J'aime l'odeur de la pluie, faire craquer mes doigts, boire du chocolat chaud quand il fait froid, l'odeur des livres, marcher dans le sable, les nouveaux horizons... Je n'aime pas me casser un  [+]

Le réveil sonne. J’ouvre les yeux. Il est... A vrai dire, je ne sais pas quelle heure il est. Le réveil affiche : XBZML. Et c’est comme ça tous les matins. J’attrape ma tablette posée sur ma table de nuit et tape :
186 ème jour
Apparemment rien n’a changé. Le réveil affiche toujours des symboles bizarres et tout semble pareil.
Je jette un rapide coup d’œil par la fenêtre et rajoute :
Ils sont toujours là, dehors, à mener leurs vies normalement.
Et moi je ne comprends pas ce que je fais là. Je sais que je ne suis pas comme eux, mais d’où je viens alors ?
Je range l’appareil dans mon sac-lévitateur. Il a l’apparence d’une bulle flottante et il me suivra toute la journée. Je change sa couleur transparente pour un bleu pâle opaque d’un mouvement du doigt. Ensuite, je pose ma main sur ma combinaison, au niveau du cœur, et la transforme en grand manteau noir. Je me coiffe d’un grand chapeau à bord qui dissimule mon visage. Je ne veux pas qu’ILS se rendent comptent que je ne suis pas comme eux. Je vérifie une dernière fois mon apparence sur le mur interactif. Tout semble en ordre. Je marche jusqu’à la porte et respire un grand coup. Je l’ouvre et sort.
Tout de suite j’adopte leur démarche saccader. Un sentiment d’angoisse grandit en moi, mais c’est comme ça chaque fois que je sors parmi eux. Je les trouve terrifiant. Leurs voix graves et plates mais surtout leurs yeux vides dénués de l’étincelle qui moi m’habite. Ils sont froids, placides et ressemble à des carcasses vides.
Les premiers jours, je n’osais pas sortir de mon appartement végétalisé, terrifier par ses pantins sans cœur qui déambulent partout dans la ville. Une fois ma stupeur passée, je me suis mis à chercher une réponse à ma question : qu’est ce que je fais là ? Je n’ai aucun souvenir de ce qui c’est passer avant mon 1er réveil dans ce monde étrange. J’ai cherché dans tous les documents à ma portée. Rien. Aujourd’hui je vais au centre du TEMPOREL. Là-bas, je pourrais revoir mon passé. Peut-être que ça m’apportera des réponses ?
Le centre est à 13 km de chez moi au cœur de la ville. A pied, j’en ais pour un bon bout de temps. Je vais plutôt prendre l’AERO TUBE. Je me dirige vers la station la plus proche, à 500 m de ma maison. Un panneau holographique m’indique que la prochaine capsule libre arrive dans 6 min. Parfait, ça me laisse juste le temps d’aller acheter mon ticket. Je réserve la capsule à mon nom, puis entre dans le magasin dans face. Immédiatement l’odeur emplit mes narines et m'écœure. A la caisse, l'un des leur me demande:
- Que puis-je faire pour vous?
Tout de suite mon cœur s'emballe et je baisse la tête pour dissimuler mon visage derrière les bords de mon chapeau. Si ILS me démasquent, je suis fichu. Je désigne du doigt le ticket journalier pour éviter d'avoir à parler. Je ne maîtrise pas encore leur ton sans vie. Le vendeur me tend l'article. Je lui donne la monnaie et m'en vais sans un mot. Avant que la porte ne se referme, je l'entends réciter dans le vide:
- Le magasin Tout pour tous et ravi de vous avoir accueilli et espère vous revoir.
Je m'assoie et respire pour maîtriser les battements de mon cœur. Je me relève vite en voyant un groupe de leurs jeunes arriver à toute vitesse sur des skate-boards volant. Ils passent devant moi sans s'arrêter. Je me dépêche de rejoindre ma station et arrive juste à temps pour monter dans ma capsule, mon ticket encore à la main. Je m'installe et attache ma ceinture. J'appuie sur le bouton vert du tableau de commande et la capsule est projeter à plus de 700km/h. J'arrive au centre en un rien de temps. Je sors de la capsule en me retenant de vomir. Je ne supporte toujours pas cette vitesse. Je rentre dans le bâtiment et monte au 1er étage. J'entre dans une pièce où une centaine de machines attendent les visiteurs. Une vingtaine de personne sont déjà là avec leurs masques, pleurant ou riant en revoyant leurs passés. Je m'installe sur la machine la plus proche et enfile mon casque. Aussitôt l'appareil s'allume et me demande de m'identifier. Mentalement je lui donne mon nom et j'attends. C'est notre passé qui est censé s'afficher... Sauf que pour moi il n'y a rien... Enfin si, du noir. Tout à coup, un message rouge clignotant et une alarme se déclenchent. L'écran affiche ces mots: "ALERTE! SUJET NON VALIDE! PASSE NON LISIBLE! ALERTE!". J'arrache mon casque et sort en courant de la salle. Je fonce vers la porte principale, sans me retourner quand une voix dit:
- Stop. Arrêtez vous.
Je ne m'arrête pas et percute un des visiteurs. Je tombe à la renverse et mon chapeau s'envole. Je cache désespérément mon visage derrière mes mains, mais trop tard. Une des leur crie d'une vois étrangement aiguë pour leur espèce, en me pointant du doigt:
- Ah! Un robot!
Les humains m'ont démasqué.
4
4

Un petit mot pour l'auteur ? 3 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Zaza
Zaza · il y a
Arrivée ici après avoir lu "la mouche est morte sur le dos". Même ambiance prenante, il faut vraiment continuer à écrire. Un petit conseil de lectrice : n'hésitez pas à être attentive à l'orthographe... ce sera plus agréable à lire ;)
Image de Zoï-Meï Sigot-Zunic
Zoï-Meï Sigot-Zunic · il y a
Merci! Et pour l'orthographe je sais, je sais... j'espère réussir à me sortir de ce chemin tortueux qu'est la langue française un de ces jours!
Image de Zaza
Zaza · il y a
Bon courage ! Que ça ne vous empêche pas d'écrire...

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Heimat

Fred Panassac

« Ce matin, Camille a téléchargé l’appli » indique l’interface électronique des lunettes bioniques de Gerhard.
« Camille, un nom typiquement robotique » renifle le... [+]