1
min

Histoire d'un esprit qui languit...

Image de Lavie Hum

Lavie Hum

8 lectures

0

Noir. Sombre. Obscur. Profond. Violent. Troublé.
Démence... NON!
Paralysée, non pas par la peur, mais par le souvenir. Les souvenirs qui hantent, qui se glissent, se faufilent et puis tissent en moi, un inconfort méprisant une partie de moi-même.

La honte, si puissante est-elle. Elle emplie mes pensées, elle emplie mes rancœurs, mes peines, mes moments de joie comme de désespoir profond. Honte, honte d’aimer, honte de mon passé, honte d’avoir agi et d’avoir failli à l’action. Et puis, honte d’avoir subie, honte d’avoir parlé et de ne pas l’avoir assez fait. Pas de regret, car c’est ainsi que ma personne fut façonnée. Biaisée, la réponse à une question qui ne fait aucun sens.

Qui es-tu? Que ressens tu? Au plus profond de ton être, quelle est cette flamme qui te pousse vers l’avant? C’est la douleur, la peine, la souffrance, la force, le désir de prouver tort, non pas au monde, mais à celui qui l’a noirci, au charbon, déterré les morts des tombeaux, mes peurs, celui qui a exposé mon ça à la lumière du jour, tout comme la guerre qui extrait le pire de tous. La mort, une peur qui fait fuir, telle que l’homme est prêt à commettre le pire des actes. Pour la vie...

Dis-moi, quelle était ta peur? Quel était ce profond trouble en toi qui n’a pas su s’exprimer et se libérer autrement que par une ardeur de méchanceté envers une proie facile, la première que tu as trouvée. Avide, et pourtant, affamé, assoiffé, et désireux, mais à la fois, fuyant, distant et incertain. Ce dualisme m’a intriguée, je voulais percer ce mystère. Et cette curiosité si naïve, si innocente, a fini par me perdre.

Qui aurait pu savoir que l’origine de mes misères, n’étaient causées que par cette envie de connaître? Plus que cela, l’envie d’aider, aider qui? Quelle aide pouvais-je bien apporter à un être qui rejetait tout, fermé, centré sur lui-même, un enfant à l’esprit bien erroné, perturbé. Et moi, je me suis prise au piège, devant la calamité qu’il était. J’en avais même pitié, une culpabilité? Je ne saurais jamais. Mais au final, je me suis perdue et j'en ressortis détruite...
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ardores
Ardores · il y a
Peut-on jamais aider qui que ce soit ?
Il faut être très fort, un roc, pour espérer comprendre et sauver les personnes qui ont souffert.
Car c’est souvent une souffrance initiale qui explique une violence.
La reconstruction, la voie vers l’apaisement, sont très difficiles.

Image de Lavie Hum
Lavie Hum · il y a
Oui, je suis de votre avis. C'est bien difficile de vraiment aider une personne ainsi parce qu' ils doivent être prêt à embarquer sur chemin et faire leur effort. On ne peut que donner des pistes et ne pas plonger dans leur souffrance non plus. Garder une certaine distance et être tout à fait bien soi-même avant tout. Mais, vous avez raison, ce n'est point facile. Puis aussi, nous ne sommes pas parfaits, nous avons toujours des souffrances non résolues en nous...

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Ils étaient là, tout près, Rémy le savait et priait pour que son frère et lui s’en sortent indemnes. Ils étaient arrivés il y a deux heures et étaient passés au premier étage après ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Septembre 1931, bonjour Dallas. C’est le dernier jour de l’été aujourd’hui. La ville se gorge du soleil naissant, s’enivrant de la douceur de l’aube dans les rayonnements rosés. Dans...