Saint-Michel. Quand il veut prendre l’air, au plus près de chez lui, il pousse vers Le Cloître Saint-Thégonnec et les Landes du Cranou. Dès qu’il monte, son regard averti embrasse un panorama immense. Pourtant la Bretagne ne culmine qu’à 391 mètres, plus la hauteur de l’église rivée au plus haut de son sommet. Rivée est un euphémisme, car là-haut, il y a toujours du vent. Alors autant dire que lorsque la tempête venue de l’Atlantique souffle, il est jugé inutile et prétentieux de vouloir porter un couvre-chef !

Ronan travaille à Morlaix, vingt-huit kilomètres plus bas vers le Nord, à ras du niveau de la mer. Autrefois, le port de Morlaix voyait partir et revenir des navires de commerce et des bateaux de pêche. Aujourd’hui, ce sont des bateaux de plaisance qui le remplissent et ils bougent moins que leurs ancêtres nourriciers. Les temps ont changé.

Il y a quelques années, après des semaines de pluie, la basse ville avait été inondée, comme toutes les autres villes Bretonnes habituées à subir les affres des longues et intenses périodes de pluie, notamment Quimperlé, Quimper, Châteaulin, Pontivy et Redon. Et maintenant que le niveau de la mer augmente, ces inondations sont plus fréquentes, puisque l’eau des fleuves et des rivières de la région se heurte à la marée montante. Mais en raison de la géographie et de la constitution du réseau hydrographique de Bretagne, seule l’eau tombée sur la Bretagne dévale dans les ruisseaux, puis les rivières, pour en grossir le flot de façon assez rapide et assez intense.

En ce début février, Ronan a effectué un déplacement à Paris et au Havre. Son arrivée à Orly lui a permis de survoler des zones inondées, puis parvenu au cœur de Paris, chez des amis pour la durée de son séjour, il a vu, de ses yeux vu, la Seine déborder de partout, de cette eau venue des montagnes, là-bas, si loin.

Puis, au travail, il a survolé en hélicoptère, l’aval de Paris, entre Rouen et le Havre. Le spectacle lui a mis une boule au ventre : il a vu au plus fort de la marée montante, la vague haute et puissante du mascaret contrecarrer le courant théoriquement descendant de la Seine, et détourner l’eau du fleuve par-dessus les quais, les digues et les protections additionnelles ; presque quatre semaines après les énormes chutes de neige sur les massifs montagneux alimentant les affluents du grand fleuve.

Et même si ces fortes crues ne sont pas les premières, ni les plus dramatiques de l’histoire, Ronan a compris que la conjonction du changement climatique et de l’augmentation du nombre de constructions urbaines en proximité des fleuves, ne fera qu’accroître ces terribles phénomènes et leurs conséquences pour les victimes.

Au retour dans ses Monts d’Arrée, certes socialement un peu perdus en comparaison de la vie frénétique des grandes villes disposant de tous les loisirs à portée de main, Ronan s’est dit qu’aller prendre l’air agité de ses petits sommets Armoricains valait tout l’or du monde. Même si parfois, il peste contre le manque de soleil.
11

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Que d'eau, que d'eau ! N'empêche que les innondations c'est vraiment pas drôle. Reste que la Bretagne, surtout le Finistère Nord et les Côtes d'Armor sont pour moi le paradis sur terre même sous la pluie, et puis il y fait aussi très beau, parfois. Merci pour ces jolis paysages chers à mon cœur
·
Image de Patrice PERRON
Patrice PERRON · il y a
Demad doc'h Diamantina. Vous semblez attachée à la Bretagne Nord. Où vivez-vous (si vous ne souhaitez pas répondre, je le comprendrai). Moi, je vis en Bretagne sud, à la limite littorale entre Pen Ar Bed et Mor Bihan, à Guidel, à mi-chemin entre Lorient et Quimperlé. C'est aussi un secteur très sympa, assez joli et au climat ..... changeant. A vous lire. Devezh mad ha kenavo emberr. A bientôt. Patrice.
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
C'est pas indiscret, j'habite une petite ville de Franche Comté, entre Belfort et Montbéliard. La Bretagne c'est ma passion, ce sont des photographes de Brest, Saint-Pol de Léon et Roscoff qui ont partagé tellement de photos de leurs belles balades sur Facebook qui me l'ont fait aimer, alors l'année dernière j'ai réservé une semaine près de Saint-Brieuc puis une deuxième semaine à Vannes. De ces deux points de chute, nous avons rayonné dans toute la Bretagne que j'ai visité de long en large, et j'en suis revenue époustouflée de beauté...et pleine de regrets de ne pas y vivre... c'est pour moi des paysages de rêve, ça m'a aussi rappelé les côtes sauvages de Nazaré (au Portugal, dont je suis native) mais je préfère la Bretagne car d'un endroit à l'autre ce n'est jamais le même paysage mais c'est toujours la même beauté, je suis fan ! Au plaisir Patrice. Très bon weekend aussi à vous
·
Image de Patrice PERRON
Patrice PERRON · il y a
Demad dit Diamantina. Concernant le Portugal, j'ai eu l'occasion d'y aller pas mal de fois. J'adore les demies saisons car l'été est torride mais à part ça c'est magnifique, y compris les Açores. J'écris de temps en temps des notes d'écoute de CD de musique lusophone, surtout de fado, dans le Lusojornal. Devezh mad ha kenavo emberr. Patrice.
·
Image de Marie
Marie · il y a
Très juste !
·
Image de De l'Air !
De l'Air ! · il y a
La Bretagne, on ferait comment sans elle ? Saint-Thégonnec , j'ai vu ce merveilleux cloître...
·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
La Bretagne reste malgré tout une bien jolie région que j'affectionne tout particulièrement
·
Image de Loodmer
Loodmer · il y a
Et les druides, bondieu, ils faisaient quoi pendant ce temps
·
Image de Charles Dubruel
Charles Dubruel · il y a
d'actualité !
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
L'homme est petit face aux éléments. Hélas la nature le lui rappelle parfois cruellement.
·
Image de Duje
Duje · il y a
Subir une inondation comme celles que je vois à la TV ( Dieu merci , je suis sur une petite bosse ) ça parait difficile à vivre . En une autre habitation , un jour d'orage , j'ai eu 2 cms de flotte dans la salle de séjour , quelle catastrophe !
·
Image de Patrice PERRON
Patrice PERRON · il y a
oui, et après, l'eau monte dans les plâtres des cloisons. Tout est pourri. C'est impressionnant.
·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Et quand les inondations se répètent, terrible pour les gens qui perdent tout.
Même si le soleil fait son apparition plusieurs fois par jours, la Bretagne est vraiment jolie !

·
Image de Patrice PERRON
Patrice PERRON · il y a
Salud doc'h Dolotarasse. C'est vrai ce que tu dis. Mais il y a très peu d'années, de nombreuse villes Bretonnes ont été inondées, un mois de janvier. C'était catastrophique ( à Quimperlé à deux pas de chez moi, une maison est partie avec le courant). Et la bétonisation urbaine des bords de rivières ne va pas s'arrêter. Noz vad. Patrice.
·
Image de Flore
Flore · il y a
Je ne vois ces aléas climatiques qu'à la télé. J'habite loin, Toulon, et pas en bord de mer...Mais les images sont dures...et je suis tellement d'accord avec vous...Mais, ce n'est pas toujours un choix, et que faire d'une maison devenue invendable...Un fait de société qui se répète, se répète.....comme un écho et de plus en plus souvent....
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur