Guichet numéro 3

il y a
2 min
573
lectures
333
Finaliste
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Cette complainte mélancolique n’est pas sans charme. Son rythme et son mantra répété bercent, séduisent, et offrent un beau moment de lecture

Lire la suite

Écrire, pour parler un peu de soi, pour raconter surtout les autres, et pour accrocher sa mémoire aux histoires  [+]

Image de 6ème édition
Image de Très très court

Je travaille au bureau de la gare depuis cinq ans déjà. Les horaires sont un peu décousus, mais je ne me plains pas. J’aime bien quand je peux prendre le guichet numéro 3. Les autres filles n’y tiennent pas, elles disent qu’il y fait plus froid. Mais c’est celui d’où on peut voir l’affichage des horaires de départ. Et moi, j’aime ça.

Paris, Toulouse, Lille, Annecy.... Je ne connais rien de ces villes, si ce n’est leur nom sur les billets que j’imprime. Alors, quand je les vois défiler là-haut, sur le tableau, je me prends à rêver que, pour une fois, c’est à mon tour de quitter la gare. Je suis certaine que j’aimerais ça.

J’étais fatiguée ce jour-là, je n’avais pas assez dormi. Une ribambelle de minimes soucis m’avait empêché de trouver le sommeil. J’étais arrivée en retard pour la première fois. Je feuilletais un magazine oublié là ; la responsable du bureau nous le permet pour que nous puissions discrètement tuer le temps. Ces lents débuts d’après-midi où personne ne vient font râler mes collègues, mais moi, j’aime ça.

Un soudain raclement de gorge m’a tout à coup fait sursauter. C’était la première fois que je me laissais surprendre. J’ai lâché ma revue sans même y prendre garde. Je n’avais entendu ni la porte claquer, ni ses pas approcher. Il se tenait tout à coup-là. Debout devant mon guichet numéro 3. Je l’ai regardé, j’ai aimé ça.

Il était déjà passé, il y a dix jours déjà. Nous l’avions toutes remarqué lorsqu’il était entré. Il dégageait tant de vitalité... D’une voix forte, il avait réservé deux billets. Nous nous étions empressées de chercher ; le trajet pour Vintimille était complexe à organiser. Il avait patienté en plaisantant, tout à son bonheur du voyage qu’il prévoyait de faire. « Ce sera une surprise », avait-il ajouté, nous adressant un clin d’œil complice et malicieux, avant de nous saluer et de s’en aller. Les filles avaient continué à parler de lui pendant quelques heures ensuite, avant de l’oublier. J’étais la seule à me souvenir du timbre de sa voix, j’avais tant aimé ça.

J’avais rêvé que ce n’était qu’avec sa vieille maman qu’il partait sur la Riviera. J’avais rêvé qu’il reviendrait de jour en jour à mon guichet numéro 3. Pour d’improbables demandes, de futiles renseignements. Que, de discrets sourires en simples bavardages, quelque chose naîtrait. Qu’un soir de pluie, il se tiendrait là, devant moi et ne repartirait pas. J’avais rêvé, j’aimais tant ça.

Aujourd’hui, il ne souriait pas. La mélancolie de ses yeux clairs me chavirait plus profondément encore que sa joie de la première fois. J’ai instantanément vu la pâleur de son front et ses lèvres serrées. Ses joues creusées, ses épaules baissées. J’ai vu ses mains qui tremblaient faiblement et me tendaient un billet froissé. Il a prononcé quelques mots d’une voix si basse que je n’entendis pas. J’ai compris qu’elle ne viendrait pas. Je n’ai pas aimé ça.

J’aurais voulu lui tendre les bras. Qu’il pose sa tête tout contre moi. Que son souffle s’apaise au même rythme que moi. Qu’il trouve le repos, blotti auprès de moi. Dire les mots, je ne sais pas, mais apaiser les chagrins, j’aime ça.

J’aurais voulu refuser d’annuler ce billet. J’aurais voulu crier : « Tant pis pour elle, emmenez-moi ! ». J’aurais voulu promettre que, sur le quai, je serai là. Partir en voyage, j’aimerais tant ça.

Mais j’ai baissé les yeux. J’ai procédé à l’échange. Ne pas risquer de déranger la vie des autres, j’aime mieux ça.

Je travaille au bureau de la gare, guichet numéro 3.

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Cette complainte mélancolique n’est pas sans charme. Son rythme et son mantra répété bercent, séduisent, et offrent un beau moment de lecture

Lire la suite
333

Un petit mot pour l'auteur ? 61 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de DEBA WANDJI
DEBA WANDJI · il y a
Très beau texte, Claire.
j'adhère par mes voix et je vous invite à découvrir mon texte en course pour le prix jeunes auteurs https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/etoile-perdue-2
N'hésitez pas de laisser vos impressions en commentaires. Merci!

Image de Liam Azerio
Liam Azerio · il y a
Un charme, presque désuet, assurément mignon :)
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
une belle histoire, une belle renontre
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
C'est très bien écrit ! J'ai moi-même participé à ce challenge, une jolie expérience. Bravo pour votre macaron ;)
Image de Mod GUY
Mod GUY · il y a
Oui je redis que j’adore votre récit poétique. Dommage que vous n’ayez pas eu le prix !
Image de Mandy Rukwa
Mandy Rukwa · il y a
beau ressenti, bravo guichet 3 ! bise
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Un grand bravo !
Image de Th. de Saint-Val
Th. de Saint-Val · il y a
Félicitation pour votre nomination.
Image de Emma M
Emma M · il y a
Délicate dentelle. Fraîche et tendre et si réaliste. Un peu triste. J'ai aimé.
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
Je renouvelle mes voix Claire. Je suis en finale avec " Achou " que vous avez lu. " Achou l'amour empoisonné ".https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/achou-lamour-empoisonne

Vous aimerez aussi !