2
min

Il y a comme une odeur bizarre

Image de Arletyna

Arletyna

2539 lectures

191 voix

FINALISTE
Sélection Jury

L’averse s’était enfin transformée en une petite pluie fine, éparse. À travers l’interstice de la porte, elle entrevoyait au loin la faible lueur d’un rayon de soleil. Une incitation à sortir de son trou. Elle était encore indécise à l’idée de s’aventurer à l’extérieur.
Pourtant, il fallait qu’elle sorte. Elle ne pouvait plus rester cloîtrée dans ce réduit. Il y avait trop longtemps qu’elle s’était réfugiée entre ces murs de bois, humides et inhospitaliers. Deux jours, trois jours, peut-être une semaine qu’elle avait fui la catastrophe ? Elle ne savait plus. Elle ne gardait que le souvenir des cris, des explosions, de sa course chaotique à travers les gravats, les corps calcinés ou massacrés, les maisons détruites.

Et puis, la fureur du carnage avait laissé place à un déluge de pluie sale, comme si de la suie tombait du ciel. D’épais nuages gris foncés avaient obscurci l’horizon et elle avait couru droit devant elle, sans se retourner, sans prendre le temps de s’orienter malgré la douleur, l’essoufflement, la panique. Elle luttait contre des trombes d’eau qui lui donnaient l’impression de se noyer à chaque fois qu’elle respirait.
C’était une pluie âcre, épaisse, qui lui donnait la nausée. Autour d’elle montait une odeur fétide, indéfinissable, à la fois sucrée, écœurante et rance, violente. Elle ne comprenait pas d’où venait cette odeur qui la faisait tousser, l’étreignait, l’asphyxiait. Plus elle aspirait l’air, plus elle s’étouffait dans cette odeur nauséabonde.
À bout de souffle et de force, elle s’était effondrée en butant sur un rondin de bois. Sa course l’avait jetée contre le mur d’une cahute assez délabrée, mais qui lui offrirait certainement une cachette momentanée. De toute façon, elle n’avait plus le courage d’aller plus loin. Une fois barricadée dans cet abri sommaire, elle s'était recroquevillée dans un coin et n'en avait plus bougé, comme si son immobilité pouvait effacer l’existence de la menace au dehors.
Mais l’odeur était toujours là, plus forte encore qu’à l’extérieur. Une odeur bizarre qui l’enveloppait, la coupait de toute autre sensation. Ses narines se dilataient comme si elles en cherchaient l’origine. Elle reniflait, avalant ses larmes et sa morve en même temps. Elle respirait par à-coups, entre deux sanglots, deux hoquets, essayant d’oublier la violence, les corps brisés, le sang noir, les mouches ; de faire taire les gémissements des mourants, le martèlement des pas de ceux qui fuyaient comme elle, les cris furieux des agresseurs. Mais chaque souvenir s’accompagnait de ce relent pestilentiel et les images qu’elle ne parvenait pas à refouler semblaient en décupler l'intensité.
Submergée par l’odeur putride qui lui serrait la gorge plus sûrement qu’une main l’étranglant, elle poussa un cri et s’effondra, le nez sur le sol en terre battue. La pluie ruisselait sous la porte et détrempait le sol. La terre humide et collante lui maculait le visage. Elle s’essuya avec le bas de sa chemise, recrachant la terre qui s’insinuait dans ses narines et sa bouche. La terre qui exhalait un doux arôme d’humus, de bois, de feuilles...
L’averse s’était enfin transformée en une petite pluie fine, éparse. À travers l’interstice de la porte, elle entrevoyait au loin la faible lueur d’un rayon de soleil. Une incitation à sortir de son trou. Elle était encore indécise à l’idée de s’aventurer à l’extérieur, mais un peu de courage lui était revenu. Dehors, la lumière commençait à chasser les ombres. Elle huma le parfum de la terre, remplit ses poumons d’air frais, esquissa un sourire et comprit que l’odeur qui l’avait assaillie jusque là n’était que... l’odeur de sa peur. D’un pas assuré, elle franchit le seuil de la porte... Et l’odeur lui souleva le cœur, à l’instant même où elle vit l’homme lever la hache au dessus de sa tête.
Il ne pleuvait plus et, du sol humide, s’exhalaient les fragrances chaudes et épicées de la terre après l’orage. Une petite rigole de sang y mêlait une odeur légère, indéfinissable. Mais, allongée au sol, le nez contre la terre, elle ne sentait plus rien.

PRIX

Image de Hiver 2018 - 2019

Finaliste

191 VOIX

CLASSEMENT Très très courts

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Arletyna
Arletyna  Commentaire de l'auteur · il y a
Merci à tous ceux qui me souhaitent bonne chance pour la finale. Je trouve déjà super chouette d'y être ! Et pour le reste, encore plus chouette si ce texte vous a plu. Pour ceux qui sont frustrés par cette fin sans explication, quelques lignes pour répondre à votre demande.

"L'apocalypse se répandait avec son flot nauséabond de morts violentes, dont elle n'était qu'une victime parmi des milliers qui imbiberaient la terre de leur sang. Depuis qu'on avait annoncé que la planète si longtemps martyrisée, lacérée, empoisonnée, dépecée par les hommes, menaçait d'exploser de façon imminente, depuis que l'on avait découvert que les politiques au pouvoir et quelques uns de leurs proches s’apprêtaient à quitter la terre pour un voyage sans retour vers une autre planète, sauvant leur peau sans se soucier du peuple, depuis, la folie s'était emparée des hommes. Les uns pillaient, massacraient, violaient dans un dernier sursaut de noire colère mêlée de peur. Ils avaient perdu tout espoir et toute humanité. Les autres tuaient leurs rivaux potentiels et espéraient encore rejoindre les vaisseaux salvateurs pour échapper à l'absolu désespoir."

·
Image de JACB
JACB · il y a
De nouveau mon soutien Arletyna.
·
Image de rabab
rabab · il y a
un texte bien écrit j'adore ce type d'histoire, mes voix
Merci de me lire et de me soutenir c'est mon premier concours! et votre avis me fera plaisir https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/rencontre-inattendue-11

·
Image de Julia Chevalier
Julia Chevalier · il y a
Une histoire monstrueusement bien écrite qui m’a tenue en haleine et qui m’a laissée sans voix au moment où je reprenais espoir. Par contre je vous donne toutes mes voix. Si le cœur vous en dit, je vous n’évite à lire ma nouvelle oú il est également question de « « hache »
·
Image de Arletyna
Arletyna · il y a
Merci Julie pour ce commentaire et pour le vote. J'irai volontiers découvrir votre "hache" :)
·
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
Chère Arletyna, revoici mes voix !
·
Image de Arletyna
Arletyna · il y a
Merci Doria :)
·
Image de Landry des Alpes
Landry des Alpes · il y a
Un récit haletant mené tambour battant, moi j'y ai vu le Rwanda...
·
Image de Arletyna
Arletyna · il y a
Oui, ça pourrait être cela aussi... c'est pourquoi, le texte ne propose pas d'explication. Je n'ai ajouté des lignes supplémentaires que pour faire plaisir aux esprits rationnels à qui cela manquait :))))
·
Image de Romane González
Romane González · il y a
Super! Un texte bien écrit, avec une atmosphère mystérieuse (j'ai apprécié vos explications mais selon moi on peut s'en passer, je m'imaginais quelque chose de ce genre en tout cas!) Je vous soutiens bien sûr!
·
Image de Arletyna
Arletyna · il y a
Suis d'accord avec vous ! Le texte ne propose pas d'explication pour laisser à chacun le soin d'imaginer ce qu'il veut. Je n'ai ajouté des lignes supplémentaires que pour faire plaisir aux esprits rationnels à qui cela manquait :))))
·
Image de Caroline Rota
Caroline Rota · il y a
J'ai vécu cette course, cette noirceur, cette souffrance... Bravo ! Tout mon soutien...
Je vous invite, pour un sourire peut être, à découvrir "Mr Butt a disparu"... A bientôt :)

·
Image de Arletyna
Arletyna · il y a
Merci Caroline ! et à bientôt sur votre texte, promis, si j'ai le temps.
·
Image de R.J.P.Prin
R.J.P.Prin · il y a
Surprenante histoire que voilà !
Le décor apocalyptique est bien mis en scène, on se croirait en pleine guerre mondiale. Merci beaucoup pour ce moment.

Si vous en avez le temps, je vous invite à découvrir "Le champ d'honneur" ;)

Au plaisir de vous lire.

·
Image de Arletyna
Arletyna · il y a
Merci pour le commentaire.. j'irai découvrir le vôtre bientôt :)
·
Image de Charles Duttine
Charles Duttine · il y a
Un texte qui sème beaucoup d'interrogations. Mais, c'est ce qui fait son charme ...
·
Image de Cordélia
Cordélia · il y a
C'est une histoire très dure et angoissante parfaitement menée. Bravo.
·