5
min

Halloween

Image de Chloé Goupille

Chloé Goupille

95 lectures

83

Matt réprima un frisson. Il aurait dû mettre une veste mais Baptiste ne lui en avait pas laissé le temps. Ils finissaient tout juste de dîner quand soudainement, il lui avait annoncé qu’ils partaient. Et sans plus d’explications, il lui avait bandé les yeux (comprendre : enturbanné la moitié haute du visage avec une grosse écharpe) et l’avait conduit au dehors.
Que pouvait-il bien lui préparer, cette fois-ci ? Une autre St-Valentin surprise ? Un dessert aux chandelles dans les bois ? Le soir d’Halloween ? Sa folie douce le rendait capable de tout. Mais depuis qu’il avait foulé le terrain plus meuble et inégal d’un chemin de terre, qu’il avait été poussé dans une sorte de cabane un peu moisie et qu’on lui avait lié les poings dans le dos, il était de plus en plus perplexe. Baptiste avait-il élaboré un jeu sexuel douteux, pour pimenter leur vie intime ? Cela paraissait tout autant extrême que tiré par les cheveux, même pour lui.
Il était seul désormais. Après lui avoir attaché les mains, son compagnon était ressorti de la cabane, le laissant là. Alors il s’était assis, fatigué et perdu. Ce petit jeu avait été sympathique au début, mais maintenant, il ne l’amusait plus du tout. En attendant le retour de son petit ami, il réfléchissait encore et toujours aux explications possibles.
Un coup de vent chargé des effluves naturels du parc où il devait se trouver le fit frissonner pour de bon. Matt prit une grande inspiration. En entrant, il avait remarqué que l’air humide sentait le renfermé, mais à présent il détectait autre chose, comme une odeur de sang... Il frémit derechef, mais pour de plus sombres raisons. D’agacé, il était passé à inquiet, il avait un mauvais pressentiment. Il appela Baptiste d’une voix mal assuré mais seul le silence lui répondit. D’ailleurs était-ce réellement silencieux ?
Il ne pouvait se servir de ses mains, mais l’écharpe qui lui masquait les yeux n’était pas assez serrée pour résister aux mouvements de tête frénétiques qu’il effectua pour s’en débarrasser. Elle tomba au sol et il dut cligner des yeux plusieurs fois pour que sa vision s’ajuste entre l’obscurité artificielle et étouffante du bandeau et celle de la nuit. Il était bel et bien dans une cabane qui semblait avoir été assemblé à la va-vite. Elle était vide, à l’exception d’un tas de couvertures dans un coin. Matt tenta d’actionner la poignée pour sortir mais un verrou avait été tiré à l’extérieur. Résigné à attendre, il se laissa glisser le long du mur et son regard se posa sur les tissus. Il poussa un cri et se releva d’un bond. Ce n’était pas des couvertures. C’était un homme. Allongé sur le sol, le visage tourné vers le mur, les mains attachées dans le dos également. Matt était paralysé par la peur. Il voulait vérifier si l’homme était vivant, mais craignait de ne pas aimer la réponse.
Tout à coup, une pensée lui traversa l’esprit. Baptiste. Et si c’était Baptiste, allongé là ? Une vague de terreur l’aida à finalement se mettre en mouvement, en l’occurrence en se jetant à genoux près du pauvre inconscient. Ce n’était pas Baptiste, Matt ne reconnaissait pas ce visage, couvert de sang et de terre, mais il était sûr qu’il ne s’agissait pas de son amoureux. Deuxième bonne nouvelle : il était inconscient, mais il respirait. Le sang sur son visage provenait d’une coupure à l’arcade sourcilière qui continuait de suinter un peu mais ne semblait pas létale.
Matt ne fut pas rassuré bien longtemps. Si ce n’était pas Baptiste, alors où était-il ? Il ne pouvait pas s’imaginer que c’était lui qui lui avait fait ça. Baptiste était incapable de se montrer violent. Etait-il imaginable qu’il ne l’ait pas vu ? Qu’il l’ait lui aussi pris pour un tas de couvertures et que sa présence ici ne soit qu’une coïncidence macabre ? Ca semblait fou, mais ce devait être vrai, ça ne pouvait pas être Baptiste... Et si ça n’était pas lui ? Et si ça n’était pas son compagnon qui l’avait emmené dans la cabane ? Après tout ils ne s’étaient pas parlé de toute la fin du trajet, Matt avait posé beaucoup de questions, au début, jusqu’à ce que Baptiste le menace de le bâillonner s’il ouvrait encore la bouche. Il savait qu’il était bien assez fou pour s’exécuter et avait cessé de l’interroger. A partir de là, comment aurait-il pu être sûr que c’était bien lui qui le guidait d’une main légère dans son dos ? Quand avait-il entendu sa voix pour la dernière fois, et surtout quand aurait-pu avoir eu lieu l’échange ? C’était forcément involontaire, Baptiste ne pouvait pas simplement l’avoir laissé en otage à des inconnus. Mais alors qu’avait-on fait de lui ?
Matt se souvint de ce moment où ils s’étaient arrêtés dans un quartier a priori plus calme de la ville. Il avait voulu demander s’ils étaient perdus, s’était retenu in extremis, et à la place s’était appuyé contre son amoureux qui lui avait frotté le dos pour le réchauffer et lui avait murmuré quelques mots. Il n’y avait donc pas de doute. Il s’agissait bien de lui. Mais peu après, un grand bruit les avait fait sursauter et se retourner pour en identifier la source (réflexe au demeurant bien ridicule pour Matt et sa cécité passagère). Il s’était dit que l’origine du bruit ne devait toutefois pas être bien inquiétante car Baptiste n’avait pas réagi. En revanche il s’était éloigné de quelques pas dans une direction, puis une autre, dans une errance que Matt avait mis sur le compte de la recherche de leur chemin. Mais si ça n’était pas ça ? Si le bruit correspondait à l’attaque par derrière d’un psychopathe sur Baptiste ? Non, le son n’était pas si proche. Mais peut-être qu’en se retournant il était tombé nez à nez avec ce psychopathe qui l’avait menacé d’une arme pour qu’il s’éloigne et lui laisse sa place dans le dos de Matt ? Et un complice aurait gardé Baptiste en respect pour ne pas qu’il les suive ou le prévienne. Mais pourquoi lui laisser son bandeau, pourquoi lui faire croire qu’il était toujours avec son compagnon, pourquoi ne pas simplement l’amener sous la menace d’une arme, lui aussi ? Et pourquoi les séparer ? Ou alors Baptiste allait-il le rejoindre bientôt ?
Tout ça n’avait aucun sens, beaucoup trop de questions restaient sans réponse. L’angoisse montait inexorablement en Matt, il avait envie de vomir, de s’évanouir, de pleurer, de s’enfuir, et plus que tout de comprendre. Il n’arrivait pas à faire taire la petite voix qui insidieusement lui susurrait que le scénario dans lequel Baptiste l’enfermait ici dans de sombres intentions était moins romanesque que ses élucubrations bancales.
C’est alors que la porte s’ouvrit. Bien que le nouvel arrivant fut éclairé de derrière par la lune, de sorte qu’on ne pouvait pas distinguer les traits de son visage, le sang de Matt se glaça. Quelles que soient les conditions, il aurait reconnu son amoureux entre mille. Celui-ci s’approcha de lui les mains sur les hanches, comme lorsqu’on réprimande un enfant.
- Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Qui t’a permis d’enlever ton bandeau ?
- Bapt, il se passe quoi, là ? C’est qui ce mec et il lui est arrivé quoi ?
Il avait désigné du menton l’inconnu évanoui, que Baptiste avait fait basculer vers eux du bout de sa chaussure, en éclatant d’un rire sinistre.
- Tu ne reconnais pas Jérémy ?
Matt laissa échapper un cri d’horreur. Si, bien sûr, leur ami Jérémy, trop soulagé qu’il ne s’agisse pas de son petit ami, il ne l’avait pas reconnu. Baptiste lui donna un léger coup de pied dédaigneux avant de s’accroupir face à Matt. Il sortit un couteau et en fit glisser la lame, légèrement, le long du visage de son amant. Celui-ci ferma les yeux le plus fort possible, avec l’espoir que toute cette horreur ait disparue quand il les rouvrirait. Mais ce fut un bruit de rire qui lui fit soulever une paupière prudente. Un rire hystérique, mais qui n’avait plus rien de glaçant. Baptiste et Jérémy se roulaient par terre, hilares. Ce fut avec grande peine que Baptiste parvint à hoqueter un « poisson d’octobre ! » qui faillit avoir raison de Matt, partagé entre rage et soulagement.

PRIX

Image de 2018

Thème

Image de Très très court
83

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Florent Paci
Florent Paci · il y a
Une soirée qui tourne au cauchemar, normal avec de tels personnages à la psychologie ciselée... Mes votes et encouragements, bonne chance pour la suite ;)
·
Image de Chloé Goupille
Chloé Goupille · il y a
Merci beaucoup Florent !
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Je n'ai pas très bien compris le personnage de Jeremy : il s'est blessé lui-même pour participer à cette farce d'halloween ?
·
Image de Chloé Goupille
Chloé Goupille · il y a
Il s'est blessé seul ou avec l'aide de Baptiste, tout ça pour participer à cette farce oui. Sans doute qu'il n'avait pas réalisé à quel point ils allaient loin...
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
On peut se prêter parfois à des jeux dangereux .... Dans un autre registre, l'inspecteur Mastrassi est en sélection pour Série-noire :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/serie-noire-1

·
Image de Chloé Goupille
Chloé Goupille · il y a
Tout à fait !
Je vais le découvrir, merci !

·
Image de Gérard Aubry
Gérard Aubry · il y a
Dur! Dur! Cette histoire qui finit bien nous apporte tous les affres de Stephen King! Bravo! Mais mauvaise farce! G.A. As -tu lu mon "Labo de la peur"? Merci!
·
Image de Chloé Goupille
Chloé Goupille · il y a
Stephen King, rien de moins ?! Merci beaucoup!
Je ne crois pas l'avoir lu, je vais corriger ça tout de suite !

·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
un suspense insoutenable , mes voix !
je concoure aussi, avec ' La rue du temps perdu '

·
Image de Chloé Goupille
Chloé Goupille · il y a
Merci !
J'ai déjà lu, voté et commenté la semaine dernière ;)

·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Retour de Matt et Baptiste, mais avec une "surprise" qui tourne au cauchemar pour Matt, son ami a un curieux sens de l'humour ! Je me suis laissée porter par l'histoire au déroulement fluide, et ai tremblé pour la pauvre victime, partageant sa rage finale et son soulagement. A bientôt Chloé !
·
Image de Chloé Goupille
Chloé Goupille · il y a
Ça me fait chaud au coeur, merci beaucoup Francine !
·
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Je suis à la fois rassuré que ce ne soit qu'un jeu, et en même j'ai un peu de compassion pour ce pauvre Matt qui a dû avoir bien peur, cette fois-ci comme pour d'autres occasion ^^' Très bien écrit et fluide, avec un état de tension du début jusqu'à la fin !
Merci pour ce texte, Chloé :)
Si tu le souhaites, n'hésite pas à aller lire "Gu'Air de Sang", également en compétition !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/gu-air-de-sang

·
Image de Chloé Goupille
Chloé Goupille · il y a
Merci à vous pour votre lecture et votre compassion pour Matt !
Je viendrai vous lire dès que j'ai 5 minutes ;)

·
Image de Fabienne Maillebuau
Fabienne Maillebuau · il y a
Mes 5 voix, je vous soumets: violent parfum acide.
·
Image de Chloé Goupille
Chloé Goupille · il y a
Merci, je vais aller le découvrir
·
Image de A. Nardop
A. Nardop · il y a
Belle chute, mais un sens de l'humour douteux de ce Baptiste.
·
Image de Chloé Goupille
Chloé Goupille · il y a
Très douteux, c'est qu'il se laisse facilement emporter...
·
Image de Aubry Françon
Aubry Françon · il y a
Les blagues les plus courtes sont les meilleures. Belle tension dans cette nouvelle.
·
Image de Chloé Goupille
Chloé Goupille · il y a
Oui, celle-ci a clairement trop duré..
Merci pour votre lecture !

·
Image de Alain Derenne
Alain Derenne · il y a
Grand merci à toi pour ton passage sur mon texte. je te poste un +5
·
Image de Chloé Goupille
Chloé Goupille · il y a
Merci !
·