2
min

Ils étaient bleus...

Image de Alexia G.

Alexia G.

196 lectures

6

Qualifié

Oh tu sais, Laurent, avant, c'était un drôle de gaillard. Toujours à cracher sur tout et sur tout le monde. Toujours à te faire des grands discours sur l'inutilité de la vie, l'absurdité de la société, l'absence de compassion dans le cœur des gens, l'infidélité dans toutes les relations possibles et imaginables, et j'en passe. Il répétait à qui voulait l'entendre que l'existence d'un être, et surtout la sienne, n'avait strictement aucune valeur. Je pense que tu n'as pas de mal à t'imaginer sa façon d'être. C'était un mec façon « loup solitaire », un canin aux oreilles pointues et à la mâchoire repoussante, que tu oses frôler mais dont tu ne te rapproches jamais... Juste parce que ton instinct te hurle que si tu tends un membre trop près, il finira entre ses crocs.

Il était passé par tant d'épreuves qu'il ne croyait plus en rien. Il se noyait dans une eau glaciale qu'il avait créé seul.
Et je ne te raconte pas ce qu'il pensait de l'amour. Je risquerais de lacérer ta vision de la chose.

Il est amusant de constater à quel point les choses peuvent changer. Tout le pessimisme dont il faisait preuve a basculé quand il a plongé son regard dans les yeux de ta mère. Plus tard, il m'a expliqué ce qu'il a ressenti ce jour-là, et... Je crois que j'envie sa poésie. Il m'a dit très exactement ces mots :

« Ses yeux n'étaient pas simplement bleus. Non. Bien sûr que non. Les qualifier par un si vulgaire adjectif ne leur rend pas du tout hommage. Ses yeux... étaient ciel. Ciel à la fois azur et enchanteur, porteur de la chaleur suffocante d'une journée d'été. Mais aussi céruléen. De ce céruléen d'hiver, chétif au premier abord, et qui, pourtant, te mord comme s'il s'agissait d'une quelconque bête sauvage.
Enfin. Ils n'était pas que cela.
Ils étaient ciel... Et mer à la fois.
Et quelle mer ! Houleuse, furieuse, encore plus agitée que le plus nerveux des chevaux. Elle te happait sur ton navire comme une simple poupée de chiffon et t'envoyait te fracasser au loin, là-bas, contre les falaises, contre les rochers. Elle te montrait que tu n'étais rien, rien de plus qu'un homme et que malgré ton intelligence, malgré ta prétendue supériorité, malgré tout, tu ne pouvais pas lutter contre elle. La mer était sénatrice. Reine. Déesse. Elle te tenait juste dans son poing. Tu étais livré, toi, le mâle orgueilleux et fier, à son humeur et sa merci.
Ses yeux te giflaient. Leur intensité et leur beauté te rappelaient des pierres précieuses. D'ailleurs, ils l'étaient, encore une fois. Saphir. Aigue-marine. Lapis-lazuli. Et parfois même turquoise ou tanzanite. Ses yeux étaient des joyaux et toi, voleur tapis dans l'ombre, tu te sentais désireux de les contempler jusqu'à en connaître chaque facette, chaque recoin, chaque commissure.
Ses yeux étaient tout. Tout ce qui était, tout ce qui avait été et tout ce qui serait un jour. Tu répugnais à en détacher ton regard tant l'effet qu'ils produisaient sur toi te semblait magique. Oui. Magique. Voilà le mot le plus parfait pour les décrire. Imagine-toi que si tu te perdais en plein désert, la seule vue des perles qui lui tenaient lieu de pupilles t'ôtait toute soif ; que si tu manquais de nourriture, elle était là pour te noyer dans ses prunelles et te faire oublier les crampes qui tenaillaient ton estomac ; que si tu souffrais d'un quelconque mal, elle pourrait panser toutes tes blessures en te couvant simplement du regard.
Ses yeux reflétaient la beauté de son âme et je ne comprenais pas pourquoi personne d'autre que moi ne semblait s'en rendre compte. Etais-je destiné à la remarquer grâce à cette particularité ? Je ne le saurais jamais. Mais je suis en tout cas sûr d'une chose : jamais un homme ne la chérira plus que je ne le ferai. »

Et à compter de ce jour, ton père aima ta mère chaque jour davantage que le précédent.

PRIX

Image de Printemps 2015
6

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Madeleine Duval
Madeleine Duval · il y a
le bleu m'a attiré je ne suis pas déçue
Image de Claudel
Claudel · il y a
Très beau texte sur l'importance d'aimer. J'aime beaucoup tous ces bleus qui colorent votre texte. +1
Si vous avez quelques minutes : http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/la-ferme

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Une belle lecture ! J'ai bien apprécié cette déclinaison de bleu :;)

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

— C’est la quatrième fois ce mois-ci. C’est quoi votre problème ? Derrière son bureau, la flic me regarde, la tête penchée en avant. Dans ses yeux, je lis la lassitude et ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Je travaille au bureau de la gare depuis cinq ans déjà. Les horaires sont un peu décousus, mais je ne me plains pas. J’aime bien quand je peux prendre le guichet numéro 3. Les autres filles ...