2
min

Gros sur le cœur

Image de Vivian Roof

Vivian Roof

1622 lectures

950

FINALISTE
Sélection Public

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Au début, on est gêné. On se demande ce qui a bien pu passer dans la tête de l'auteur pour écrire un texte pareil. Et puis on relit. Et on ...

Lire la suite

160 kilos. Au bas mot. La balance à bestiaux n'est pas d'une haute précision.
Pour l'heure, elle se repose. Je vois ses ventres remuer sous la poussée de sa respiration aillée. Ses paupières enrobent les globes agités de ses yeux. Il est possible qu'elle rêve...
Dors, ma belle. Je veille.
Soixante ans que je l'aime, Ortoze. Non, je ne trouve pas qu'elle pue. Quand on aime on ne sent pas. Elle était fille de ferme, à côté. Son père nous fournissait les céréales pour nos volailles. À l'époque, elle arrivait encore à grimper sur le tracteur. Je voyais ses seins danser au rythme des sillons. Je levais ma canne pour la saluer bien haut et cela la faisait rire. Un barrissement qui m'écartelait le cœur.
Un jour, j'ai réussi à l'embrasser. Malgré sa poitrine défensive et ma double scoliose handicapante. Je me suis arraché un nerf et j'ai morflé. Mais j'ai réussi à poser ma moustache sur la sienne.
Ortoze zozotait. Cela était le fait de quelques dents absentes. Moi, je lui trouvais un certain charme. Elle s'est mise à revenir de plus en plus souvent et nos volailles de plus en plus nourries grossissaient à vue d’œil. Certaines explosaient sous la poussée du maïs avalé. C'est ce que j'ai toujours redouté pour mon Ortoze. Qu'elle explose en un feu d'artifice de suif jaunâtre.
Elle dort, sur ce lit renforcé, adapté. Même jambes écartées, l'accès à son trésor poilu est obstrué. Forcer ce barrage graisseux est au-dessus de mes faibles forces. Raison pour laquelle nous n'avons jamais eu d'enfant. Comment serait-il sorti, d'ailleurs ? À moins d'être prématurément doté d'outils de forage.
À la mort de son père d'une invasion de champignons, elle hérita de l'exploitation. Cinquante ans que je m'en occupe, aidé de petits gars de Slovénie, ou de Gambie, je ne sais plus, bref, des petits asiatiques courageux. Depuis, nos volailles sont gavées gratos. Les asiatiques finissent les restes avec un bel appétit, tout le monde s'y retrouve. À cinq heures, il faudra quand même que je la réveille pour la retourner. J'ai investi un peu d'argent dans un palan robuste. Utile. Quand je ne la retournais pas régulièrement, elle se couvrait d’escarres qui suintaient vilainement. Et qui c'est qui devait laver les draps ?
Demain, c'est la fête des amoureux. Tout le monde représente les amoureux jeunes et beaux. C'est un cliché. Demain, je ne lui offrirai pas de roses. Elle s'en fout, des roses. Non, je lui ai commandé en ville quatre beaux gâteaux d'un kilo. Pleins de crème, comme elle aime.
Je me suis toujours demandé comment on pouvait vivre dans un bain de graisse. Les efforts que devait fournir le cœur pour y battre ! Expulser le sang dans ces vaisseaux bouchés de lipides durcis.
Chaque semaine, je la pèse. Kilo après kilo, elle s'étale. Si jamais il lui arrivait quelque chose, j'hériterais de la ferme. Je la revendrais au vieux Gus qui lorgne dessus en salivant. Et je partirais loin car, tel que je me connais, je serais inconsolable. Mais au diable ces noires pensées. Demain, c'est notre fête !
Et comme je l'aime, je lui laisserai ma part.

PRIX

Image de Hiver 2019
950

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Vivian Roof
Vivian Roof  Commentaire de l'auteur · il y a
Merci à toutes et même à tous d'avoir osé me lire !
·
Image de Alain de La Roche
Alain de La Roche · il y a
J'y crois pas !
Franchement à quoi pense Shortédition en recommandant Vivian Roof ?
Chacun sait que c'est un individu peu recommandable.
Pour preuve, il est fiché S.
S comme SACRIPANT - S comme SALE GOSSE !

·
Image de Vivian Roof
Vivian Roof · il y a
Au lieu de dire des bêtises ici (tu sais parfaitement à quoi correspond le S en ce qui me concerne) tu ferais mieux d'aller rire à gorge déployée sur mes ultra-courts ! Je viens d'en ajouter un tout nouveau tout beau.
·
Image de matrioshka
matrioshka · il y a
Très original! J’adore
·
Image de Vivian Roof
Vivian Roof · il y a
Merci beaucoup.
J'ai un autre texte, si vous voulez... (La mécanique des jupons).

·
Image de Blin
Blin · il y a
Bravo pour ce chef d'oeuvre !
·
Image de zaza
zaza · il y a
Bonjour Vivian Félicitations votre texte atypique intrigue dès le départ et retient jusqu' au bout ; ce sacripant mais sympathique Alain de la Roche vous invite à lire mon modeste (et très court poème) celui d' une débutante sur le site ; cela n' est évidemment pas une obligation... Bonne continuation à vous
·
Image de Joan
Joan · il y a
Amoureux transi à la bonté meurtrière : fameux texte !
·
Image de Julia Chevalier
Julia Chevalier · il y a
Chapeau ! Écrire de l’humour c’est pas évident mais écrire de l’humour noir c’est encore plus difficile. C’est grinçant à souhait et vous jouez avec l’ambiguïté. L’aime t’il vraiment ou l’engraisse t’il comme ses volailles afin de toucher l’héritage ? En tout cas moi j’aime vraiment
·
Image de Vivian Roof
Vivian Roof · il y a
Merci !
Je pencherais pour la seconde hypothèse.
Je meurs d'envie d'aller vous lire (je suis passé vite fait), j'ai juste besoin d'un peu de temps. À bientôt.
PS : il y a la suite (pas en compète), si vous voulez une autre version...

·
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
bravo Vivian ! Je ne pensais pas qu'un texte humoristique avait la moindre chance d'être recommandé par ShE: la preuve que si !
·
Image de Vivian Roof
Vivian Roof · il y a
C'était quand même un texte un peu lourd.
·
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
Super !
·
Image de Vivian Roof
Vivian Roof · il y a
Merci, Marie !
·
Image de Sylvie Franceus
Sylvie Franceus · il y a
160 kilos de bravos, avec 36 louches de glace vanille dessus, Vivian !!!!!
·
Image de Vivian Roof
Vivian Roof · il y a
Miam miam... 😋
·
Image de Sylvie Franceus
Sylvie Franceus · il y a
🍧🍦🍨🍧🍦🍧🍨
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Cambrure-la-Douce est une bourgade éteinte à l'heure où j'y passe. Un paisible village endormi autour d'un clocher et qu'épargne le sabre d'une nationale. Il s'étire le long d'un ruisseau qui...

Du même thème