Halloween

il y a
1 min
18
lectures
3

Agenceur novice de mots. Imagination parfois futile, habile, puérile ou fertile  [+]

Ça y est !
Ça recommence !
Comme tous les ans, encore tous ces mioches qui font frapper à ma porte me réclamer des bonbons. A mon époque, on faisait une prière aux morts. On n’allait pas embêter les braves gens le soir pour leur réclamer des sucreries.
Plus de croyance et toujours plus de commerce. On invente tous pour vider notre porte-monnaie. Cet argent si précieux, gagné à la sueur de notre front. On paie nos impôts mais il faut encore cracher quelques billets pour faire plaisir à des gamins qu’on ne connaît même pas. Et même qu’on les connaîtrait, mériteraient-ils qu’on leur offre quelque chose ?
Mes petits-enfants, je ne les vois qu’aux anniversaires et Noël. Tout ça pour un cadeau et les entendre geindre, crier, pleurer durant tout un week-end ou quelques jours. Puis enfin je retrouve la quiétude jusqu’à la prochaine occasion de revenir piocher dans la bourse de « Papi préféré ».
Oui, je maugrée mais avouez que j’ai raison ! On n’est pas là pour se faire vampiriser par ces chères petites têtes blondes qui nous apportent plus de maux de tête que de tendresse ne serait-ce éphémère.
...
Il commence à se faire tard... Personne n’est venu sonner... J’avais quand même quelques friandises achetées ce matin même ! Je ne vais tout de même pas passer pour le méchant !
Tiens ! Un groupe dans la rue ! Ils viennent d’à côté. Dans la logique c’est chez moi qu’ils doivent sonner. Ils sont juste devant le portail. On dirait qu’ils discutent entre eux. Une petite fille déguisée en fantôme allait se diriger vers ma porte mais une sorte de monstre de Frankenstein l’a retenue au dernier moment. Finalement, ils passent leur chemin.
Je me suis dit : « Pas grave ! J’attendrai les suivants ! ». Mais personne n’est venu. Des groupes qui s’arrêtent, hésitent et finalement repartent. La même scène à répétition.
Je suis retourné devant ma télévision. Le sachet de bonbon servira à Noël, enfin ça c’est si mes petits-enfants acceptent de venir voir « Papi Ronchon ». Parce que, malgré mon âge, mon ouïe entend des choses qu’elle ne devrait pas entendre. Finalement j’ai essuyé quelques larmes sûrement causées par quelconque allergie automnale. Et puis je me suis couché. Seul. Et j’ai rêvé. Rêvé de l’amour que j’ai pour les miens, mais que je n’arrive pas à exprimer.
3

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Sœur Emmanuelle

Gil Braltard

Elle avait pour prénom Iris mais il l’avait surnommée Sœur Emmanuelle tant son altruisme forçait son admiration, lui remémorant l’abnégation de la religieuse. Jamais les moindres signes de... [+]