Halloween dans le Zoo

il y a
3 min
3 722
lectures
20
Qualifié

Bonjour ! Je suis dans ma dernière année d'études à Strasbourg. J'aime dessiner, faire du sport et de la philatélie. Et bien sûr lire et être lu  [+]

Image de Hiver 2021
Trois coups de canon résonnèrent dans tout Kalamazoo. Décidément, cette soirée allait être mouvementée, pensa Zachary A. Il regarda le 4x4 de son collègue Robert L. « Blue Line » rouler vers le nord-ouest de la ville, puis Zack se dirigea vers le sud-ouest. C’est dans la partie occidentale de Kalamazoo que se trouvent les deux universités locales, perchées sur deux petites collines. Au pied de ces collines se trouvent les quartiers résidentiels, grandes maisons victoriennes, tout en couleur, avec les terrasses typiquement américaines. Et dans ces maisons, les étudiants en collocation ont l’habitude d’organiser des grandes soirées toujours bien arrosées, avec tant de monde que certains fêtards n’ont pas de place et se retrouvent sur le trottoir. Avant vingt-et-un ans, les jeunes savent bien qu’ils n’ont pas le droit de boire ou de fumer, mais comment résister à la tentation des aînés ? Les étudiants organisent des fêtes et les policiers comme Zack ou Blue y mettent fin, chacun est dans son rôle.

Ce soir, toutefois, est particulier. Premièrement, les coups de canon venant du Waldo Stadium ont indiqué que l’équipe locale de football avait gagné, donnant une raison supplémentaire, s’il en fallait une, pour que la fête se débride complètement. Et deuxièmement, ce soir est aussi Halloween. Quand les étudiants sont costumés, ils se croient invincibles… comme si en enfilant un costume de superhéros ils pouvaient réellement voler ! Cette nuit, plus d’un va se transformer en loup-garou et tout casser. Kalamazoo, The Zoo, comme on l’appelle. Zack va devoir remettre les fauves en cage.

Sur la route, Zack voit déjà un vampire et un clown avec des bouteilles suspectes dans les mains. Dès qu’ils aperçoivent la voiture de police avec son énorme pare-buffle, ils se précipitent sur le trottoir et attendent sagement le passage de Zack. Heureusement pour lui, la police est crainte des étudiants, surtout à Kalamazoo. C’est d’ailleurs pour ça que lui et Blue Line se permettent de patrouiller seuls. D’après une rumeur, il y a plusieurs années, un étudiant avait été tué par un flic, il aurait été jeté d’une fenêtre. Zack n’en sait pas plus, il est à Kalamazoo depuis à peine six mois et les collègues sont peu bavards à ce sujet. Même Blue Line, un ancien qui sait sûrement des choses, reste muet.

Zack était arrivé en haut de la colline où se trouve la Western Michigan University. Il sortit de la voiture et contempla la ville, il aimait monter ici lorsqu’il faisait des patrouilles du soir. Il pouvait repérer toutes les maisons bruyantes du quartier, le vent lui en apportait généralement des sons de basses, des vibrations, et des paroles de rap. Ce soir, une autre musique lui vint à l’oreille, une voix grave et lyrique. Cette voix était accompagnée d’un son de flûte, ou était-ce de l’orgue ? Zack n’entendait pas bien, il voulait en savoir plus. Il remonta dans son 4x4, baissa la fenêtre malgré le froid, et suivit la musique.

Il atteignit la limite sud du campus. Une grande étendue d’herbe s’étalait là, coupée très court et sans haie ni fleur. En contrebas, la première rangée de maisons résidentielles faisait surface, décorées avec quelques citrouilles grimaçantes. Au milieu de cette esplanade se dressait une maison isolée, c’est de là que venait le chant, qui rappelait à Zack un gospel. Le policier arrêta la voiture contre un côté de la maison pour ne pas être vu, sortit et observa. La bâtisse était haute de deux étages, beige, tout en bois. Aucune lumière ne sortait des fenêtres, seulement le chant. Lugubre.

Zack frappa à la porte, attendit. La musique s’arrêta mais rien ne bougea. Classique : un regroupement de personnes restant silencieuses pour faire croire à la police que la maison est vide ! Zack prit son pistolet en main et brusquement tourna la poignée de la porte. Elle était verrouillée. Zack fit le tour de la maison, toutes les pièces du rez-de-chaussée étaient fermées également. Il retourna du côté où il avait garé la voiture, il avait repéré une fenêtre au deuxième étage qui était grand ouverte. Il leva la tête… Là-haut ! Il vit du cadre de la fenêtre un visage qui dépassait, un jeune homme blanc avec le visage sévèrement amoché. Zack cria : « Police ! Il se passe quoi dans cette baraque ? Ouvre la porte ! » Le personnage le regarda puis se retira dans la pièce, obscure, sans dire un mot.

Pour qui se prend-il ? Zack s’énerve, il monte sur le toit de sa voiture et essaye de trouver une prise pour grimper jusqu’à la fenêtre du deuxième étage. C’est haut… Dans le silence une voix retentit derrière lui, celle de Blue Line : « Hé, Zack, tu fais quoi là ? Descends, prends ta caisse, rendez-vous au Roadhouse. »

Zack retourne dans la voiture et démarre, à contrecœur. Blue Line est un ancien, Zack suit ses consignes. Le University Roadhouse, un restaurant où vont souvent les enseignants, assez calme ce soir. Blue Line a commandé deux bières Bell’s, le breuvage attitré du Zoo.

— Zack, qu’est-ce que tu foutais ? Tu te rends pas compte que le mec voulait t’attirer en haut ?
— Blue, j’avais dit que je m’occupais du secteur sud. Et cette maison était super bizarre. C’est toi qui dois m’expliquer pourquoi tu m’as fait descendre !
Blue Line soupira.
— Cette maison appartient à une fraternité d’étudiants noirs. Il y a dix ans, j’étais intervenu dans une très grosse soirée et ça a failli dégénérer. J’étais seul, tu te rends compte ? Il fallait que je m’impose. Quand le mec a vu le flingue, il a sauté par la fenêtre. Quelqu’un a raconté qu’il avait été poussé… Aucun flic ne doit retourner dans cette maison, tu comprends ?
— Des étudiants noirs ? Mais… le gars que j’ai vu en haut était blanc, presque pâle.
— Oui, pâle, et pas une goutte de sang sur sa blessure… Zack, tu piges pas ? Plus personne n’a emménagé dans cette maison depuis dix ans. Ne parle à personne de ce que tu as vu.
— Tu veux dire que… ?
— Viens, Zack, on retourne au poste. Le safari est terminé pour aujourd’hui.
20

Un petit mot pour l'auteur ? 21 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Mikky MUANDALI
Mikky MUANDALI · il y a
Du suspense. Histoire intéressante. Une sympathique lecture. Merci !
Image de Frédéric Bach
Frédéric Bach · il y a
Bonjour Léo, j'ai bien aimé. Mais peut-être faut-il amener la chute un peu différemment. "D'après une rumeur" dès le 3e paragraphe, ça téléphone un peu la suite du texte, on sent que la rumeur est fondée. Il y a vraiment quelque à écrire, peut-être sur la musique ou sur les rapports entre "une confrérie d'étudiants noirs" et un policier seul (donc qui a peur d'après le texte et qui du coup sort son arme, provoquant une autre peur et un désastre). Au plaisir de continuer à te lire.
Image de Leo Hoerter
Leo Hoerter · il y a
Merci pour ces conseils ! Effectivement, je voulais donner des indices au début mais ils sont peut-être un peu trop faciles à déceler. Je vais pouvoir progresser !
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Une chute ... halloweenesque !
Image de Nicolas Auvergnat
Nicolas Auvergnat · il y a
Salut, j'ai bien aimé ! Fais une suite en TTC, et je suis. L'intrigue commence juste sur la chute, elle est super bien amenée, bien flippante et bien étrange. Bravo 👹👹
Image de Leo Hoerter
Leo Hoerter · il y a
Merci pour ton commentaire super enthousiaste 😋
Euh... qu'est-ce que tu entends par TTC ?

Image de Nicolas Auvergnat
Nicolas Auvergnat · il y a
Ah, et ben moi aussi je me demandais ce que ça voulais dire au début. Dans le jargon de la littérature courte, TTC est l'acronyme de '' Très Très Court '', soit 6000 signes max. Voilà. Je te renouvelle mon enthousiasme : ton TTC claque !
Image de Mickaël Gasnier
Mickaël Gasnier · il y a
Par le pur du hasard, je viens de lire votre récit avec " Lose Yourself " d'EMINEM...
Un blanc parmi les noirs... Parfois, la police est accusé à tort... Parfois.
Blue sous entend que cette maison et cette musique est maléfique pour les flics...
Mon vote et encouragements Léo. À bientôt sur nos pages respectives...

Image de Leo Hoerter
Leo Hoerter · il y a
Je de connais mal EMINEM, je devrais peut-être plus m'y intéresser ! Merci du conseil et des encouragements et à très bientôt !
Image de Chris Falcoz
Chris Falcoz · il y a
Très surprenant récit ! Je n'appréciais pas plus que cela le début, mais suis bien contente d'avoir lu jusqu'à la fin ! :)
Image de Leo Hoerter
Leo Hoerter · il y a
Merci pour la persévérance ! Je vais peut-être devoir écrire mes accroches différemment 🙂
Image de Serge Galibardy
Serge Galibardy · il y a
Très intéressante cette histoire où c'est la musique qui sert d’appât. Étrangement j'ai de mon côté écrit deux textes sur Halloween dans lesquels la musique joue un rôle important. Si vous souhaitez les lire ... Bienvenue
Image de Leo Hoerter
Leo Hoerter · il y a
La musique qui sert d'appât... la Loreley n'est jamais loin ! Je vais de ce pas jeter un jeter un œil à vos récits !
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Mon soutien pour cette œuvre déconcertante et pleine de suspense ! Une invitation à venir découvrir mon “Clin d’Œil hivernal” si vous n’avez pas trop peur du foid ! Merci d’avance !
Image de Georges Saquet
Georges Saquet · il y a
Tout me plait ! Mon vote.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Pulsations

Aliénor Oval

Sous la couette fleurie couverte d’un boutis bois de rose, blotti tout au fond du lit, un corps menu. Seuls les cheveux châtain clair dépassent des couvertures.
— Émilie, tu dors ?
Je... [+]