Imaginer Sisyphe heureux

il y a
1 min
184
lectures
23

Je suis tombée dans un traitement de texte, quand j'étais petite. Ça m'a laissé des cicatrices. Depuis, je me soigne, mais j'ai développé une singulière obsession pour les mots qui se  [+]

En bas de ma rue, il y a un homme qui passe tous les matins. Il fait toujours, l’air de rien, un drôle de bruit quand il passe. Comme des griffures sur le trottoir. C’est qu’il a entre les mains un vieux balai aux poils drus, qu’il traîne dans son sillage. Ça racle, à l’aveugle. Ça attrape, sans le faire exprès, des filtres de cigarettes, des papiers en tous genres, des ordures qui passent. Quand il s’en rend compte, il s’arrête, se baisse et les retire avec patience et résignation. Tous les matins. Je ne l’ai pas remarqué tout de suite parce qu’il a l’air d’un Monsieur normal, avec son long manteau noir et son parapluie des jours gris. J’ai même du mal, d’un jour sur l’autre, à me rappeler son visage... Et puis, un jour, alors que j’allais à la boulangerie, je me suis trouvé sur le passage de son balai. J’ai trébuché. Lui et moi, on s’est regardés, comme surpris que nos chemins se soient rentrés dedans. Je crois bien que le balai m’a dit pardon.

Un jour, alors que l’hiver était arrivé, et avec lui la neige, le vent et les pas qui se pressent sur les trottoirs, je l’ai vu passer, comme tous les matins. Son balai grattait toujours, chassant la neige, créant une cicatrice noirâtre sur le chemin blanc. N’y tenant plus, je suis allé vers lui, et je lui ai demandé pourquoi. Il m’a contemplé, désarmé.

- Mais pour effacer mes traces, voyons.

Ça vous avait un ton d’évidence. Il avait même l’air surpris et vaguement blessé que j’ignore le pourquoi du comment. Pour toute réponse, avec l’air de m’excuser, je lui ai montré la trace qu’il laissait, noire comme une accusation, derrière lui. Il y pose les yeux, l’air navré, l’air de ne pas vouloir comprendre.

- Vous comprenez, je ne veux pas gêner. Je n’ai trouvé que ça. C’est mon devoir ici, je la remplis de mon mieux. Maintenant, si vous permettez...

Il a repris son chemin, le balai remplissant toujours son office. J’ai l’impression de le voir coincé dans un monde qui n’est pas exactement le nôtre, répétant inlassablement sa tâche, se sachant seul pris dans un purgatoire invisible aux autres. Je me suis surpris à me demander ce qu’il tenait tant à effacer ; ce qui, au contraire, s’inscrivait si profondément dans la rue – sillon d’ordures et de neige balayée.

Et je l’ai regardé s’éloigner, dans les flocons qui soupirent d’aise, avec son parapluie des mauvais jours et son grand manteau.
23

Un petit mot pour l'auteur ? 6 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Emma M
Emma M · il y a
Sauf que vouloir effacer ses traces aujourd'hui... c'est de plus en plus difficile ! J'aime bien votre personnage...
Image de Grenelle
Grenelle · il y a
oui, le résultat obtenu est souvent le contraire du résultat attendu. Je pense qu'il doit s'agir d'un écrivain à succès, car très vite le temps efface la trace de ceux qui ont écrit. D'ailleurs tracer signifie communément aller très vite.
Sisyphe c'est toi, c'est lui, c'est moi ? J'ai du mal à imaginer tout ce petit monde heureux.

Image de Gérard Mathern
Gérard Mathern · il y a
Ma petite trace... +1
Image de Nolwenn Pamart
Nolwenn Pamart · il y a
J'ai voté pour votre conte, M. le chat. Merci à vous deux !
Image de Philshycat
Image de Fse de tilloy
Fse de tilloy · il y a
toujours troublant, envoûtant même, une vie qui passe à côté de soi, un regard qui comprend ?