1
min

Imposture de salon

12 lectures

1

Vint l’heure des escarpins qui claquaient autour des bottines et des souliers vernis. On pouvait voir des bouches se déformer en sourires de circonstance, des mains se serrer quand les regards se jetaient plus loin, des coupes érectiles se remplir, se vider, se remplir encore. Une clameur rieuse formait son nid dans cet entre-soi douillet. La comédie humaine pouvait envahir le théâtre des vanités, son chapelet d’apparences en bandoulière.

Depuis deux mois déjà, Thom Yorke miaulait son Creep* au fond de moi. Il y avait bien eu cette poignée de textes inspirés au début qui m’avait valu les commentaires flatteurs de quelques lecteurs peu exigeants, puis brusquement la respiration se fit moins forte, la source nourricière se tarit jusqu’à ne plus offrir que doutes et lamentations. Le vide creusait lentement sa tanière en moi et réveillait cet imposteur seulement assoupi.

Quand soudain je le vit.

La longue silhouette dégingandée se dessinait sous une carapace de cuir qui s’étirait du col du blouson à la pointe des bottes. Sa démarche chaloupée contrainte par deux puissantes cuisses arquées faisait résonner un pas lourd et maladroit. Il avait libéré son crâne, rasé, de l’emprise du casque qui protégeait sa peau coloriée ou l’on devinait les chemins d’errances, les espoirs et les illusions. Sur son dos, deux ailes puissantes semblaient pouvoir l’emmener plus haut. Sur ce parterre d’élégants, l’albatros n’avait plus peur. Une mue plus tard, il devint oiseau de feu.

Yorke pouvait bien aller se faire foutre. J’écrirai.

*Creep – Thom Yorke (Radiohead)

Thèmes

Image de Très très courts
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Sylvie Franceus
Sylvie Franceus · il y a
Bé oui, écrivez !!!!
Et puis ces salons sont tout ce que je déteste... ces gnangnanseries qui jacassent pour ne rien dire mais le dire fort parce que plus c'est fort et plus ça éclabousse les autres nez trop retroussés et... paf... les tartines, que dis je les toasts de mièvreries et les canapés, que dis je les verrines, de chichis bien étalés en couches épaisses.... pouah.... fuyons et je vois que vous fuyez bien et ça, c'est génial et l'imposture est celle de ces gougnafiers qui usent les miroirs et les comptes en banque et qui s'hydratent de champagne exclusivement et qui ne rotent même pas parce que roter, c'est caca !! Et vive l'oiseau de feu qui a l'envergure du condor et la force du rapace !
Ecrivez encore.
Merci de cela
sylvie

·