3
min

Huit minutes

Image de Morgane lafee

Morgane lafee

230 lectures

49

A peine la porte claquée, Cassandre extirpe de la poche de son blouson son paquet de cigarettes. Tout en entamant sa marche dans l’air encore glacé de février, elle allume sa première cigarette, petite lueur dans la faible clarté de l’aube. Elle n’a pas attendu midi pour prendre sa première bouffée. Elle remet sa main inoccupée dans sa poche, et ferme les yeux pour profiter à fond de la fumée qui voyage dans son corps. Elle aime sentir le léger déséquilibre intérieur que cela lui procure et profite pleinement de ces quelques secondes de basculement.
Elle pense comme souvent, que toute autre drogue la précipiterait facilement vers des contrées dangereuses. C’est tentant, très tentant, ces moments de suspension, d’étirement du temps et des émotions. De l’oubli aussi, de la fuite, une recherche de réalité autre que celle vécue au quotidien, loin des questions, loin des combats intérieurs, loin de l’ennui.
Il est à peine 7h40 : heure inhabituelle pour elle, heure de lever plutôt que de départ. 8 minutes, mille et quelques pas, pour atteindre son arrêt de bus et se rendre au travail. Encore et toujours rattrapée par son quotidien.
A cette heure, la rue est encore calme, pas encore le rush, pas d’écoliers, des voitures qui passent sans troubler son moment. Elle n’est pas du matin, du moins c’est une de ses croyances. Il lui semble que la tombée du soir est plus propice à son énergie. Pourtant elle savoure pleinement comme chaque fois qu’elle s’en donne l’occasion, de ces moments où il lui semble, non pas qu’elle est seule, mais simplement mieux connectée au tout, sans pollution externe. Elle repense au débat ville ou campagne qu’elle a encore eu récemment avec une amie. Inimaginable pour elle de vivre dans une maison isolée, sans bruit environnant, sans tout à portée de main. Il parait que dans une autre vie elle aurait été ermite ! Si elle jouit réellement des instants de plénitude que lui procure ces bulles, c’est justement qu’elle sait qu’elles ne sont pas son quotidien, qu’elle les cherche, les décide, les vit puis retrouve la réalité pour s’en détacher à nouveau, quand le besoin s’en fait sentir.
Tout et son contraire, Voici et le Monde, être seule et entourée, comprendre ou ignorer, se taire ou parler, dire oui ou dire non, sucré ou salé... agir ou laisser faire, trancher dans le vif ou temporiser, se concentrer ou se disperser, la liste est longue. Elle aime son indécision et la déteste. Il parait que choisir, c’est renoncer. Alors elle ne sait pas renoncer, parce qu’elle n’aime pas choisir.
Le champ des possibles c’est ce qui la fait lever le matin. Si à l’aube de chaque jour, il n’y a pas une lueur d’espoir, alors à quoi bon ? La revoilà partie dans son éternel questionnement. Jeff ; elle n’a pas dormi et passé les précieuses heures de la nuit à refaire le film de la veille. Inutilement, car elle n’a pas trouvé de fin. Des questions et toujours pas de réponses, ou peut-être pas celles qu’elle est prête à entendre.
Sa cigarette est déjà consumée, elle résiste à l’envie d’en prendre une autre, les quelques minutes occupées à fumer n’ont pas suffi à accompagner son cheminement intérieur. Elle vérifie sur son appli l’horaire de passage de son bus ; dans trois minutes. Accélérer le pas ou continuer sur le même rythme au risque de le rater ? Encore une décision à prendre. Prendre le risque de voir le bus lui passer sous le nez ou accepter de laisser passer la possibilité de parvenir à l’attraper, tout un symbole ! Tenter sans certitude mais avec l’espoir de la réussite ou renoncer à essayer pour ne pas avoir à regretter.
Dans le jour naissant, Cassandre choisit de s’en remettre au destin, met ses écouteurs, ouvre Spotify, parcoure ses playlist et opte pour les airs d’opéra. La voix de Nathalie Dessay vient remplir l’espace. Le martellement de ses talons perturbe la mélodie, elle réajuste ses écouteurs, et consulte à nouveau son téléphone ; à l’approche, c’est quitte ou double, là où elle est, si le feu passe au rouge, elle peut l’avoir, si il est vert c’est mort. Pourquoi savoir, si elle a décidé de ne pas changer son pas ? Elle râle intérieurement, elle cherche les complications. Métaphore de sa vie et de sa difficulté à faire des choix.
Elle est presque au crépuscule de sa vie et n’est pas plus capable qu’il y a 20 ans de savoir ce qui est bon pour elle. Savoir n’est pas pouvoir ; encore une maxime ! Elle en a tout un wagon en magasin, qu’elle prend à son compte ou rejette. Celle-là, elle hésite, en fait elle sait, mais elle ne peut pas.
Dans sa poche, tenu au creux de sa main, un jeu de clefs : celui de Jeff. Elle lui a dit tu verras. Malgré l’évidence de leur rencontre, leur complémentarité, elle est incapable de faire un choix. Ouvrir la porte et prendre le risque de la vie commune ou la laisser fermée, pour rester dans son précieux confort et son indépendance. Elle se sent prise dans un piège à la fois désiré et étouffant. Elle veut tout.
Cassandre jette encore coup d’œil à son téléphone, il indique à nouveau deux minutes, et n’est plus à l’approche, ni même à l’arrêt ; magie des applis en temps réel, le bus a pris son temps, des usagers l’ont retardé, un camion en arrêt livraison a fait obstacle au chemin tout tracé ; tout est encore possible pour Cassandre ; elle est au coin de la rue et sait que ces deux minutes peuvent lui suffire pour s’assoir dans son bus et poursuivre sa route.
Peut-être son pas s’allonge-t-il inconsciemment, distorsion du temps qui passe sur les derniers deux cent mètres : le dernier coin de rue est atteint en un éclair, alors que l’air de la Reine de la nuit retentit dans ses oreilles. Elle fredonne malgré elle, et sent des frissons lui parcourir le corps. Le bus a stoppé au dernier feu avant l’arrêt.
Cassandre vacille légèrement, nul besoin de cigarette. Moins de 100 mètres, plus de doutes. Glissement de la main de la poche vers le sac pendu à son épaule, cliquetis de clefs s’entrechoquant. Un début, ce soir.

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
49

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Jfjs
Jfjs · il y a
Mais qu'elle se laisse porter par la vie, par l'air de la reine de la nuit, par le hasard ou la chance. Lâche-toi Cassandre !
·
Image de Morgane lafee
Morgane lafee · il y a
merci ! elle se lâche un peu quand même à la fin non :) ?
·
Image de Raphaël
Raphaël · il y a
J'ai marché avec elle. Elle ne m'est peut-être pas tout à fait inconnue. En tout cas c'était chouette cette marche matinale. :)
·
Image de Morgane lafee
Morgane lafee · il y a
merci d'avoir partagé la marche de Cassandre :)
·
Image de Houda Azzaoui
Houda Azzaoui · il y a
En quelques lignes, tu nous fais entrer dans la vie de Cassandre.. J'ai l'impression de la connaitre. C'est profond, doux, touchant et très fluide.. telle une mélodie qui résonne et réveille des émotions. Merci!
·
Image de Morgane lafee
Morgane lafee · il y a
merci beaucoup Houda pour ton sympathique commentaire ; si tu as voté , je crois que cela n'est pas passé :)
·
Image de Topscher Nelly
Topscher Nelly · il y a
Un texte qui fait réfléchir. Mes voix
Mon texte si vous le souhaitez :http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/je-te-promets-6

·
Image de Damevoioisinoux
Damevoioisinoux · il y a
Une belle écriture pour cette douce nouvelle, spirituelle et philosophique. Au plaisir d 'en savourer d'autres...
·
Image de Morgane lafee
Morgane lafee · il y a
merci , je vais m'y attacher :)
·
Image de Patricia Cyprien
Patricia Cyprien · il y a
Captivant, déroutant et en si peu de lignes tant de résonances et de questionnement à la lecture de l'histoire de Cassandre.
Merci pour ce texte et cette pause de réflexion qu'il nous offre.

·
Image de Deborah Delorme
Deborah Delorme · il y a
J ai beaucoup aimé cette histoire
Cassandre est un personnage attirant énigmatique complexe tout cela est un ingrédient poétique
Bravo à l auteure

·
Image de Isabelle Casez
Isabelle Casez · il y a
Bravo! Tres bien rythmé , fait reflechir tout en maintenant un certain suspens!
·
Image de Genevie
Genevie · il y a
Délicat et vivant...à lire sans hésitation!
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Avec une telle indécision ce sera difficile d'avancer dans la vie ! Mais avancer pourquoi faire... Bravo, Morgane, vous m'avez refilé le syndrome de l'indécis, mais je ne suis pas trop atteint car je n'hésite pas à vous filez 5 votes !
Je vous invite à lire mon sonnet Mumba en compète Printemps http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba si vous en avez le temps.

·
Image de Morgane lafee
Morgane lafee · il y a
merci ,désolée pour le syndrome de l'indécis, elle se décide quand même un peu non ? ; je vais aller lire votre texte .
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bonjour Morgane. Vous avez soutenu mon sonnet Mumba et je vous en remercie. Il est désormais en finale. Le soutiendrez-vous de nouveau ? https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba Bonne journée à vous !
·