Imagination

il y a
2 min
55
lectures
9

Auteure à la plume guillerette d’un style éphémère... Le rêve n'est qu'à portée de mots  [+]

Comment était-elle arrivée là ? Elle avait beau repasser cette question en boucle dans son esprit, aucune réponse satisfaisante ne lui parvenait. D’ailleurs, aucune réponse ne lui parvenait du tout.

Elle réussissait toujours les projets qu’elle entreprenait. Ce n’était pas de la chance. Elle ne croyait pas au hasard, ni au destin ou à toute autre providence ou chemin tracé. Non. Dans son cas, sa réussite s’expliquait par le potentiel qu’elle avait trouvé au fond d’elle et qu’elle avait su exploiter. En réalité, cette exploitation s’était faite in extremis, à la fois au moment où elle s’y attendait le moins et où elle en avait le plus besoin. Une opportunité, comme on dit. Une convergence de circonstances qui fait prendre à votre vie un tout autre tournant. Pour elle, ça avait été sa rencontre avec lui...

Il était écrivain. Ils se sont parlés. Il ne la connaissait pas, mais elle savait déjà beaucoup de choses sur lui. Elle l’avait aperçu, une fois, assis à son bureau. Seul, un stylo à la main. Il semblait travailler, mais n’écrivait rien. Il avait l’air triste. Elle n’avait pas osé aller le voir... Elle était repartie, mais l’image de cet écrivain solitaire lui faisait mal.

Les jours passaient, et il était toujours là. Toujours seul, toujours triste, toujours avec ce rien sur sa feuille. Un matin, il avait pris la touillette de son gobelet de café comme s’il tenait le Graal. Sans réfléchir, sa main s’était refermée sur son stylo et la plume s’était posée sur le papier... mais seule une tâche d’encre avait pris forme. A partir de ce soir-là, il s’était renfermé encore plus sur lui-même. Elle ressentait toute sa frustration, toute sa déception, aussi.

La suite, elle s’en souvenait parfaitement. Pourtant, rares étaient les fois où elle conservait dans sa mémoire ce qu’elle disait, voyait, entendait, pensait. « Mon tri sélectif à moi » se disait-elle souvent en souriant. Ce soir-là, elle avait pris une grande inspiration et était allée à sa rencontre. Elle n’avait pas su résister. Voir quelqu’un autant dans la peine lui fendait le cœur comme si elle partageait tous ses sentiments. Ils s’étaient donc parlés, enfin. Depuis le temps qu’il la cherchait, depuis le temps qu’il occupait toutes ses pensées. Elle lui avait murmuré seulement un mot : « Ecris ». Son regard triste avait disparu aussitôt que le mot eut atteint ses oreilles. Alors la tâche d’encre avait pris la forme de lettres.

Depuis, ils écrivaient ensemble leurs histoires et... leur histoire. Il ne voulait pas prendre le risque de la voir s’en aller, elle ne voulait de toute manière pas le quitter. Un feu s’était emparé d’eux, de leurs cœurs, de leurs esprits. Quel extincteur assez puissant pourrait mettre fin à ce brasier infini ? Elle avait ôté le bouchon d’un contenant qui ne demandait qu’à verser sur un papier des flots incontrôlables de mots...

Mais une question se posait encore.

Qui était-elle ?

« Je suis tout.
Je suis la source de toute création.
Je suis une divagation de votre esprit.
Je suis ce que vous voyez, ce que vous voulez voir et ce que vous ne voyez pas.
Je suis ce que vous voulez que je sois.
Je suis la lumière dans l’obscurité profonde.
Je suis l’espérance dans le brouillard étouffant.
Je suis l’air pur dans le désert.
Je suis le calme dans la tourmente.
Je suis l’étincelle dans l’ennui.
Je suis la vie là où il n’y a rien.
Je suis partout et nulle part à la fois.
Je n’ai aucune limite mise à part moi-même.
Je suis
L'IMAGINATION ».
9
9

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Gaza

James Wouaal

Des lamelles de jour découpées au vieux store décoraient le corps de son amant d’une lumière bleutée par un reste de nuit. Eshal, qui s’apprêtait à se lever, ne put s’empêcher d’en... [+]