3
min

Impasse, impair, passe et manque...

Image de Jeanne

Jeanne

205 lectures

32

C’est le temps béni, joyeux des fêtes, des marchés de Noël, des jeux, des jouets, des joujoux, des bijoux précieux par milliers, des festivités, joyeusetés, fête des sens et autres réjouissances. Les préparatifs battent leur plein, et les sapins de clignoter et les papiers cadeaux d'emballer et l’Armée du Salut de faire sonner sa petite clochette et les grelots du traîneau du Père Noël de tintinnabuler, c’est le temps de l’ancienne année vieillissante, de l’année nouvelle qui commence. C'est le temps des lots, des lotos, des jeux de chance et de hasard et à celui de la roue, la roulette, grande loterie de la vie nous sommes plus ou moins bien loti(e)s.

C’est le temps des lumières, des illuminations dans la rue, les jardins, les allées, les vitrines, les devantures rivalisent de beauté qui allèchent le chaland et font pétiller les yeux des enfants qu’ils soient petits ou grands... quand d’autres ci et là assis, assistent à la fête, passifs, immobiles sous l’œil indifférent des passants. Et eux ces fantômes sans âge, sans identité, nous voient-ils, nous perçoivent-ils, perdus ailleurs, dans leurs pensées emplies de brouillard et de givre... Chacune, chacune les siennes, d’un côté y aura-t-il de la neige pour Noël ? De l’autre côté auront-ils une petite pièce de plus, sonnante et trébuchante dans leur gobelet de plastique...

A votre bon cœur Messieurs, Dames !

Pourquoi, comment en sont-ils arrivés là... là n’est pas l’essentiel, le froid, la faim, la différence, l’indifférence, la solitude, la misère est leur lot quotidien, écoutez-la chanter aux portes de Paris et d’ailleurs, elle ne vous demande pas la charité mais un peu de dignité, d’humanité. Pour eux et elles qui ont été mais ne sont plus, plus que des ombres, à ce qu’il paraît on ne peut être et avoir été, pour tous ces morts-vivants, c’est galère tous les jours de l’année, qu’il pleuve, neige ou fasse soleil. Vous me direz à tort ou a raison, à quoi bon un mot ou un geste, c’est futile, inutile, c’est une goutte d’eau dans l’océan, je vous dirai oui mais à l’image du colibri, du pêcheur d’étoiles de mer échouées, une plus une font des grands ruisseaux, des grandes rivières... de diamants étincelants.
Que deviennent-ils, que sont-ils devenus tous ces gens qui squattent le trottoir, les porches loin des porsches rutilantes... Cela fait longtemps que je n’ai pas revu mon amie en compagnie de son lapin blanc...

A votre bon cœur Messieurs, Dames !

C’est le temps des orgies culinaires, des folies vestimentaires, c’est le temps du fric et puis tout naturellement celui d’aider l’Afrique, grenier de l’humanité, à propos du climat délétère, dont nous et d’autres avant sommes responsables, il est étrange de constater que sur ce continent touché par le fléau, le changement climatique, pas un seul indigent ne meurt de faim, toutes et tous solidaires de leurs frères, leurs sœurs, leurs prochains. Cela s’appelle être humain tout simplement.

A votre bon cœur Messieurs, Dames !

Certes, sur nos côtes, il y a les migrants, naufragés d’un autre monde en quête d’un présent meilleur, il y a aussi sous notre nez, aux pas de nos portes, à portée de nos mains des sans domicile, des pauvres gens, des parias, des rebuts de la société et puis des Cosettes, des petites marchandes d’allumettes qui se réchauffent comme elles peuvent, bien loin des marchands de rêves et de bonheur prêts à consommer, qui s'abreuvent à outrance. " Et à la nuit tombée les bancs recueillent le clochard, le chariot est sa maison, et le ciel son plafond, le jardin son décor et le banc son adresse."  Que demandent-ils, qu’espèrent-ils ceux et celles qui sont invisibles, transparents... Juste un regard, un sourire, un peu d’attention, une goutte de votre précieux temps, juste un peu d'intérêt, de chaleur... humaine. Est-ce, serait-ce la mer à boire...

A votre bon cœur Messieurs, Dames !

Liberté, égalité, fraternité... Ce fil, ce tapis rouge n’est pas déroulé pour vous faire larmoyer, vous (sou)tirer une larme, juste tirer la sonnette d’alarme, prendre conscience que dans notre beau pays qui s’appelle France, il n’y a pas à mes yeux de petites, moyennes ou grandes causes, quand il s’agit de dispenser, d’octroyer un peu d’humanité, elles sont toutes à égalité...

A votre bon cœur Messieurs, Dames !

Par avance, joyeuses fêtes à toutes et tous !

N. B : c’était mon coup de gris, de grisou du jour. Tout va bien dans le meilleur des mondes, tant que le ciel ne nous tombe sur la tête !... Ou que la vapeur, les pôles ne s’inversent. Mais ceci est une autre histoire, pas si éloignée, pas si démodée qu'il n'y parait, l’Histoire est un éternel recommencement.

Thèmes

Image de Très très courts
32

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Et oui, tout peut basculer très vite, restons humbles....
·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
... humbles et humains avant tout. Merci L'ange d'être passé ici. Joli dimanche et à tantôt.
·
Image de Jorge
Jorge · il y a
Celui qui est au bord du chemin a tout aussi froid et faim la veille que le lendemain, mais il est vrai que les soirées des 24 et 31 décembre où la plupart des gens se rassemblent rendent la solitude plus douloureuse encore.
Il ne s'agit pas de ne pas faire la fête mais d'être conscient de notre bien être et si possible faire un geste, car tout peut basculer très vite, beaucoup de ceux qui sont aujourd'hui dans la rue, hier ils étaient nous.

·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
C’est très juste ce que vous dites, la roue de la vie tourne et tourne bien ou mal, en effet tout peut basculer en quelques secondes et se retrouver de l’autre côté de la barrière et cela de n’importe quel milieu, quelle condition que l’on soit.... une situation qui instaure un vide, une distance, une différence, un fossé encore plus marqué, marquant, prégnant les jours de fêtes.
Merci Jorge pour ce passage surprise. En ce 31 de décembre, dernier jour, dernier mois d’ambre, je vous souhaite un très joyeux réveillon empli de bulles. À tantôt, à l’année prochaine. Plaisir de vous lire sur mon prochain TTC Brume de lune.

·
Image de Vinylle
Vinylle · il y a
très très fort ce texte quand des personnes s'en mettent plein la panse alors que d'autres restent sans manger... quand des enfants ont des tonnes de cadeaux alors que d'autres n'ont rien....
toit ou pas toit.... non pas de jeu de mots, juste une pensée pour eux, pour elles
vite venue, vite partie grande soeur.

·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
Je me dépêche du Midi de te répondre et te remercier pour cette jolie pensée. Vite venue, vite partie dis-tu, c'est sans importance mamzelle, je t'ai gratifiée d'un long pavé sur L'heure bleue. :-))) Et cerise sur le gâteau, je te souffle mille pensées whoua, whouatées, chocolatées.
·
Image de Alain de La Roche
Alain de La Roche · il y a
C'est le temps de Noël, le temps du rêve et en ce 31 décembre, aux rêves veillons.
·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
Ah joli monsieur de la Croche ! Aux rêves veillons, aux rêves veillez... à veiller plus que de raison, attention au réveil. Quel bon vent, que me vaut cette visite dominicale… Revenez-vous de Confesse, après avoir accompli vos complies du jour. :-))) Au vu de votre couvre-chef, je devine que vous revenez des steppes sauvages et glacées.
Merci de ce charmant passage Alain. Joyeux réveillon de la Saint Sylvestre et à l’année prochaine.

·
Image de Alain de La Roche
Alain de La Roche · il y a
Mon couvre chef en fourrure de chat pour la saint Sylvestre. Ben oui, c'est la fête aux Gros Minets.
·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
En fourrure de chat, chat alors ! Je suppose que c'est du faux-chat.
Chat botté et pendant ce temps, les souris dansent le cha, cha, cha.

·
Image de Alain de La Roche
Alain de La Roche · il y a
Chat botté ? En ce qui me concerne, je suis plutôt "chat potté".
·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
... mais fort heureusement pas empoté.
·
Image de Marie Lacroix-Pesce
Marie Lacroix-Pesce · il y a
Pour remercier votre bon cœur madame Jeanne, j'ajoute ma petite voix!
·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
Madame est bien bonne et charitable. Avec tous mes remerciements Pascaline, les petites voix, les filets de voix font les grandes rivières... de diamant. Belle soirée et à tantôt, à l'année prochaine, celle-ci est en voie de disparition.
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Oh chère Jeanne, comme votre belle générosité fait du bien ! Si tout homme ou femme faisait en effet un petit geste, chacun dans son coin, ce serait sans nul doute "un grand pas pour l'humanité". Il est facile de procurer peu de bonheur quand on a plus que le simple nécessaire, un regard chaleureux, un sourire sont déjà réconfortants, une aide concrète peut parfois changer le cours d'une vie . . . alors, vous avez raison " il n'y a pas . . . de petites, moyennes causes ou grandes causes quand il s'agit d'octroyer un peu d'humanité " !
En vous remerciant pour ce cri du coeur particulièrement émouvant, je vous souhaite une excellente fin d'année très chère Jeanne !

·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
En accord avec vous sur toute la ligne Francine. " Si tous les gars du monde... ", le monde tournerait plus rond.
C'est moi qui vous remercie pour cette charmante appréciation. Belles et joyeuses fêtes en cette toute fin d'année.

·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Merci Jeanne pour ce magnifique texte poignant et réaliste.
Oui, donner son temps, un peu d’argent, un sourire et une main tendue c’est beau et c’est essentiel !
Merci pour le partage.
Joyeuses fêtes !

·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
En effet Ratiba, c'est beau, essentiel, rien que pour le mot et pour le geste. Merci pour cette généreuse appréciation.
De joyeuses fêtes à vous aussi et puisque je vous ai sous la plume, tous mes souhaits de belle chance à Brumeland.

·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Merci Jeanne, c’est sympa :-) Au plaisir !
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Tu es toujours là où il faut pour dire exactement ce qu'il faut... Merci pour ce rappel, Jeanne !
·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
C’est mieux que l’inverse comme ne jamais être là ou être toujours là où il ne faut pas et dire exactement ce qu’il ne faut pas :-), auquel cas c’est ce qui s’appelle mettre les pieds dans le plat. A propos de plat et de petits dans les grands, si l’occasion fait le larron, la larrone, le marron fait la bûche de Noël. Dinde aux marrons ou pas, je ne sais si le menu est traditionnel sur l’île, de mon côté c’est chaussons sous le sapin et chausson au saumon sur la table, les marrons dans la cheminée, et le traîneau dans le jardin, Madame aux fourneaux, derrière le piano… culinaire, Monsieur derrière le bar… non pas le poisson mais le bar à boissons. :-))) Une place pour chaque chose et chaque chose a sa place. ;-) Noyeux Joël et joyeuses fêtes ma chère Joëlle.
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Mdr ! Tu es vraiment "trop", mais ce "trop" là, franchement, j'adore et je ne suis pas la seule !
Passe d'excellentes fêtes de noël et de nouvel an, chère amie !
Bises...

·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
Trot et galop ! En toutes choses, il vaut mieux trop que pas assez… quoique tout dépend, trop de tue tue le tout. Ce qui est acquis est qu’ il vaut mieux mourir de rire que de chagrin. Le rire est le propre de l’Homme à ce que l’on dit mais alors qu’en est-il pour nous les Femmes avec un F majuscule,… Au rayon des utiles, des futiles et accessoires, des fioritures, des accents, des chapeaux, des trémas, des apostrophes, virgules et points-virgules, au royaume et domaines de la ponctuation, de l’accentuation, ils au masculin pluriel ont bien assez de la cédille sans ajouter une lettre capitale pour briller aux yeux du tout Paris, seuls ou en Réunion, parce que sans cédille c’est bien connu c’est un garcon et si de plus il est gascon à St Trop, et bien ce ne doit pas être triste. :-) A noter au passage, hormis époux, épouse, marié, mariée, pacsé, pacsée, concubin, concubine, compagne, compagnon, ma femme au masculin n’existe pas dans le langage usuel. En vertu de quoi incongru serait : Je vous présente mon Homme, Homo sapiens, Hominidé, ceci dit aucune chance non plus de s’entendre dire : Je vous présente mon veuf ou ma veuve et pour cause… cause d’absence amplement justifiée. :-(
Bises soufflées par delà la Méditerranée, cette année je passe les fêtes at home, sur le continent européen, adieux alizés, coquillages et crustacés et autres joyeusetés du continent africain, c’est sans importance je me rattraperai au printemps, ici le temps est au beau fixe, sous le soleil précisément.

·
Image de Gisny
Gisny · il y a
Jeanne, vous êtes de ces précieuses personnes dont on dit : " Si il ou elle n'avait pas existé, il aurait fallu l'inventer ! Pour notre bonheur, vous êtes bien là que ce soit sur SE où derrière le piano, nous vous imaginons sans difficulté ! Alors, comment dites-vous : " Noyeux Joël " à vous également et que le petit poussin en profite, cerné de cadeaux et d'amour.
·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
Précieuse mais pas ridicule ;-) et sur le plan des valeurs, poids, mesures et normes de préciosité, vous n’êtes pas en reste. Dommage que vous restiez dans l’ombre, vous auriez tout intérêt à entrer dans la lumière.
Imaginer sans difficulté...oui ma chère Gisny j’imagine fort bien aussi, et même au-delà et au devant de difficultés, rien qu’à l’idée d’y penser, avant de commencer les gammes des festivités, je suis fatiguée d’avance. Vivement l’année prochaine ! Noyeux Joël… qui donc était à l’origine de cette expression, c’était ce cher K comme Kayapo pardi ! ainsi que l’envoi de sa Dinde au whisky. A ce propos il faudrait que j’aille le saluer à l’occasion du nouvel an, du nouveau-né à venir.
Vous avez dit poussin… jaune poussin et les coqs, les poules et les poussins de glousser et cancaner oui mais qui de la poule ou de l’œuf, c’est la question existentielle à laquelle ni Vergan ni Hector, ni même Janouchet n’ont pu répondre, c’est vous dire si ce point d’interrogation tient plus du nœud gordien, d’un puits sans fond, d’un gouffre sans fin que de la simple logique élémentaire, le raisonnement d’un esprit scientifique et je me souviens d’un temps que les moins de… Beau temps à vous amie précieuse et noyeuses fêtes, noyées sous le soleil, le proche fleuve de janvier renaissant tel le Phénix sur le lit de cendres de décembre.

·
Image de Gisny
Gisny · il y a
A la fois, drôles et enrichissantes, telles sont les lectures que vous nous proposez, chère Jeanne. Noyeuses fêtes, c'est pas mal non plus ! Rien que d'y penser, vous êtes fatiguée ! Comme je vous comprends, mon amie.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Merci Jeanne pour ce réquisitoire si bien écrit.
Il y a encore chez nous des personnes qui laissent leur porte ouverte à celle, celui qui en a besoin. Et puis tant de petite choses que l'on peut faire pour donner un peu de soi, un brin de rêve, de bonheur alentours. Encore faut-il que certain(e)s sachent, veuillent bien voir ce geste, cette main tendue et là c'est pas du gâteau...

·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
… tant de petites choses comme vous dites. " Le bonheur vient de l'attention prêtée aux petites choses, et le malheur de la négligence des petites choses. " Et si ce n’est pas du gâteau, cela peut être La cerise sur le gâteau… au chocolat, aux mille bienfaits et vertus, réputé anti-stress, si la musique adoucit les mœurs, les douceurs adoucissent l’humeur. Merci Lise d’être passée si joliment, je vous souhaite de belles et joyeuses fêtes.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Merci Jeanne, excellentes fêtes à vous également.
·
Image de Muirgheal James
Muirgheal James · il y a
mon vote !
·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
Merci Muirgheal pour cette charmante visite, qui êtes de retour à la Maison SE d'après ce que j’ai lu. Au gré de votre emploi du temps, passez à L’heure bleue située juste au palier du dessous, l’effet papillon devrait plaire à " L’amoureuse ". ;-) Et puisque je vous ai sous la plume passez de belles fêtes de l'Avent, de l'après et au plaisir de se mots croiser.
·
Image de Muirgheal James
Muirgheal James · il y a
Respect !.... un papillon ? j'y cours
·