Il paraît que je suis une femme de couleur, puis-je choisir lesquelles ?

il y a
2 min
159
lectures
35
Qualifié

Éduquée de par le monde, j'aime à penser que je suis une citoyenne de celui-ci. Ma culture est donc métissée : elle a été témoin des enjeux du Tiers Monde ainsi que des facilités  [+]

Image de Eté 2016
« Femme de couleur » est un terme qui a tendance à m'horripiler.
Que les choses soient bien dites, soit dit en passant.

Noire ! Noire Mauritanienne, Noire Afropéenne, je suis à la peau ébène. Noir ! Noire fierté, comme celle autrefois revendiquée par les Black Panthers, en toute impunité. Noir ! Noire mémoire, comme pour rendre un hommage à ces populations jadis enchaînées et exportées. Noir ! Noir inquiétant, comme celui du futur à l'aura cauchemardesque qu'on attend nerveusement, ignorant de son verdict final mais surtout, fatal.

Rouge ! Rouge passion je suis, c'est ma cours de récréation. Rouge ! Rouge colère, comme celle éprouvée par certains indignés, pratiquants de cette désobéissance civile tellement crainte et étouffée. Rouge! Rouge sanguin, comme ce liquide bouillant d'énergie qui coule à travers mes veines, je me sens requin. Rouge ! Rouge interdite, comme celle de la pomme du péché d'Adam et Ève. Chut, c'est un secret...

Verte ! Verte de jalousie je suis, je te rassure, ce n'est qu'une petite fantaisie. Vert ! Vert toxico, comme celui du parfum de Marie-Jeanne qui déambule dans les rues de Montréal. Vert ! Vert immature, comme ce fruit trop jeune, séparé brutalement de la branche maternelle. Vert ! Vert ingérant, comme celui du treillis militaire à la conquête « des cœurs et des esprits » dixit certains parmi d'autres. Ah, ces philosophes de polichinelle !

Bleu ! Bleu glacée je suis, presque agacée... Bleu ! Bleu illusion, comme celle des casques ONU envoyés par l'Union. Bleu ! Bleu acharné, comme celui des cols ouvriers. Bleu ! Bleu suffisant, comme celui du sang noble des bénis. Amen.

Jaune ! Jaune malade je suis, mais n'oublie pas, ce n'est pas pire que celui qui clamse ou qui crève la dalle à Bagdad. Jaune ! Jaune danger, comme celui du Péril Asiatique que vous avez tellement anticipé. Jaune ! Jaune contraint, comme celui de ton demi-rire diplomatique « préchi- précha-gnangnan », qui m'insupporte à un plus haut point. Jaune ! Jaune contagieux, comme cette fièvre infectieuse qui s'empare des esprits et des lieux, cette aliénation industrieuse.

Rose ! Rose flattée je suis, merci pour ce dîner. Rose ! Rose optimiste, comme je vois la vie à travers les yeux de Louis Armstrong ou de ceux d'Edith Piaf (selon les affinités). Rose ! Rose sexy, comme celle de la voix chaude de Mme X à l'autre bout du fil. Rose ! Rose hallucinant, comme ces éléphants qui passent à l'instant. Ne les vois-tu pas ?

Blanche ! Blanche d'effroi je suis, non, j'ai toujours la foi. Blanc ! Blanc brouillard, comme celui du destin incertain d'une humanité presque inhumaine. Blanc! Blanc innocent, comme un repenti jadis pécheur, nostalgique de passions passées. Blanc ! Blanc lumière comme celle à l'ombre du politiquement correct.

Quelqu'un a dit un jour que « un oiseau dans sa cage pense que voler est une maladie », je ne me rappelle plus qui exactement, mais le plus pertinent c'est que le blanc d'alzheimer semble m'avoir touché .

35

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !