Hatidze sultane et Ibrahim pacha

il y a
1 min
7
lectures
0
Connais-tu l’histoire vraie de Hatidze ( à prononcer Hatidje) sultane et de Ibrahim pacha?
Leur amour impossible, mais pourtant si fort, qu’ils ont réussi à vivre leur amour en fin de compte...
Pendant mes week-ends productifs, je peins en me replongeant dans « le siècle magnifique ».
Elle jeune et belle sultane veuve tombe amoureuse de lui, esclave du sultan (mais néanmoins meilleur ami). Lui s’interdit de l’aimer, même si comme tu le sais, l’amour ne se dompte pas. Il arrive comme ça sans qu’on ai demander quoique se soit.
Pourtant là, il risque sa tête le pauvre bougre fou d’amour.
Elle, risque son honneur et l’honneur de sa famille ô combien historique. Alors c’était impensable.

Elle le regardait de loin avec ses merveilleux yeux pleins d’amour, et lui jouait les plus belles mélodies au violon pour lui donner ne serait-ce que comme ça une poussière d’amour.
À l’époque, les portables ça n’existai pas, alors ils s’écrivaient des mots doux, concentrés en amour et tendresse qu’ils enroulaient afin de faire un tout petit rouleau discret à faire passer, tomber, ramasser au gré d’une rencontre fortuite ou pas. Trop beau.
Comme nous, ils souffrent de tout cet amour qui les rongent et se disent que malheureusement jamais ils ne pourront se marier, vivre ensemble, faire l’amour, avoir des enfants, mourir l’un à côté de l’autre... dans cet ordre.
Et puis au final, Soliman hisse Ibrahim son ami au rang de « pacha », forcément ce n’est plus la même donne. Ils finissent par pouvoir s’aimer tout est bien qui finit bien.

Pour eux.

Mais je me dis, que si seulement nous le voulions assez fort nous pourrions toi et moi être hatidze et Ibrahim.
Que ça ne tient qu’à nous.
Il est vrai que nos freins sont nombreux, mais l’Amour est censée être plus fort non?
Hatidze se promenait un jour au marché d’Istambul à la recherche d’un petit cadeau particulier à offrir à son amour. Elle y a trouver une magnifique fiole. Le verre était remonté d’un bouchon à visser en fer forgé métallique très féerique... Elle l’à rempli de ses larmes et lui à offert. Je vais chercher la même fiole, comme ça tu pourras conserver mes larmes mon amour. Je sais pas trop à quoi ça te servira mais je trouve que c’est beau et romantique... ah tu connais mon sentimentalisme.

Mon stylo...
ton stylo...
Notre stylo, n’a presque plus d’encre.
Il me laisse lui aussi.
Alors je l’économise, ne l’utilise que pour des trucs relatifs à nous.
Quoiqu’il en soit je dois probablement devenir folle parce que quand il’à commencer à se montrer fatigué j’ai fondu en larmes ( il faudra sûrement plus qu’une fiole...)

Je pense à toi...

Tienne.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !