3
min

Il n’y a pas quelqu’un d’autre ?

Image de Francisco

Francisco

60 lectures

73

Je m’appelle Valentin. Je suis amoureux depuis quelques semaines. Il faut dire qu’il s’agit de la première jeune fille ayant accepté de me suivre pour un week-end de stage d’approfondissement des amours naissants. C’est l’engagement que j’exige au départ d’une relation, partant du principe qu’un « je t’aime » est toujours quelque chose de problématique. Hormis quelques conseils pratiques sur les conneries à ne pas faire ou dire, c’est tout un paragraphe sur les stupidités du langage de l’amour qui attira mon attention. Toujours pareil, j’ai un insondable passé de retentissants échecs dus pour une large part à mes tentatives échevelées de déclarer ma flamme. Mes dulcinées fuient par peur des malentendus. Il en a même une qui m’a demandé si je pensais vraiment ce que je disais. Comment répondre à cette question au sujet des mots d’Amour ?
Partant de loin, je ne peux qu’espérer une notable amélioration, voire une métamorphose complète. Le premier séminaire concerne justement ma tendance incontrôlable à qualifier mon amoureuse du moment, dans les derniers instants de l’extase charnelle ou dans la routine de la cuisine, de noms de légumes des plus vulgaires avec une affinité certaine pour « Mon chou... », ou encore de celui d’un animal des plus répugnants comme « Ma méduse...Ma puce... ». Bon, je ne sais pas si je tombais toujours sur des filles ayant un sainte horreur de l’anonymat, toujours est-il que « la puce» ou « la méduse » en question s’empressaient de se rhabiller ou de tomber le tablier en accompagnant leurs théâtrales sorties par d’ironiques :
- Salut, ma petite crotte....Adieu mon tendre maquereau...
Faut dire aussi que je sors tout juste d’une école de commerce spécialisée dans la formation des cadres de la grande distribution. Convaincre, toujours convaincre telle est la devise de l’école. Donc j’en rajoute des tonnes. Ayant pris conscience de mes failles, je me sens comme un explorateur, serein, curieux, apaisé malgré la nuit passée en chambre séparée comme le veut le règlement. Celui ci a d’ailleurs une belle accroche : « Ce qui supplée au rapport sexuel, c’est l’Amour ». Donc, déduction quasi pavlovienne, plus tu te mets la ceinture plus tu aimes !
Je me trimballe avec ma toute nouvelle compagne dans les Hautes Vosges. C’est vous dire que nous n’aurons pas de peine à atteindre des sommets tout en rondeurs, générateurs de sentiments durables. J’en ai le pressentiment.Trop apaisé peut être, je marche le nez en l’air et vacille au bord d’un précipice. J’essaie de m’accrocher au bras de ma copine, mais celui ci, loin d’être secourable, se rétracte et me pousse presque dans le ravin rocailleux. Je crie en basculant mais parvient à m’accrocher à une branche assez solide pour arrêter ma chute. Mes yeux se portent instantanément vers le haut et rencontre le regard interrogateur de mon amoureuse. Il est évident qu’elle hésite :
- Est ce l’homme de ma vie et je dois tout faire pour le secourir ? Est ce une erreur de passage et il vaut mieux partir ?
Une heure s’écoule lorsque finalement, me voyant à bout de forces, elle se décide à me tendre sa main en me susurrant :
- C’est décidé, je suis ton grand Amour, fait moi confiance, cet Amour me donnera les forces nécessaires. Le tout avec un sourire ravageur plein de promesses et une lueur vivante et merveilleuse dans les yeux. Je reprend espoir quand soudain un conseil de mon père me revient à l’esprit. « En Amour, il faut toujours prendre le train le plus rapide et laisser tomber ceux qui s’arrêtent à toutes les gares pour la suite, les années sont longues.. ». En ce moment, elle ne me regarde pas, là d’où je la vois. C’est pas encore la bonne. Je hurle, presque désolé, en retirant ma seule main libre:
- Il n’y a pas quelqu’un d’autre ?...
Les minutes défilent. Je n’espère plus aucun secours quand, soudain, une voix aux intonations ondulantes et fermes, une chevelure bleue penchée vers moi comme une bouée de sauvetage, un regard qui m'entoure d'un filet protecteur, un bras en tenue bien légére pour une balade en montagne. Et une main à la hauteur de la situation, tendue, miraculeuse. Une main qui semble vouloir saisir la mienne, tantôt amoureusement, tantôt brutalement. Une main qui reste en suspension un moment, hésite, tremblote puis, tout d'un coup, décrivant une ondulation dédaigneuse, se retire aussi rapidement qu'une histoire d’amour. Je la reconnais cette main que j’ai longtemps tenue et pas retenue, que j’ai laissée tombée. Cette main dont la disparition éventre mes derniers espoirs comme l'aurait fait un gigantesque ouvre-boîtes.
- Il n’y a pas quelqu’un d’autre ? Seront les derniers mots que j’entendrai. Elle m’a laissé tomber.

PRIX

Image de 6ème édition

Thèmes

Image de Très très court
73

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle plume pour cette histoire attachante et amusante !
Ça y est c’est le dernier jour pour renouveler votre soutien pour “Le Vortex”
que vous avez bien aimé la première fois. Merci d’avance et bonne journée!
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-vortex-1

·
Image de Keita L'optimiste
Keita L'optimiste · il y a
Mes voix sont pour vous. Je vous invite à découvrir mon oeuvre sur https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/apparait-maintenant pour voter ok merci
·
Image de Jarrié
Jarrié · il y a
Vous pratiquez l'humour-amour avec une belle aisance et je ne comprends vraiment pas que l'on puisse vous laisser tomber.
·
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
Rapport e stage à l'eau… Mes voix. 3+. ***. Si vous avez le temps, Je vous invite à parcourir mes textes en compétition. Une belle découverte !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/malchance
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/achou-lamour-empoisonne

·
Image de Flore
Flore · il y a
Merci d'être passé lire mon poème, un très joli TTC pour cette matinale, bravo .
J'ai aussi un TTC, si ça te dis...
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/en-haut-des-marches

·
Image de JACB
JACB · il y a
Croquignolesque cette histoire et dans le sujet et dans l'écriture. *****
Ma cavale est en bleu et jaune mais il me tiendrait à coeur d'avoir votre soutien pour:
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-femme-est-l-avenir-de-l-homme#
Merci et bonne chance Francisco

·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
un beau TTC porté par une plume de qualité. Bravo,mon soutien pour cette Matinale +5*****
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/pour-un-dernier-sourire
Si ce n'est encore fait, ce texte est en finale, merci de le soutenir.

·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Ah! Mince ! Vous ne publierez jamais votre rapport de stage !
·
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Je pleure parce que personne ne m'a jamais appelée ma méduse et je vote !
Et vous invite sur ma page, merci ...

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Joli texte ! Écrit avec maîtrise et simplicité ! Très pénétrant j'adore ! Toutes mes voix ! Bravo
Si l'envie vous prend je vous invite à découvrir mon oeuvre en compétition, catégorie des nouvelles, "Jeunes écritures".
https://short-edition.com/fr/auteur/assmoussa

·