2
min

Héphaïstos et Pauline

2 lectures

0

Dans la mythologie ancienne, Héphaïstos est le dieu du feu, de la forge, de la métallurgie et des volcans : on le nomme le forgeron boiteux. Héra aurait engendré Héphaïstos seule, par jalousie envers Zeus qui a enfanté Athéna. À sa naissance, Héphaïstos est rejeté par sa mère en bas de l’Olympe en raison de sa laideur.

C’est depuis cette chute qu’il boîte. Héphaïstos organise sa vengeance en fabriquant un trône en or au bras articulé. Quiconque s’y assoit se trouve emprisonné. Grâce à ce stratagème, il arrive à emprisonner Héra. Dionysos, par le vin alléchant, arrive à convaincre Héphaïstos de libérer sa mère. Zeus, en remerciement, propose au forgeron boiteux d’exaucer un vœu. Alors, Héphaïstos demande la main d’Aphrodite. Mais Zeus ne donnera pas suite. Plus tard, Héphaïstos, un peu trop sûr de lui, tend un piège à sa femme, façon l’île de la tentation. Elle le trompe avec Arès et Héphaïstos devient la risée des dieux. Aujourd’hui, dans Mythologie Reloaded, Héphaïstos déteste Zeus pour ne pas avoir exaucé son vœu, il déteste sa mère, Héra, pour l’avoir rejeté et rendu infirme et il déteste les autres dieux dont il a été la risée. Heureusement Héphaïstos apprécie les humains, il aime leur compagnie, leur questionnement. Il se délecte de leur nourriture variée qui pourrait tenir tête à l’Ambroisie et au Nectar. Héphaïstos, également gardien du feu dans les temps anciens, laisse croire à Prométhée qu’il a dérobé le feu pour le donner aux humains. Héphaïstos ne pouvait pas espérer mieux que de passer un siècle parmi les hommes. Le fait de ne pas être en contact avec d’autres dieux pendant un siècle lui convient parfaitement.

Héphaïstos a décidé d’aller vivre en France dans le Bordelais à Hourtin, une petite ville de 3500 habitants. Il connaît bien cette ville pour y avoir passé quelques séjours à insuffler aux viticulteurs de la région des méthodes œnologiques. Il est à l’origine des meilleurs vins. Pauline était en grande difficulté. Elle se trouva fort dépourvue quand la bise fut venue. En effet, l’entreprise a dû faire face aux caprices de la nature : orages, tempêtes, bourrasques. Elle paye en quelque sorte la bonne orientation de ses coteaux avec une fragilisation en cas d’intempéries accrues. Désargentée, couverte de dettes, elle accepta facilement la proposition d’une copropriété avec Héphaïstos de son nom terrien : Tomy Rullier de la Bazordière, négociant en vin de son état. La belle Pauline finit par tomber amoureuse d’un homme de grande classe aux allures britanniques. Les traits sont durs, le visage est buriné et la démarche est clopin-clopante. Leur complicité est parfaite. Une phrase commencée par l’un est terminée par l’autre. Des sourires complices témoignent d’une joie de vivre. Le sérieux comptable de Tomy fait pendant aux longs moments d’exaltation de l’utilisation de la cyathe, ce gobelet à long manche qui permet de puiser le vin avec facilité. Hadès, l’un des premiers à se moquer d’Héphaïstos lors des performances d’Arès, aura des difficultés pour convaincre Héphaïstos de devenir l’un de ses mercenaires, ce dernier ayant trouvé l’amour sincère et la sérénité.

à suivre sur http://www.pierretomyleboucher.fr

Thèmes

Image de Très très courts
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,