1
min

Higanbana et la séparation éternelle

Image de Ayane

Ayane

46 lectures

0

Il était une fois...
Cette phrase débute le plus souvent un conte, néanmoins, ce ne serait pas correct de l’utilise pour commencer cette histoire, on ne parle pas de blanche-neige, cendrillon ou même de la belle au bois dormant. En fait, il s’agit d’une légende, une très ancienne légende provenant de la chine et concernant une fleur, elle porte beaucoup de nom, en latin cela donne « Lycoris radiata » mais on la nomme plus communément « Higanbana », la fleur d’équinoxe.

Cette fleur s’épanouit en automne, c’est également à cette période où l’on se recueille sur les défunts, et, poussant près des cimetières, on l’associe régulièrement à la mort. On dit aussi qu’elle guide les défunts vers leur réincarnation, formant un chemin menant aux « enfers ». En fait, elle est le symbole de la séparation définitive.

Manjû et Saka étaient tous deux des elfes, ses petites créatures qui, à l’origine n’étaient autres que des divinité mineur le plus souvent lié à la nature. On leur avait confié à chacun un rôle très précis et tous deux devaient réaliser leurs devoirs rigoureusement, suivant les règles. Manjû avait pour tâche de veiller sur la fleur tandis que Saka se consacrait aux feuilles. Il leur était formellement interdit de se rencontrer, mais ils passèrent outre les règles et tombèrent éperdument amoureux l’un de l’autre. Par la suite, ils ne cessèrent de se voir et leur amour devint de plus en plus fort, cependant, la déesse Amaterasu découvrit leur désobéissance.

La déesse du Soleil, se sentant offensée et furieuse par cette trahison, se montra sans pitié et maudit les amoureux en les séparant à tout jamais. Depuis ce jour, Manjû et Saka sont condamnés à ne plus jamais se croiser puisque lorsque les fleurs du Lycoris se fanent, les feuilles poussent et quand ses dernières tombent, c'est au tour de fleur de s’épanouir.
0

Vous aimerez aussi !

Du même auteur