Il était une fois la Terre

il y a
2 min
12
lectures
4

J'ai toujours été passionnée de lecture et de danse puis j'ai découvert quelques temps plus tard que j'adorais écrire. Pour moi, écrire est un voyage. Je me lance donc dans ce voyage dont la  [+]

Il était une fois la Terre. On l'appelait aussi la Planète Bleue. C'était une petite sphère, une boule à des kilomètres d'une étoile qu'on nommait le Soleil, ces deux-là perdus au beau milieu de l'Univers, quelque part dans le Multivers, aussi insignifiants qu'un grain de sable sur la plage, qu'une goutte d'eau dans l'océan, qu'une météorite dans le ciel. C'était un endroit, un monde qui abritait la vie, tout comme des milliers d'autres. C'était un coin de l'Espace où demeuraient des Humains. Ces Humains, colonisateurs de la Terre, avaient développé la fraternité, le terrorisme, la musique, la haine, la danse, la pollution, la littérature, le mensonge, l'amour, et tant d'autres notions éphémères.

Il était une fois la Terre. Elle était sans importance. Sa présence ou son absence ne changerait rien, ou une minorité de choses. L'Univers, le Multivers, n'avaient pas besoin d'elle. Le Soleil non plus. A croire qu'elle ne servait à rien ni à personne, excepté à ses habitants ; les plantes, les insectes, les champignons, les animaux dont les Hommes. Maintenant, imaginez, voyez cette Terre dérisoire...

Imaginez. Une glace brillant au Soleil. Un peu de verdure, cachée sous la neige. Un ciel d'un bleu si clair qu'il pourrait paraître blanc. Des ours de cette dernière teinte chassant des phoques. La nuit, les étoiles, scintillant de toute leur force et éclairant le paysage, aidées de la Lune.

Imaginez. Une plage de sable fin. Des figuiers plantés de-ci, de-là. Des coquillages éparpillés. L'océan. Les vagues, nous murmurant des secrets oubliés. Les reflets du Soleil sur la surface de l'eau et dans le ciel, rosés, dorés, orangés, merveilleux. Une eau si limpide qu'on peut y distinguer les poissons exotiques.

Imaginez. Une ville remplie de lumières. Des édifices montant vers le ciel. De la vie dans les rues pavées. Des concerts, de la musique jusque tard dans la nuit. Des rires, de l'émotion.

Imaginez. Nous sommes quelques années plus tard. La glace ne brille plus au Soleil, simplement parce qu'il n'y en a plus, ni de neige, ni de froid réellement polaire ; les détritus se mêlent aux coquillages sur la plage de sable fin tandis que l'eau perd de sa transparence ; les gens portent des masques dans la ville, tant la pollution est présente, sans omettre la peur qui est reine, peur de l'épidémie, peur de l'attentat, peur de la mort. Tant le changement climatique est présent, tant la folie est en chasse. C'était en 2 020.

Par déduction, que se passera-t-il ? Prenez quelques secondes pour réfléchir, pour vous imprégner de cette tragédie.

La Terre continue de décrépir. La peur, la haine chassent tout ce qu’il y a jamais eu de bon sur le Globe. Les glaciers fondent, disparaissent jusqu'à ce que les mers et océans engloutissent les villes et les îles. Les Hommes brûlent avec leur planète, celle qu'ils ont détruite, s'anéantissant eux-mêmes. On ne trouvera jamais une autre planète identique à Gaïa. Elle était unique, inestimable. Contrairement à ses assassins. Si ce qui est rare est précieux, alors les Humains ne sont aucun des deux.

Il était une fois la Terre. On l'appelait aussi la Planète Bleue. À l'échelle de l'Espace, elle était sans importance. Elle abritait la vie. La vie l'a tuée.
4

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ori Oriole
Ori Oriole · il y a
Beau texte, j'ai adoré vous lire. Sur ce, je vous invite, si vous avez un peu de temps, à découvrir mon texte et laisser vos remarques, impressions et conseils. Merci d'avance
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Cette anaphore " Imaginez " se répand astucieusement comme une menace, et un rêve perdu.